Pour un mouvement de masse contre la guerre et l’impérialisme

4 min de lecture

Le 24 février, l’Europe s’est réveillée avec une guerre au cœur de l’Europe de l’Est qui risque de plonger toute la région et le monde dans une déflagration militaire ouverte. L’invasion criminelle de l’Ukraine par le régime russe est un choc dont l’onde se répercute à travers le globe tandis que d’énormes souffrances sont infligées aux travailleurs et travailleuses d’Ukraine et de Russie.

Poutine espérait que l’affaire soit rapide, mais l’armée d’invasion s’est heurtée à une résistance farouche de la part des militaires ukrainiens et des populations civiles. Des comités de défense locaux ont été créés et les gens se sont équipés d’armes de fortune pour saper l’avancée russe. Les vidéos et les photos de civils non armés affrontant des véhicules blindés russes et demandant aux soldats russes de battre en retraite, parfois avec succès, sont peut-être les plus frappantes.

De nombreux jeunes soldats russes ont été confrontés à la réalité de cette guerre, qui se présente de manière très différente de ce que leur gouvernement leur avait fait croire. La situation est exacerbée par les difficultés logistiques auxquelles l’armée russe est confrontée, les pénuries de gaz et de nourriture signalées ayant un impact profond sur sa capacité à mener efficacement des opérations militaires.

La guerre de Poutine sous pression

Le mécontentement couve à tous les niveaux de la société russe, y compris parmi des membres de l’élite proches de Poutine qui exigent une escalade du conflit, comme le brutal dictateur tchétchène Kadyrov. Parallèlement, l’opposition à la guerre se fait de plus en plus entendre. Des manifestations ont eu lieu dans presque toutes les grandes villes du pays en dépit d’une féroce répression. La riposte occidentale a également eu un impact significatif sur l’économie russe, bien qu’elle ait touché de manière disproportionnée la population ordinaire plutôt que l’élite.

Face à toutes ces pressions, Poutine a dû régulièrement intensifier la brutalité de ses attaques. Le bombardement aveugle des grandes villes ukrainiennes, dont Kiyv, Odessa, Lviv, Mariupol et d’autres, a laissé des quartiers entiers en ruine. Plus de 1,5 million de réfugié·es, presque exclusivement des femmes et des enfants, ont fui le pays et quelque 1,8 million d’autres ont été déplacé·es à l’intérieur du pays. Poutine s’est par ailleurs engagé dans une campagne de terrorisme psychologique pour briser le moral des masses en Ukraine. La menace d’une catastrophe nucléaire, utilisée à la fois en augmentant le niveau d’alerte des défenses nucléaires russes et en bombardant la plus grande centrale nucléaire d’Europe à Zaporizhzhya, en est un exemple.

Répondre à la peur par la résistance

Mais la résistance à l’invasion de la Russie n’a cessé de croître. Alors que les négociations et les contre-mesures occidentales continuent d’échouer, les jeunes et les travailleurs et travailleuses se sont organisé·es pour exprimer leur opposition à ce massacre insensé. En plus des grandes manifestations en Russie et au Belarus, nous avons vu se développer un mouvement anti-guerre en Allemagne et des manifestations ont eu lieu dans la plupart des pays européens.

Alors que les impérialismes occidental et russe ne parviennent pas à mettre fin à la guerre, c’est à nous, travailleurs, travailleuses et jeunes, de proposer une alternative. Seul un mouvement anti-guerre international venant d’en bas peut imposer la fin des combats et défier les élites qui profitent de la guerre. Nous sommes les seul·es à pouvoir proposer des solutions capables de protéger des vies et de jeter les bases d’un monde sans guerre, sans impérialisme et sans exploitation. Rejoignez-nous et luttons ensemble pour notre avenir !

Nos revendications

– Stop à la guerre en Ukraine! Retrait immédiat des troupes russes!
– Pour le droit des Ukrainiens et Ukrainiennes à décider de leur propre avenir, y compris le droit à l’autodétermination des minorités!
– Aucune confiance dans l’impérialisme et la course aux armements des États-Unis et de l’OTAN.
– Non à la politique raciste de l’UE en matière de réfugié·es! Ouverture de voies sûres et légales pour tous les réfugié·es. Accès à un logement décent, aux soins de santé et au travail ou aux allocations pour tous et toutes!
– Aucune illusion envers la diplomatie des fauteurs de guerre! Pour un mouvement de masse international contre la guerre et l’impérialisme!
– Soutien aux mobilisations russes contre la guerre et le régime de Poutine!
– Pour une alternative socialiste et internationaliste aux conflits capitalistes qui conduisent à la guerre et à la destruction!

Mots clés , , , .