L’avortement interdit au Texas : il faut transformer la colère en action de masse

L’avortement a été interdit au Texas pratiquement du jour au lendemain. Toutes les cliniques de l’État, déjà peu nombreuses, ont interrompu leurs services d’avortement. Les États voisins, comme la Louisiane et l’Arkansas, voient déjà augmenter le nombre de patientes du Texas désireuses d’avorter. Des millions de femmes sont désormais terrifiées à l’idée de devoir se tourner vers l’avortement clandestin extrêmement dangereux pour interrompre une grossesse.

La Cour suprême américaine a décidé de ne pas bloquer la mise en application d’une loi anti-avortement très restrictive au Texas. Le projet de loi 8 du Sénat (le Texas Senate Bill 8 ou S.B.8) interdit tout avortement après la détection des battements du cœur du fœtus, généralement entre cinq et six semaines de grossesse, y compris dans les cas de viol et d’inceste. Entre 85 et 95 % des avortements ont lieu après cette période. La plupart des femmes ne savent pas qu’elles sont enceintes à ce moment-là.

Si cela n’était pas assez barbare, ce qui est particulièrement stupéfiant dans ce projet de loi, c’est son mécanisme d’application. Alors que depuis des années, une douzaine d’États républicains ont adopté des projets de loi similaires sur le battement de cœur qui ont été bloqués par les tribunaux, la loi du Texas fait passer l’application de la loi de l’État à des citoyens à titre privés. La loi permet à des citoyens de dénoncer, contre une récompense, ceux et celles qui aident les femmes à avorter, la prime pouvant atteindre les 10 000 dollars par cas. Même un chauffeur Uber qui a emmené quelqu’un à un rendez-vous pour un avortement pourrait être poursuivi.

Un rappel à l’ordre

La menace d’un renversement de l’arrêt Roe contre Wade a plané au-dessus de nos têtes ces dernières années. Il s’agit d’un arrêt historique rendu par la Cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l’accès à l’avortement. Un fanatique religieux déséquilibré et un prédateur sexuel ultraconservateur ont été nommés à la Cour suprême par l’ancien président Donald Trump sans que les Démocrates ne réagissent. La Cour suprême, hautement antidémocratique, a maintenant ouvertement démontré qu’elle était disposée à céder aux fanatiques de droite anti-avortement. Les perspectives de l’affaire Dobbs contre Jackson Women’s Health Organization, qui déterminera si les États peuvent interdire l’avortement après 15 semaines, sont dorénavant beaucoup plus sombres.

De nombreuses Lois ont été adoptées par des républicaines dans les divers États du pays et sont en attente d’un affaiblissement de l’arrêt Roe contre Wade. Elles entreraient directement en application si cela devait advenir. Les récents événements du Texas sont la faille qu’ils attendaient avec tant d’impatience. Les lobbyistes pro-vie, c’est-à-dire opposé·es à l’avortement, contactent déjà les groupes texans pour les aider à rédiger des lois similaires. Le modèle texan pourrait bientôt être exporté dans des dizaines d’États.

Les travailleurs et travailleuses, et tout particulièrement les jeunes femmes, sont enragé·es à travers le pays. Mais il manque dramatiquement une direction politique afin de canaliser en action concrète l’opposition des 70% d’Américains et Américaines face aux attaques contre l’avortement. Les principales organisations de défense des droits reproductifs ont publié des vidéos sans lancer aucun appel à l’action.

Après un bref moment de choc et de surprise face à l’interdiction soudaine de l’avortement, il est clair pour des millions de personnes au Texas et dans tout le pays que des manifestations de masse, et même une journée d’action coordonnée, sont nécessaires pour commencer à riposter et défendre les droits reproductifs et les droits des femmes.

Soulevons-nous pour riposter!

Nous sommes confronté·es aux plus graves attaques contre les droits reproductifs des femmes depuis des décennies, mais la situation n’est en aucun cas désespérée. Nous pouvons protéger nos droits et garantir des avortements légaux dans tout le pays. Mais cela nécessite de construire un mouvement de masse de l’ampleur du mouvement des femmes des années 1960/70 qui a permis de remporter l’arrêt Roe contre Wade en 1973, en dépit d’une Cour suprême conservatrice durant la présidence de Richard Nixon. Le pays a été secoué par des mobilisations de masse, des grèves, alors que des organisations radicales de base étaient engagées dans la bataille.

C’est ce dont nous avons besoin aujourd’hui. Notre mouvement devra exercer une pression énorme sur les Démocrates qui contrôlent la présidence et le Congrès pour qu’ils agissent, ainsi que sur la Cour suprême qui s’apprête à se prononcer sur l’affaire Dobbs.

Un mois avant de remporter la présidence, Joe Biden, alors candidat, s’est engagé à faire de l’arrêt Roe contre Wade la loi du pays. Avec le contrôle de la présidence et du Congrès, Joe Biden et les Démocrates n’ont aucune excuse pour ne pas tenir leur promesse.

Nous devons exiger que les Démocrates agissent. Parmi les nombreuses autres promesses non tenues, ils n’ont jusqu’à présent pas réussi à instaurer un salaire minimum fédéral de 15 dollars de l’heure, à adopter une législation radicale sur le climat, à protéger les droits syndicaux, à augmenter le taux d’imposition des grandes entreprises ou à rétablir le financement fédéral du Planning familial. À moins qu’un mouvement de masse ne se développe et qu’une pression immense ne soit exercée sur l’administration Biden, nous pouvons ajouter la protection du droit à l’avortement à cette liste.

Les dirigeants démocrates doivent faire tout ce qu’il faut pour adopter des protections radicales du droit à l’avortement. Ils peuvent agir maintenant pour inscrire l’arrêt Roe contre Wade dans la loi, mais comme nous l’avons vu, ils utiliseront toutes les excuses possibles pour ne pas agir. Nous ne pouvons pas leur laisser un pouce de marge de manœuvre pour contourner ce problème, nous avons besoin de manifestations et de grèves de masse pour exiger que les Démocrates codifient immédiatement cet arrêt. Les progressistes au Congrès doivent utiliser tous les moyens de pression dont ils disposent pour exiger que l’establishment agisse. En outre, nous devons mobiliser des manifestations de masse dirigées vers la Cour suprême, qui se prépare à prendre une décision dans l’affaire Dobbs. Pour déterminer les tactiques de notre mouvement, nous pouvons nous inspirer du récent mouvement des femmes en Pologne, où les femmes ont organisé une grève de masse pour protéger le droit à l’avortement.

Le féminisme socialiste est plus nécessaire que jamais

Notre lutte pour la libération des femmes doit aller au-delà de la question de l’accès à un avortement libre, sûr et légal. Cette interdiction et d’autres frapperont davantage les femmes pauvres et issues de la classe des travailleurs et travailleuses, celles qui souffrent déjà de la crise du logement et du manque de garderies. Nous avons besoin d’une lutte féministe socialiste pour des soins reproductifs gratuits et de haute qualité, y compris des services publics de garde d’enfants, le contrôle des loyers et des logements publics de bonne qualité. Nous devons mettre fin à la spéculation sur les soins de santé et assurer une transition immédiate vers un système de soins de santé pour tous et toutes. Nous devons également lutter contre le racisme, la transphobie et la terreur d’État contre les migrant·es, car toutes les formes d’oppression ne servent qu’à diviser la classe des travailleurs et travailleuses.

La génération actuelle de jeunes femmes n’est pas vendue au féminisme libéral qui limite ses revendications à l’accès des femmes aux postes dirigeants de la société capitaliste. Une soif de changement est visible partout autour de nous, pour un changement fondamental qui mette un terme décisif aux crises et à l’exploitation. Sous le capitalisme, chaque conquête péniblement arrachée par un mouvement social, tel que l’arrêt Roe contre Wade, peut être brisé par la volonté de la classe dirigeante. Pour obtenir une véritable libération de l’oppression de genre, la colère doit être canalisée contre le système capitaliste lui-même dans une lutte puissante pour une transformation socialiste de la société.

Mots clés , , , , , .