Bessemer, Alabama, où 5 800 David affrontent Goliath

Les yeux des travailleuses et travailleurs de toute la nation sont tournés vers Bessemer, une banlieue de Birmingham, en Alabama, où les employé·es du centre de distribution d’Amazon votent pour la reconnaissance syndicale. Plus de 5 800 travailleuses et travailleurs courageux affrontent un goliath des temps modernes: Amazon et l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos. 

Amazon n’a ouvert le Fulfillment Center qu’en avril 2020. Confronté·es immédiatement à des quarts de travail de 12 heures, à une surveillance électronique qui suit à la seconde près le moindre mouvement des employé·es et à des temps de pause quasi inexistants, des personnes ont déclaré s’effondrer sur leur lieu de travail et être immédiatement menacées par la supervision. Quelques mois plus tard, des employé·es ont contacté le Retail Wholesale and Department Store Union (RWDSU) pour lancer une campagne de syndicalisation.

Depuis octobre, des personnes du RWDSU se sont présentées aux portes de l’entrepôt jour et nuit pour parler aux travailleuses et travailleurs à leur départ. Des milliers d’employé·es d’Amazon du centre de distribution de Bessemer veulent avoir leur mot à dire sur leurs conditions de travail et envoient maintenant leur bulletin de vote. Le vote a débuté le 8 février et se poursuivra jusqu’au 29 mars, date limite de réception des bulletins. Rendez-vous sur BAmazonUnion.org pour plus d’informations.

Pourquoi un syndicat?

Même en Alabama, le salaire de départ de 15$/h proposé par Amazon n’est pas suffisant. De nombreux employé·es veulent se battre pour obtenir 20$/h, des temps de pause plus longs, la fin du Time off Task (TOT) et le paiement des heures supplémentaires à raison d’une fois et demie pour les postes de plus de huit heures.

L’obtention d’un syndicat ne fera pas immédiatement de ces améliorations une réalité, mais elle donnera aux travailleuses et travailleurs la possibilité de lutter ensemble pour les obtenir. Il est facile de comprendre comment l’ensemble des employé·es de l’entrepôt demandant collectivement des salaires plus élevés peut gagner plus facilement qu’une seule personne demandant une augmentation. La meilleure façon de lutter pour de meilleurs salaires et de meilleures conditions est de s’organiser et de rester uni·es. À l’entrepôt de Bessemer, le vote en faveur d’un syndicat serait une victoire importante. Toutefois, ce ne serait que la première étape. Après cela, la lutte pour un premier contrat pourrait s’étendre sur des mois, voire des années. Même après la signature d’un contrat, les grands employeurs comme Amazon font tout ce qu’ils peuvent pour presser les travailleuses et travailleurs jusqu’à la dernière goutte, en ignorant ou en truquant les accords. Les syndicats ne sont forts que si leurs membres se conscientisent, s’activent et s’impliquent.

Ce n’est pas par hasard si Amazon a choisi Bessemer pour y installer l’un de ses plus grands entrepôts du pays. L’entreprise pensait que la population majoritairement noire de la région, où le taux de pauvreté est plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale, serait plus susceptible d’accepter des conditions pénibles. Elle avait tort. Au moins 70% des personnes employées du Fulfillment Center sont noires, tout comme les principales travailleuses et travailleurs de la campagne. Dans la foulée du soulèvement de Black Lives Matter contre les brutalités policières racistes l’été dernier, le message est désormais que la vie des personnes noires compte aussi au travail. En outre, la majorité des employé·es de l’entrepôt sont des femmes. Les femmes, et les femmes noires en particulier, sont plus susceptibles d’occuper des emplois essentiels dans le cadre de la pandémie, et dans le monde entier. Et aux États-Unis, elles ont été à l’avant-garde des batailles contre les patrons. Combattre le racisme et le sexisme, tant au niveau individuel que systémique, est une tâche cruciale pour le mouvement ouvrier et la lutte des classes dans son ensemble. C’est en faisant cela – en montrant clairement la solidarité entre les travailleuses et travailleurs au-delà des lignes raciales, de genre, religieuses et autres – que nous pourrons construire un mouvement suffisamment fort pour affronter et remporter des victoires sur Amazon et toutes les grandes entreprises. 

Amazon contre-attaque

Dans l’avenir, nous apprendrons peut-être combien de millions $ Amazon dépense pour convaincre les employé·es de voter non. Des divulgations en février ont révélé que Amazon dépense 3 200 $ par jour et par consultant pour une firme antisyndicale très puissante. Bien que nous ne sachions pas combien de consultants sont impliqués, il y en a au moins 10.

De la même manière que Amazon suit tous les mouvements de ses employé·es sur la ligne de production, la compagnie suit également les sympathies syndicales. Les journalistes de Socialist Alternative sur le terrain à Bessemer ont appris qu’une employée avait été amenée à une réunion captive avec 30 collègues. Le chef de la réunion a demandé si quelqu’un avait déjà fait partie d’un syndicat. Et cette travailleuse a répondu. Elle a expliqué qu’elle a déjà été dans le RWDSU et qu’elle pense que le syndicat est bon. Elle a été immédiatement escortée hors de la réunion, son badge d’identification a été scanné et elle n’a plus jamais été invitée à une telle réunion. 

Le personnel est soumis à des SMS antisyndicaux quotidiens, à des panneaux antisyndicaux dans chaque cabine de toilettes, et il est ciblé par des publicités sur des sites web et des médias sociaux. Amazon a également importé des travailleuses et travailleurs antisyndicaux d’autres États pour que ces personnes se rendent sur place et tentent de convaincre les gens qu’un syndicat n’est pas nécessaire. Dans son message antisyndical, Amazon continue de colporter des mensonges et de la désinformation, faisant des déclarations scandaleuses sur les cotisations et affirmant que rien de plus ne peut être gagné avec un syndicat. 

La campagne syndicale de Bessemer est déjà une source d’inspiration pour les travailleuses et travailleurs du monde entier. Rien que chez Amazon, il existe déjà un potentiel de dizaines d’actions syndicales dans tout le pays et dans le monde entier, et c’est exactement la raison pour laquelle ils se battent si durement contre cette action. Des millions de personnes seraient encouragées et inspirées à organiser des syndicats sur leur propre lieu de travail après avoir vu que les travailleuses et travailleurs de l’Alabama peuvent affronter avec succès la puissante Amazon.

Sur le terrain de la campagne de syndicalisation

Consciente de l’importance de cette lutte de classe, Socialist Alternative a décidé de ne pas se contenter d’applaudir depuis les coulisses. Une équipe d’organisateurs et d’organisatrice de Socialist Alternative aide à coordonner les actions de proximité à Birmingham et Bessemer. En collaboration avec BLM Birmingham, DSA Birmingham, RWDSU ainsi que d’autres syndicats locaux tels que ceux des travailleuses et travailleurs de l’enseignement, de la ferraille, de la métallurgie et de l’électricité, nous menons campagne quotidiennement dans les quartiers ouvriers avec des pancartes et des feuilles d’inscription. Non seulement nous avons trouvé un soutien écrasant pour la campagne syndicale, mais de nombreuses personnes à qui nous parlons connaissent une personne qui travaille à l’entrepôt. Un bon 1% de la population de Birmingham et 2% de la population de Bessemer travaillent à l’entrepôt. Dans la ville voisine de West Blocton, 4% de la population travaille à l’entrepôt. Les employé·es de Amazon ont déclaré être encouragé·es par le sentiment que la communauté les soutiennent lorsqu’ils voient des pancartes ou entendent des ami·es qui les soutiennent.

De plus, Socialist Alternative produit des rapports réguliers sur la campagne de syndicalisation. Attendez-vous à des mises à jour quotidiennes sur Twitter, Facebook et Instagram ainsi qu’à des mises à jour régulières sur SocialistAlternative.org

L’enthousiasme autour de cette campagne ne cesse de croître. Le soutien d’autres syndicats importants, du président, de la Guilde des acteurs et la récente visite de plusieurs membres du Congrès continuent à insuffler de l’énergie à la campagne. Alors que l’appel viral récent #BoycottAmazon montre que des millions de personnes à travers le pays veulent faire ce qu’elles peuvent pour aider la campagne, ni le syndicat, ni Socialist Alternative ne considèrent le boycott comme un moyen efficace de le faire (nous expliquons pourquoi ici). 

Le 20 mars, des manifestations de solidarité avec les employé·es de Bessemer sont organisées dans toutes les villes du pays. Les sections de Socialist Alternative aident à les organiser et encouragent tout le monde à y participer. Si vous êtes dans un syndicat, proposez une résolution de soutien aux employé·es de Amazon! Quoi qu’il en soit, parlez à autant de membres de votre famille, d’ami·es, de voisin·es et de collègues de travail que possible de ce qui se passe à Bessemer, AL.

Suivez et envoyez vos messages de soutien à BAmazonUnion.org sur Twitter, Instagram et Facebook.

Mots clés , , .