La guerre en Ukraine : une nouvelle phase prolongée

30 min de lecture

La guerre en Ukraine s’est transformée en une guerre d’usure brutale. Seule la solidarité des travailleurs et travailleuses peut y mettre fin.

Le Kremlin espérait une double célébration le 9 mai : marquer la victoire de l’Union soviétique lors de la Seconde Guerre mondiale et le retour jubilatoire des troupes après une courte guerre victorieuse en Ukraine. Mais il n’a pas été en mesure de le faire. Il n’a pas atteint son premier objectif en s’emparant de Kiev et en renversant Volodymyr Zelensky, ni n’a-t-il encore achevé la prise de contrôle de tout le Donbass dans l’est de l’Ukraine. [Donbass — le bassin houiller de Donetsk comprenant les régions de Donetsk et de Louhansk].

À la fin du mois de mars, il a réduit ses opérations autour de Kiev et de Tchernihov. Les hurlements de protestation des bellicistes purs et durs ont affirmé que le Kremlin se retirait de ses objectifs de guerre initiaux. Mais tant de dégâts avaient été causés et de soldats perdus que les «groupements tactiques» russes devaient être réformés et ré-équipés avant d’être envoyés pour renforcer les positions russes dans le Donbass. Depuis lors, un général a affirmé que le nouvel objectif était de prendre tout le sud de l’Ukraine jusqu’à la Transnistrie en Moldavie. Cela a soulevé des tensions et des craintes de déclenchement d’une conflagration plus large.

Une « guerre par procuration»

Au moment d’écrire ces lignes, il semble que la guerre se transforme en une longue guerre d’usure dans l’Est de l’Ukraine. Au cours des trois premières semaines, les troupes russes ont avancé sur un territoire important dans la région du Donbass et ont capturé Kherson. Après trois mois de combats acharnés et de siège, les Ukrainiens ont finalement accepté de retirer leurs dernières troupes de l’usine AzovStal à Marioupol. Mais en général, les tentatives russes d’avancer plus à l’Est depuis lors ont été infructueuses. Les troupes ukrainiennes semblent faire de petits progrès dans la région de Kherson, et les Russes se sont retirés des environs de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine avec une population de près d’un million et demi. Alors que le moral des Ukrainiens semble confiant, les Russes ont reçu plusieurs coups sérieux, dont le naufrage du navire amiral de la flotte de la mer Noire «Moskva»,

La véritable nature de la guerre en tant que «guerre par procuration» est révélée. L’impérialisme russe – prétendant lutter contre l’expansion de l’OTAN, et l’impérialisme américain – visant à affaiblir la Russie se battent en utilisant l’Ukraine comme champ de bataille.

De nombreux internationaux expriment leur solidarité avec la souffrance du peuple ukrainien, les Ukrainiens eux-mêmes s’opposent à juste titre à l’occupation russe. Mais la solution n’est clairement pas, comme le soutiennent nombre de sympathisants des Ukrainiens, d’augmenter l’approvisionnement en armes, d’augmenter les sanctions et de soutenir le renforcement de l’OTAN. Cela ne fera que prolonger la guerre, avec toute sa brutalité.

Au contraire, seule une action indépendante de la classe ouvrière, par la classe ouvrière ukrainienne avec des appels à la classe ouvrière russe et même aux soldats pour qu’ils s’opposent à la guerre, par la classe ouvrière russe pour s’opposer à la mobilisation pour la guerre, par la classe ouvrière internationale en donnant la solidarité et le blocage des transports d’armes peuvent arrêter ce conflit. Au lieu du militarisme nationaliste, la solidarité de la classe ouvrière contre les capitalistes, les dictateurs et les fauteurs de guerre est nécessaire.

Avant le 9 mai, les spéculations allaient bon train sur le fait que Poutine annoncerait la prochaine étape. Certains pensaient que les Républiques de Donetsk et de Louhansk (DNR & LNR), cette partie du Donbass reprise par les forces pro-russes en 2014 et qui a depuis été disputée avec la mort de plus de 14 000 personnes, seraient annexées à la Russie, rejointes par un nouvelle «République de Kherson» suite à un plébiscite. Ou le prétexte qu’il s’agissait d’une «opération militaire» serait abandonné en déclarant la «guerre» permettant une mobilisation nationale pour soulager l’armée sous pression dans le Donbass. Il y avait de plus en plus de spéculations selon lesquelles le président avait besoin d’une intervention chirurgicale urgente et donnerait le pouvoir au chef du Conseil de sécurité, Nikolai Patrushev, ou au premier ministre Mikhail Mishustin, qui, espérons-le, mettrait fin à la guerre. Plus conspirateurs, d’autres ont suggéré qu’il ne serait pas autorisé à survivre à l’opération.

Mais la spéculation s’est avérée fausse. Au cas où son discours s’est avéré être un pétard humide. Furieux de ne pas avoir d’autre alternative que d’attaquer l’Ukraine, il n’a annoncé aucune nouvelle initiative. Malgré un beau soleil, le survol aérien a été interrompu pour cause de «mauvais temps». La pièce maîtresse devait être «l’avion de la fin du monde», le poste de commandement de Poutine pendant la guerre nucléaire, probablement annulé sous la pression pour éviter d’aggraver davantage les tensions avec l’Occident.

Guerre d’usure prolongée probable

Pour mener la guerre dans le Donbass, le Kremlin et le régime ukrainien auront besoin de beaucoup plus de troupes, d’armes et de fournitures, notamment pour compenser les énormes pertes déjà subies. Le régime ukrainien prolonge maintenant sa mobilisation générale pour trois mois supplémentaires et reçoit bien sûr de nombreuses nouvelles armes de l’Occident.

Mais la Russie a des difficultés avec une mobilisation générale. Premièrement, le Kremlin devra accepter maintenant qu’il ne s’agit pas d’une «opération militaire», mais d’une «guerre». Cela permettrait un appel national, bien que l’on pense qu’il manque les officiers et l’équipement nécessaires pour gérer une mobilisation à grande échelle. Le Kremlin pense également qu’il pourrait y avoir une opposition considérable à cela. Il y a déjà eu des incendies criminels contre des centres de recrutement de l’armée dans plus de dix villes, en particulier dans des régions proches de l’Ukraine telles que Ryzan, Rostov et Volgograd, où les réservistes sont déjà sous pression pour s’enrôler.

Si, cependant, le régime russe décidait de mettre fin à la guerre bientôt en acceptant l’annexion de la DNR/LNR avec des frontières élargies, le parti de la guerre la condamnerait comme une trahison des objectifs initiaux et des pertes déjà subies. Donc, s’il n’y a pas de tournant inattendu, il y aura maintenant une guerre d’usure prolongée dans l’est de l’Ukraine plus proche de la guerre de tranchées de la Première Guerre mondiale que de tout ce qui appartient au 21e siècle.

La guerre des tranchées dans le Donbass se poursuit depuis 2014

La propagande du Kremlin est modifiée pour gérer les attentes. Les déclarations sont toujours parsemées de phrases sur la «dénazification» de l’Ukraine, mais l’accent est désormais mis sur la confrontation plus large avec l’OTAN. Il sera plus difficile d’expliquer les revers si la Russie ne combat que l’Ukraine, plus facile si elle fait face à tout l’Occident. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a même commencé à faire référence à la Crimée, non plus comme «une partie de la Russie», mais comme «un territoire contesté».

Démontrant l’inquiétude de l’entourage du Kremlin, le chef du parti pro-Kremlin «Russie juste», Sergueï Mironov, a maintenant suggéré l’annulation de la «journée électorale unifiée» en septembre, lorsque les gouverneurs régionaux et certaines autorités locales sont «élus». Jusqu’à présent, aucune décision n’a été prise. Le Kremlin, semble-t-il, y est favorable, car il se rend compte qu’à mesure que la guerre se prolonge et que la situation économique se détériore, les élections pourraient catalyser ce qu’ils appellent «une sérieuse montée d’un climat de protestation». Mais, ils pensent que l’annoncer maintenant serait une erreur car ce serait de facto la reconnaissance d’une longue guerre.

En opposition à cela, le Conseil de sécurité et le FSB veulent une décision rapide d’annuler les élections car, selon eux, il y aura une forte baisse du soutien au gouvernement en raison des conséquences de la guerre, ce qui donnerait «aux forces extérieures le possibilité d’agir». Si les élections sont annulées en Russie même, il serait plus difficile de justifier des plébiscites en DNR/LNR et peut-être à Kherson.

Toute guerre dévore l’humanité, celle-ci ne fait pas exception. Des dizaines de milliers de soldats des deux côtés ont péri, beaucoup plus blessés. Le nombre de victimes civiles est officiellement proche de 4000. Beaucoup d’autres sont enterrés sous les décombres de Marioupol et dans les caves des écoles utilisées comme abris anti-bombes touchés par les missiles russes. Plus de cinq millions d’Ukrainiens ont fui en tant que réfugiés, bien que Kiev étant désormais relativement plus sûre, certains reviennent. Il y a autant de déplacés à l’intérieur même de l’Ukraine.

Ce que l’on sait moins, c’est que des centaines de milliers de personnes ont fui la Russie vers la Géorgie, l’Arménie, la Turquie et ailleurs. Le monde a été choqué par les horreurs de Bucha, les histoires d’ivresse, de pillage et de viol de femmes et d’hommes souvent encouragés par des officiers dans les zones occupées par les troupes russes.

Nouvelles crises économiques

Les coûts économiques sont également importants et mondiaux. L’inflation augmentait déjà avant la guerre, mais a été accélérée par le conflit. Les coûts de l’énergie augmentent, tout comme les coûts des aliments. Le blocus naval de la mer Noire par la Russie empêche l’exportation de blé désespérément nécessaire, menaçant, selon le Programme alimentaire mondial, 44 millions de personnes de mourir de faim.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) prévoit que le PIB ukrainien chutera de 30% cette année. La Banque mondiale parle de 35% et le Cabinet des ministres suggère un effondrement de 50%. Jusqu’à 5 millions sont au chômage. Et bien sûr, il y a plusieurs millions de réfugiés internes qui ont aussi besoin de travail. Il est bien sûr prématuré de prédire le coût de la reconstruction des villes et des industries ukrainiennes – le gouvernement estime à environ 1000 milliards de dollars. Certains chiffres de l’UE suggèrent d’utiliser les avoirs saisis à la Russie.

Destruction de la guerre à Kiev

La BERD pense cependant qu’après la guerre, le PIB rebondira assez rapidement à mesure que l’économie se reconstruira. Ce qui est déjà clair cependant, c’est que l’argent promis par des donateurs étrangers tels que l’UE est assorti de conditions. L’Ukraine, pour avoir accès au fonds de reconstruction de 9 milliards d’euros qui vient d’être approuvé, devra transformer son économie conformément aux règles de l’UE et dans l’intérêt des entreprises.

En Russie, le gouvernement a pris des mesures pour surmonter le choc initial. Des contrôles stricts des capitaux et une augmentation du taux d’escompte à 20% ont contribué à stabiliser le rouble. Malgré tous les discours sur la restriction des revenus énergétiques de la Russie, cette année, selon Bloomberg, ses revenus totaux provenant de ce secteur seront de 321 milliards de dollars, dépassant le précédent record de 230 milliards de dollars en 2019. L’UE à elle seule, selon Josep Borrell, paie actuellement à la Russie 1 milliard d’euros par jour pour le pétrole et le gaz, plus que le Kremlin ne dépense actuellement chaque jour pour la guerre – 650 à 900 millions de dollars, selon diverses estimations. Ces chiffres peuvent être exagérés des deux côtés, mais ils démontrent la situation.

Cela ne veut pas dire que tout est rose dans l’économie russe. Le ministère de l’Économie s’attend à une baisse du PIB de 8% cette année, tandis que le ministère des Finances s’attend à une baisse de 12%, ce qui, selon lui, est la pire baisse en 30 ans, et anéantira une décennie de croissance économique.

Ces statistiques sèches manquent la réalité pour les gens ordinaires. Même avant la pandémie, en 2020, le Russe moyen avait 11 % de moins à dépenser qu’en 2013. Officiellement, l’inflation est désormais de 17%, mais de nombreux produits de base ont augmenté de façon bien plus importante. Plus de 300 entreprises se sont retirées de Russie, laissant rien qu’à Moscou environ 200 000 sans emploi. L’effet est retardé car certaines entreprises, comme MacDonalds, continuent de payer les travailleurs et travailleuses au moins pendant quelques mois. Ce n’est pas de la charité. Malgré l’affirmation de MacDonalds selon laquelle il quitte entièrement la Russie, il semble prévoir un accord avec des entreprises locales pour poursuivre ses opérations sous licence ou avec une marque différente.

Centres commerciaux vides à cause des sanctions

Mais les effets se font désormais sentir dans les secteurs plus traditionnels. Les compagnies aériennes arrêtent les vols, les aéroports licencient des travailleurs et travailleuses et même certains fabricants d’armes suspendent temporairement la production à mesure que les approvisionnements se tarissent. La Banque de Russie appelle cela «l’industrialisation inversée», peut-être résumée par la décision d’«Avtotor», une usine d’assemblage de voitures à Kaliningrad, de licencier 3500 travailleurs et travailleuses pendant 3 semaines, et de leur donner des parcelles de terre pour cultiver des légumes pour «aider traverser cette période difficile».

Le gouvernement de Moscou a annoncé qu’il reprendrait l’usine Renault de la ville, qui emploie 4000 personnes. Selon le maire de Moscou, elle produira des voitures à petit budget et à faible technologie sous l’ancienne marque soviétique «Moskvich». Une nouvelle loi est déjà en préparation pour permettre la certification de nouvelles voitures avec des normes de sécurité et écologiques inférieures.

L’Occident intensifie sa « guerre économique »

Plutôt que d’affaiblir l’OTAN, les actions du Kremlin ont provoqué un renforcement du bloc – avec des demandes d’adhésion lancées par la Finlande et la Suède, et une augmentation spectaculaire des dépenses militaires des puissances occidentales.

L’UE a du mal à convenir de la prochaine série de sanctions, sixième, centrée sur une interdiction de l’importation de pétrole russe d’ici la fin de l’année. La Grèce, Chypre et Malte ont déjà forcé une retraite pour permettre à leurs pétroliers de continuer à transporter le carburant. La Hongrie, la République tchèque, la Bulgarie et la Slovaquie ont des difficultés à trouver des approvisionnements alternatifs. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont le porte-parole a comparé l’effet de l’embargo sur l’économie hongroise à une bombe atomique, creuse. Il veut que l’UE restitue les 7 milliards d’euros de fonds qu’elle a retirés en réponse à ses attaques contre les droits démocratiques et son échec pour lutter contre la corruption, et plus d’argent pour reconstruire son infrastructure énergétique.

Aujourd’hui, pour s’assurer que la brutale «guerre d’usure» se prolonge, l’impérialisme occidental intensifie l’approvisionnement en armements. Les pays de l’OTAN, en particulier les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont envoyé des milliards de dollars pour financer la guerre. D’autres gouvernements envoient des canons, des roquettes, des armes anti-aériennes, des mortiers, des munitions, des véhicules et, dans le cas de la Pologne, 200 chars T72.

Le prêt-bail d’équipement

L’administration Biden intensifie ses objectifs de guerre, appelant à «l’affaiblissement de la Russie». Le projet de loi bipartite visant à débloquer 40 milliards de dollars pour le gouvernement ukrainien, soit l’équivalent d’un quart du PIB de l’Ukraine, est complété par un nouveau programme de «prêt-bail». Utilisé à l’origine par le gouvernement américain pendant la Seconde Guerre mondiale pour contourner la «neutralité» du pays et apporter une assistance militaire au Royaume-Uni, à la France, à la Chine et à l’URSS, cette fois, selon le New York Times, Biden a effectivement poussé les États-Unis encore plus profondément dans une autre guerre en Europe qui est devenue de plus en plus une lutte épique avec la Russie malgré ses efforts pour définir ses limites. Le prêt-bail signifie que les États-Unis peuvent désormais fournir d’énormes quantités d’armes modernes, le paiement étant reporté ou réduit après la fin de la guerre.

Changer la nature de la guerre

Au début de la guerre, il y avait des éléments de conflit social. La grande majorité des Ukrainiens et Ukrainiennes se sont opposé·es à l’intervention, et parfois une opposition pacifique a persuadé les troupes russes de se retirer au moins temporairement, notamment à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, lorsque les travailleurs et travailleuses sont sorties en masse pour s’opposer aux troupes. Si un mouvement ouvrier fort avait existé, il aurait pu organiser cela, lancer des appels de classe à la classe ouvrière russe, aidant à galvaniser l’opposition en Russie.

Des travailleurs et travailleuses empêchent la Russie de saisir la centrale nucléaire de Zaporozhny

De telles méthodes sont étrangères aux gouvernements capitalistes comme celui de Zelensky et à ses partisans impérialistes. Ils ne comprennent que l’usage des armes, soutenu par une rhétorique nationaliste. Maintenant que l’armée russe s’enfonce dans le Donbass, la guerre pourrait se prolonger, chaque camp lançant autant de missiles que possible l’un sur l’autre. Le Donbass, autrefois le cœur industriel florissant de l’URSS, deviendra une friche post-apocalyptique.

Pendant ce temps, alors que Kiev commence à revenir à une certaine forme de normalité, la politique pro-business revient. Cette semaine, la Rada suprême a adopté une nouvelle loi, utilisant la guerre comme couverture, pour permettre aux entreprises de mettre beaucoup plus facilement les travailleurs et travailleuses au chômage. De plus, cette semaine, la police de Kiev a arrêté des proches de soldats encore terrés à AzovStal qui ont organisé un piquet de grève pour demander au gouvernement d’envoyer de l’aide à Marioupol. Les proches sont si désespérés qu’ils ont rendu visite au pape à Rome, qui a promis de prier pour eux, et ont maintenant fait appel à Xi Jingping ! Les partis politiques pro-russes sont désormais interdits.

Les négociations de paix sont au point mort. Jusqu’au retrait de Kiev, l’Ukraine acceptait de rejeter l’adhésion à l’OTAN, de rester en dehors de tout bloc, de refuser les armes nucléaires et de devenir un «État neutre», et de discuter du statut de la Crimée et de la DNR/LNR au cours des 15 prochaines années. Mais maintenant, avec l’augmentation du flux d’armes vers l’Ukraine, Zelensky pense clairement que le temps est de son côté. Il insiste désormais sur l’intégrité territoriale complète de l’Ukraine. Il a critiqué Macron sur la télévision italienne RAI pour avoir suggéré que Kiev devrait faire des compromis pour aider Poutine à «sauver la face». Poussé par l’impérialisme occidental et confiant, il semble prêt à poursuivre la guerre pour reprendre la DNR/LNR et peut-être même la Crimée.

Les erreurs de jugement du Kremlin

Le Kremlin a mal évalué l’humeur du peuple ukrainien lorsqu’il a lancé l’invasion, s’attendant à ce qu’au moins une partie de la population, en particulier dans les villes traditionnellement pro-russes telles que Marioupol, Kharkiv et Kherson, le salue. Il s’attendait également à un soutien patriotique écrasant en Russie. Là aussi, bien que l’ambiance soit beaucoup plus confuse et contradictoire, elle a été déçue.

Certains suggèrent que cette guerre a été causée par la mauvaise santé de Poutine. Mais ce n’est pas plus une explication à cette guerre que le fait que l’assassinat de l’archiduc Ferdinand à Sarajevo a causé le massacre impérialiste de la Première Guerre mondiale. La guerre est une conséquence de la restauration du capitalisme dans l’ex-URSS, du conflit croissant entre les puissances impérialistes, combiné à un régime russe de plus en plus agressif et autoritaire basé sur l’idéologie impérialiste tsariste.

Bien qu’en Russie, les sondages d’opinion soient menés principalement pour soutenir l’élite dirigeante, ils peuvent mettre en évidence certaines tendances importantes. Le soutien à «l’intervention militaire» s’est accru, ce qui n’est pas vraiment surprenant quand c’est un délit de s’opposer à la guerre. Mais seule une petite proportion de supporters sont des bellicistes purs et durs. La plupart disent qu’ils soutiennent l’intervention uniquement pour résoudre rapidement le problème DNR/LNR. Beaucoup blâment l’Occident et l’OTAN. Une enquête a demandé à ceux qui se considèrent comme des patriotes de nommer une chose dont ils étaient fiers, très peu pouvaient le faire. Un autre sondage principalement dans les grandes villes demandait à trois catégories de personnes d’exprimer leur opinion. Ceux «qui n’ont aucun problème à acheter tout ce dont ils ont besoin» étaient largement favorables à l’intervention. Ceux qui «ne pouvaient pas payer les gros achats» étaient divisés, tandis qu’une majorité de ceux qui «ont des difficultés à acheter ne serait-ce que l’essentiel» étaient contre la guerre. Dans le même temps, une autre enquête par âge a identifié une opposition claire et apparemment croissante parmi les plus jeunes.

La guerre exacerbe également la question nationale au sein même de la Russie. De nombreux soldats envoyés en Ukraine sont issus des régions les plus pauvres et subissent les pertes les plus lourdes. La Bouriyatie — nord de la Mongolie — sur les rives du lac Baïkal a enregistré officiellement 98 morts, tandis que le Daghestan dans le Caucase avec plus de 30 nationalités, principalement musulmanes, a subi 135 pertes. Moscou et Saint-Pétersbourg n’en rapportent que 13. Il y a un nationalisme croissant dans ces régions alors qu’une fois de plus on leur demande de se sacrifier pour Moscou, et ce qu’on appelle de plus en plus le «monde russe».

Plusieurs funérailles en Bouriatie

Pendant ce temps, le jeu des reproches fait rage au sein de l’élite dirigeante russe. Les rapports indiquent que le premier sur la ligne de tir a été le FSB – le principal successeur du KGB – accusé d’avoir mal évalué l’humeur des Ukrainiens. La collecte de renseignements sera désormais du ressort du GRU, connu pour l’empoisonnement des opposants. Le chef d’état-major général Gerasimov était également visiblement absent du défilé du jour de la victoire, qui aurait été écarté. Les commandants sur le terrain et jusqu’à 150 autres officiers supérieurs ont été démis de leurs fonctions. Pendant ce temps, des fauteurs de guerre comme le dictateur tchétchène Kadyrov ont reçu l’ordre d’accepter toute déclaration publique avec l’administration présidentielle.

Isolement de la Russie

La Russie s’est isolée même de ses anciens amis. Bien que le président biélorusse Loukachenko ait annoncé en décembre que la Crimée faisait «de jure» partie de la Russie, le Kazakhstan, l’Arménie, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan ont tous refusé de reconnaître la domination russe sur la Crimée, la DNR et la LNR, et tous refusent d’envoyer des troupes pour soutenir la politique de Poutine. invasion.

Cela reflète en grande partie la question nationale. Au Kazakhstan, par exemple, la ligne de neutralité officielle du gouvernement se reflète dans les médias en langue russe. Les médias en langue kazakhe sont très pro-ukrainiens. Malgré l’utilisation des troupes russes pour mettre fin aux manifestations de janvier, le pays a depuis été ravagé par une vague de grèves. L’Arménie connaît également des manifestations de masse contre le Premier ministre Nikolai Pashinyan, alimentées par la situation économique, par le dégoût qu’il est assis sur la clôture, plutôt que de condamner la Russie, mais surtout de condamner les concessions proposées par Pashinyan dans le différend du Haut-Karabakh.

Manifestations à Erevan, Arménie

Maintenant, les dirigeants de l’Ossétie du Sud, l’enclave pro-russe en Géorgie, disent qu’ils organiseront un référendum pour rejoindre la Russie en juillet. Il n’est cependant pas certain que la majorité des Sud-Ossètes soutiendraient désormais une telle démarche. Depuis la guerre russo-géorgienne de 2008, Moscou dirige la république d’une main autoritaire. Au cours du premier mois du conflit ukrainien, des centaines de soldats ont été envoyés d’Ossétie du Sud. Après que plusieurs aient été tués, ils ont refusé de se battre en rentrant chez eux, se plaignant du mauvais équipement, étant utilisés comme chair à canon et des officiers qui disparaissaient chaque fois que les combats commençaient. Un officier avait tellement peur de ses propres hommes qu’il avait un garde de sécurité pour le protéger d’eux.

La vantardise de la Russie de s’emparer de la bande de territoire du sud de l’Ukraine jusqu’à l’enclave pro-russe de la Transnistrie a accru les tensions en Moldavie. Des explosions tant à Tiraspol, la capitale de l’enclave qu’autour des dépôts d’armement russes, ont réveillé la question de la Transnistrie. Il est dirigé par une clique corrompue – un oligarque contrôle à lui seul 60 % de l’économie – qui préfère le statu quo et a donc résisté aux tentatives de la Russie de l’entraîner dans le conflit. Vadim Krasnoselsky, président de la Transnistrie, s’est rendu à Kishenev pour discuter du renforcement de son statut au sein de la Moldavie.

La présidente moldave Maia Sandu, une politicienne néolibérale très favorable à l’UE et à la Roumanie, a intensifié sa campagne pour rejoindre l’UE et l’OTAN. Elle dit qu’elle pourrait organiser un référendum sur l’adhésion à l’UE, qu’une majorité soutiendra probablement, mais au prix d’une détérioration des relations avec la Transnistrie, et probablement avec l’autre minorité aussi – la Gagaouzie – peuplée d’un peuple turc, mais russe orthodoxe.

Bien que l’UE promette d’examiner les demandes d’adhésion à l’UE de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie dès juin, Macron affirme qu’il faudra des années, voire des décennies, pour les traiter. Pour apaiser les trois, il leur propose une «Communauté européenne parallèle». Ni l’option totale, ni l’option de deuxième niveau dans la guerre froide qui se développe aujourd’hui n’aidera la classe ouvrière moldave, ni n’aidera à garantir la paix. Mais la réticence des dirigeants européens à accepter la candidature pourrait même pousser Sandu à organiser un référendum pour fusionner avec la Roumanie, pour rejoindre l’UE par la petite porte. Le régime ukrainien a démontré sa vraie nature en offrant au Sandu l’utilisation des troupes ukrainiennes pour prendre le contrôle de la Transnistrie.

En Biélorussie également, Loukachenko n’a pas été en mesure de soutenir ouvertement la guerre en raison de l’opposition à travers le pays. Un nombre important de Biélorusses sont allés en Ukraine en tant que «partisans», et en Biélorussie même, le sabotage des chemins de fer pour bloquer le transport d’armes est répandu. Loukachenko a annoncé le rétablissement de la peine de mort pour les «terroristes», visant les personnes impliquées dans le sabotage.

Plus loin, la pression russe sur la Republika Srpska en Bosnie a accru les tensions, ses dirigeants exigeant une autonomie accrue. À son tour, l’entité croate intensifie ses revendications avant les élections d’octobre, soutenue par les nationalistes de droite en Croatie même.

Chine – prudent « pas de limites »

L’accord «sans limites» signé par XI Jinping et Poutine en février a été mis à rude épreuve. Les dirigeants américains continuent de souligner qu’ils considèrent la Chine comme la plus grande menace et l’avertissent de ne pas aider la Russie à passer outre les sanctions. La Chine, à son tour, refuse de condamner l’invasion de l’Ukraine par le Kremlin, accuse les États-Unis et l’OTAN d’attiser les tensions et s’oppose à l’utilisation de sanctions contre la Russie. Xi fait face à des critiques croissantes de l’intérieur du régime chinois pour l’accord, et aurait été bouillonnant de colère après les révélations du massacre brutal de Bucha, lorsque le ton des déclarations chinoises a changé. Selon Aleksey Arestovich, porte-parole de Zelensky, Xi leur a dit en secret que la Chine soutenait l’intégrité territoriale de l’Ukraine, y compris le Donbass et la Crimée.

Pas de limites, mais…

L’impérialisme occidental utilise l’action contre Poutine comme un avertissement à la Chine. Le régime chinois soumet ses systèmes à des tests de résistance. Des spécialistes militaires discutent de la stratégie russe et de ses premiers échecs. Taïwan n’est pas l’Ukraine, mais une île avec la moitié de la population sur un territoire à peine plus grand que la Crimée. Zhao Tong (Carnegie Endowment for International Peace) suggère que les stratèges chinois concluent qu’ils ont besoin «d’une opération beaucoup plus forte et beaucoup plus complète au tout début pour choquer et émerveiller les forces taïwanaises». La Banque centrale de Chine consulte des banquiers internationaux pour sécuriser ses 3000 milliards de dollars de réserves de change, afin que leurs actifs ne soient pas gelés comme ceux de la Russie. Les mesures sont renforcées pour localiser les chaînes d’approvisionnement.

La Chine est en équilibre sur une ligne fine en ce qui concerne les sanctions. Il ne fait rien pour aider la Russie à les esquiver. Après huit ans de retard, le pont sur le fleuve Amour doit être ouvert, permettant au fret ferroviaire de se relier au Transsibérien dans le cadre de l’initiative «la Ceinture et la Route». Il y aura une certaine augmentation du commerce bilatéral, qui a quand même augmenté cette année de 28 %. Bien que peu important pour la Chine, dont le PIB est dix fois supérieur à celui de la Russie, il est significatif pour cette dernière.

Il utilise cependant son propre levier économique pour faire pression sur le Kremlin. La Chinese National Petroleum Corporation honore le contrat de février pour acheter du gaz naturel à la Russie au prix alors convenu. Il portera le volume de gaz acheté à 48 milliards de m3 par an, soit 27 % de ce que la Russie fournit actuellement à l’UE. La Chine est le plus gros acheteur de pétrole brut de la Russie et encore une fois, les entreprises publiques Sinopec et PetroChina respectent également leurs obligations, mais refusent d’acheter des fournitures supplémentaires. Cela laisse quelques petits raffineurs chinois indépendants acheter du pétrole à des prix considérablement réduits.

Dans le même temps, les entreprises chinoises quittent la Russie de peur d’être sanctionnées. UnionPay, l’alternative chinoise à Visa et Mastercard, a, jusqu’à présent, refusé d’autoriser les banques russes à l’utiliser. D’autres banques, dont la «Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures» chinoise, se sont retirées des projets, tandis que Huawei, Lenovo, Xiaomi et Lifan, le plus grand détaillant de voitures chinoises en Russie, sont discrètement partis. Le fabricant de drones DJI a également cessé de vendre ses produits «à des fins militaires». Cela ne dérange apparemment pas qu’ils soient utilisés par le régime chinois contre les Ouïghours.

Tout en s’opposant aux «sanctions unilatérales», la Chine passe à l’offensive diplomatique. En avril, il a lancé son «Initiative de sécurité mondiale», appelant à une sécurité durable , au maintien de la souveraineté , à l’intégrité territoriale et à la non-ingérence dans les affaires intérieures .. Cela justifierait sa pression sur Taïwan, et sous couvert de «sécurité durable», il utilise l’argument de la Russie selon lequel la politique de défense de l’Ukraine était une menace pour la Russie elle-même. Le jour où ils ont annoncé GSI, la Chine a signé un pacte de défense avec les îles Salomon. Xi Jinping fera pression sur l’accord lors du sommet des BRICS, qui après deux ans de réunions virtuelles doit se réunir en juin, pour tenter d’encourager l’Inde dans le camp anti-américain. L’Inde critique cependant l’incursion de la Chine au Ladakh, au Cachemire.

Comment mettre fin à la guerre

Que cette guerre se poursuive comme une guerre d’usure brutale des deux côtés, ou que l’un ou l’autre des côtés fasse une percée, avec le renforcement massif de la militarisation à l’échelle mondiale, les pénuries alimentaires et énergétiques avec une inflation galopante, le monde, de plus en plus divisé en camps belligérants, ne reviendra pas à la normale. Ni un côté ni l’autre ne mène cette guerre dans l’intérêt des gens ordinaires. S’il est vrai que Zelensky est devenu extrêmement populaire en Ukraine et dans le monde, sous prétexte de se battre pour la nation ukrainienne, après la guerre, son régime poursuivra sa politique néolibérale, plus nationaliste de droite, contre les intérêts de la classe ouvrière ukrainienne.

Nous nous opposons totalement à l’invasion et à l’occupation de l’Ukraine par l’armée russe et soutenons pleinement le droit à l’autodétermination de l’Ukraine. Cela signifie aussi l’opposition à l’OTAN, et l’augmentation massive de la militarisation, de l’approvisionnement en armes et des sanctions. Nous ne soutenons ni le renforcement de l’impérialisme russe ou occidental, mais sommes pour l’organisation et la solidarité de la classe ouvrière contre la guerre, la division nationale, l’exploitation et le système capitaliste.

Ce n’est que lorsque la classe ouvrière relèvera le gant et se battra pour remplacer le capitalisme et l’impérialisme par un système socialiste démocratique mondial que ces horreurs pourront prendre fin.

Mots clés , , , , , , , .