Attentats du 11 septembre 2001

Ce que les socialistes disent du terrorisme

Cet article de Peter Taaffe a été écrit à la suite des attentats suicides du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles du World Trade Center aux États-Unis. Il est tiré et adapté de la version du texte de la brochure Marxism Opposes Terrorism publiée en ligne.


The Socialist a condamné sans détour ceux qui ont attaqué le World Trade Center (WTC) et le Pentagone. Nous avons décrit leurs méthodes comme étant celles de «petits groupes employant le terrorisme de masse».

En même temps, nous n’avons apporté aucun soutien à George Bush ou à Tony Blair, qui appellent à une «guerre contre le terrorisme», mais qui soutiennent la terreur d’État contre des personnes innocentes et sans défense dans le monde néocolonial.

Cependant, notre approche n’est pas partagée par tout le monde, même par les autres groupes socialistes. Certains sont équivoques ou refusent de «condamner» ces attaques. Cette attitude est profondément erronée et risque d’aliéner la majorité de la classe ouvrière, de la pousser dans les bras de Blair et Bush et de leurs préparatifs de «guerre». De plus, elle va à l’encontre d’une opposition de principe de longue date des socialistes à ces méthodes.

Marxisme

Historiquement, le marxisme a toujours été opposé aux méthodes terroristes. En 1938, Léon Trotsky, résumant l’attitude du bolchevisme, déclarait :

Tous les marxistes en Russie ont commencé leur lutte historique en s’opposant au terrorisme.

Trotsky a fait remarquer que sous la dictature tsariste millénaire en Russie :

la première réaction de la jeunesse a été la vengeance, l’assassinat de ministres, et nous [les socialistes et marxistes, les bolcheviques] leur avons dit : Ce n’est pas que [les méthodes terroristes] soient notre vengeance, non pas l’assassinat de ministres, mais l’assassinat du tsarisme, l’ordre de la tyrannie.

Et ce, dans un pays où la montée du mouvement ouvrier et de ses partis — bolcheviques et mencheviques — a confronté deux grands partis, le Narodnya Volya ( La Volonté du peuple ) et les Socialistes Révolutionnaires, qui ont basé leur tactique sur la terreur. Ces méthodes ne pouvaient s’imposer à une couche de jeunes, d’intellectuels, de travailleurs individuels et de paysans que dans la mesure où le mouvement organisé de la classe ouvrière ne se développait pas et n’apparaissait pas encore pleinement sur la scène politique.

Révolution

La révolution russe de 1905, avec l’entrée en scène des masses, notamment de la classe ouvrière, a relégué ces méthodes au second plan. Mais la défaite de la révolution en 1907 a vu une fois de plus la montée des méthodes terroristes.

Cela était une réaction au meurtre, à la torture et à l’emprisonnement par la machine étatique tsariste. Même à cette époque, les bolcheviques s’opposaient implacablement aux méthodes terroristes. Trotsky a comparé le terrorisme individuel à des «libéraux avec des bombes». Tout cela nous paraît étrange aujourd’hui.

Pourtant, un libéral estime qu’un changement fondamental peut être assuré par des mesures partielles. Le remplacement d’un ministre ou même d’un gouvernement suffit à provoquer un changement. De même, les terroristes pensent qu’en assassinant ou en bombardant un représentant individuel – ou même un groupe – de l’impérialisme ou du capitalisme, ce système peut être « déstabilisé », voire mis en échec.

Capitalistes

Cependant, les capitalistes trouveront toujours les remplaçants suffisants pour ceux qui ont été éliminés par les actions des terroristes. C’est pourquoi les socialistes et les marxistes opposent à ces méthodes des actions de masse, des réunions de masse, des manifestations et des grèves, y compris la grève générale, pour vaincre les patrons et abolir le capitalisme.

Par conséquent, l’activité des socialistes et des marxistes, et du mouvement ouvrier en général, est de contribuer à faire prendre conscience à la classe ouvrière de son immense pouvoir latent. Elle est la force potentielle la plus puissante de la société, et les marxistes soulignent que l’action de masse est la clé du changement social et politique.
Les terroristes, malgré leurs intentions, abaissent en fait la conscience de la classe ouvrière dans sa propre force et capacité à se battre. Ils renforcent l’idée que les gens de la classe ouvrière sont passifs face à la puissance de l’impérialisme et du capitalisme.

Palestine

Ils doivent attendre que les «grands libérateurs», les petits groupes conspirateurs, agissent à leur place dans la lutte pour l’émancipation. Pour le peuple palestinien, dans le passé, les guérillas basées à l’extérieur du pays – dans le reste du monde arabe et au niveau international – étaient considérées comme leurs futurs libérateurs. Cependant, la défaite des années 80 au Liban et l’évacuation des combattants palestiniens suite à l’occupation israélienne de ce pays ont anéanti cet espoir.

Cela a donné aux Palestiniens et aux Palestiniennes de Cisjordanie, de Gaza et d’Israël le sentiment que «nous devons le faire nous-mêmes». Cela a conduit à la première intifada et à la deuxième intifada, plus récente et sanglante.

Ce mouvement est essentiellement un mouvement de masse avec une branche armée. Il est vrai que des groupes tels que le Hamas et le Djihad islamique ont eu recours à tort à la méthode des attentats suicides à la bombe contre les forces israéliennes. Lorsqu’elle a été employée en Israël, elle a frappé des Israéliens et des Israéliennes ordinaires.

Une terrible souffrance

Ces méthodes, nous le comprenons, sont nées de la terrible souffrance des Palestiniens et des Palestiniennes ainsi que de la fermeture par l’État israélien d’autres moyens légitimes de lutte et de protestation. Elles ont cependant été contre-productives, tant en ce qui concerne l’augmentation des meurtres et des souffrances des masses palestiniennes qu’en terme d’excuses données à la classe dirigeante israélienne pour poursuivre la répression.

Dans le passé, même si leurs méthodes étaient mauvaises, les terroristes étaient souvent coulés dans le moule de l’héroïsme. Ils étaient prêts à sacrifier leur vie en éliminant des représentants individuels du capitalisme — le général de l’armée, le ministre, le chef de la police, etc. Le «terrorisme» moderne — bien qu’il émane et se nourrisse en fin de compte de l’oppression sociale, nationale, religieuse ou ethnique, ­ est de nature différente.

Même dans les années 1970 et 1980, lorsque le terrorisme était en vogue, ceux qui ont eu recours à la terreur ont souvent eu tendance à le faire sans discernement. Les attentats à la voiture piégée, les attentats à la bombe dans les bâtiments, les attentats suicides, ont souvent entraîné la mort, non pas des «oppresseurs» ou de leurs forces étatiques, des symboles de leur pouvoir, etc., mais d’innocentes personnes aussi.

Contre-productif

Les marxistes ont critiqué le terrorisme parce qu’il est contre-productif par rapport à ses objectifs avoués d’affaiblissement de «l’ennemi», dans le cas des attaques américaines, de l’impérialisme américain. Au contraire, il est invariablement utilisé pour renforcer la domination du capital, pour renforcer son pouvoir d’État et donc sa capacité à poursuivre le «terrorisme d’État».

Les capitalistes ont alors l’excuse d’attaquer ou d’empiéter sur les libertés civiles et démocratiques. Par-dessus tout, ces méthodes tendent à pousser la classe ouvrière dans les bras, politiquement, des patrons et de leurs représentants.

Les tentatives de l’administration Bush témoignent, sous le couvert fourni par les effusions de sang terroristes, des attaques contre les libertés civiles — détention indéfinie de personnes migrantes légales, pouvoirs accrus pour les écoutes électroniques, etc.

Le fait que l’administration Bush oppose une résistance considérable et croissante aux tentatives de faire adopter ces mesures à la hâte au Congrès américain témoigne de la détermination du peuple américain à ne pas céder à la panique et à accepter des mesures manifestement antidémocratiques sous le couvert de la «lutte contre le terrorisme».

Bush

Mais Bush jouit de la meilleure cote de popularité de tous les présidents de l’histoire, soit 92%, contre 50% avant le 11 septembre. Les attaques ont permis d’atteindre un objectif apparemment impossible : rendre populaire, au moins temporairement, Bush, une «entreprise déguisée en être humain».

De plus, le capitalisme américain a réussi à rassembler sous l’égide d’une «coalition», des régimes et des forces hostiles à l’impérialisme américain jusqu’à récemment – comme l’Iran, le Hezbollah au Liban, etc. – dans une série de cercles concentriques. Ceci est en soi une indication de l’envergure des effets et de la nature des attaques terroristes aux États-Unis.

Elles ont été d’un ordre différent de tout ce que nous avons vu dans le passé. En Irlande du Nord par exemple, en 30 ans de troubles, environ la moitié moins des personnes ont été tuées que lors des seules attaques du 11 septembre aux États-Unis. Dans une seule firme américaine ce jour-là, 1 500 enfants ont perdu un parent.

Terreur de masse

C’est donc un euphémisme que de parler de «terrorisme individuel», visant une cible spécifique. Ces actions ont été celles d’un petit groupe conspirateur, apparemment l’organisation Al-Qaïda de Ben Laden ou ses alliés, qui a perpétré un acte de terreur de masse, non seulement contre les 7 000 personnes tuées, mais contre la population américaine dans son ensemble. Dans son sillage, la masse de la population est terrorisée et terrifiée à l’idée que cela puisse se reproduire; que même des «bioterroristes» puissent agir.

À un moment donné, tout en condamnant le «terrorisme individuel», Trotsky a utilisé l’expression «terrorisme de masse» de la classe ouvrière. Cela ne peut en aucun cas être assimilé aux méthodes employées par le groupe qui a «bombardé» le WTC et le Pentagone.

Trotsky décrivait les mesures défensives nécessaires que l’État ouvrier démocratique en Russie en 1917-1923 devait utiliser pour sauvegarder la révolution contre la «Terreur blanche» des propriétaires dépossédés, des capitalistes et de leurs bailleurs de fonds capitalistes étrangers.

Marxistes

Les marxistes d’aujourd’hui n’utiliseraient pas une telle terminologie – pas plus que nous n’utiliserions celle de la «dictature du prolétariat» de Karl Marx – parce qu’elle peut relier le socialisme à la dictature dans l’esprit des travailleurs, comme avec le stalinisme. L’idée de Marx peut être mieux expliquée et de manière plus populaire par l’appel au socialisme et à la démocratie ouvrière.

De manière incroyable, certains socialistes refusent de «condamner» l’outrage terroriste aux États-Unis. L’une de ces organisations est le Socialist Workers Party ( SWP ) en Grande-Bretagne. Une circulaire adressée aux membres de la Socialist Alliance par les principaux leaders du SWP, John Rees et Rob Hoveman, déclare en réponse au commentaire d’un membre de la Socialist Alliance condamnant les attentats :

Nous ne pensons pas que l’utilisation du mot «condamner» soit appropriée par rapport aux événements tragiques survenus aux États-Unis. Il est clair que nous ne soutenons pas les attaques contre la classe ouvrière et il va sans dire que nous nous opposons à la stratégie du terrorisme individuel.

Ce serait notre façon préférable d’exposer notre cas. Mais le langage de la «condamnation» est celui qui est toujours exigé des socialistes et des mouvements de libération nationale par les médias et la classe dirigeante. Il aurait été préférable de l’éviter pour cette raison.

Il y a des lignes à tracer ici — nous pensons que la Socialist Alliance devrait faire partie d’une opposition de principe et sans ménagement contre l’impérialisme américain et occidental et au nouveau massacre que Bush et Blair ont l’intention de déclencher dans le monde .

Il est absurde de prétendre que la condamnation des attaques terroristes sur New York et Washington renforcera Blair et Bush. Au contraire, ne pas le faire peut pousser des travailleuses et travailleurs enragés dans les bras des capitalistes.

Absurdité

La pensée confuse élaborée ici tombe dans le piège même que Rees et Hoveman prétendent éviter, celui du renforcement du soutien aux capitalistes. The Socialist a clairement indiqué que nos critiques des actions menées aux États-Unis sont totalement différentes, en termes de contenu et de caractère, des discours hypocrites de Bush et Blair lorsqu’ils s’attaquent au «terrorisme».

Ils ont, comme leurs prédécesseurs, poursuivi le terrorisme de masse contre le peuple irakien et serbe. Ils ont été complices et silencieux lorsque Israël a envahi le Liban en 1982 causant la mort de 17 000 personnes.
De plus, Blair et Bush ne disent pas un mot sur les 30 000 personnes qui ont été massacrées à cause des bandes meurtrières des Contras nicaraguayens soutenues et financées par l’impérialisme américain. Ils n’ont pas plus de commentaires sur les 120 000 personnes tuées en Algérie — dont beaucoup ont été des victimes de la terreur d’État du gouvernement algérien.

Condamner

Nous condamnons sans réserve le terrorisme d’État organisé et systématisé par les capitalistes. Mais cela ne nous libère pas, en tant que socialistes et marxistes, du devoir de critiquer également les actions des groupes terroristes qui font le jeu de la classe dominante et de nous y opposer implacablement.

C’est ce que le Socialist Party d’Angleterre et du Pays de Galles a toujours fait, tout comme nos partis frères en Irlande du Nord, en Espagne à l’égard des actions de l’ETA1, en Amérique latine dans les années 1970 et dans de nombreuses autres situations. Malheureusement, le SWP et d’autres organisations prétendument «marxistes» ne l’ont pas fait. Il y a donc une certaine cohérence dans leur position actuelle. En effet, elles ont parfois été des meneuses de claque peu critiques à l’égard des méthodes et des politiques des groupes terroristes.

Nous reconnaissons que les méthodes terroristes d’un groupe issu d’un peuple opprimé ont des causes, des origines et des intentions différentes de celles de la classe dirigeante. Même un écrivain capitaliste tel que Daniel Warner du International Studies Institute de Genève peut l’écrire dans le International Herald Tribune :

Le terrorisme a des causes. L’accroissement des inégalités de richesse et le manque d’accès à la vie politique entraînent une frustration qui peut conduire à l’agression, à la violence et au terrorisme.

Plus le niveau de frustration est élevé, plus le niveau de violence est élevé. Plus le niveau de répression est élevé, plus le niveau de réaction est élevé. Mais qu’est-ce que le terrorisme ? C’est l’activité des dépossédés, des sans-voix, dans une distribution du pouvoir radicalement asymétrique.

En d’autres termes, c’est dans la situation sociale, nationale et religieuse que nous devons chercher les causes du terrorisme. Il est vrai que les origines de l’organisation Al-Qaïda, la base sociale à partir de laquelle elle s’est développée, ainsi que les personnes impliquées dans les détournements et les assassinats aux États-Unis, sont différentes des autres organisations terroristes. Ben Laden lui-même est issu d’une riche famille saoudienne, originaire du sud du pays, aux frontières du Yémen.

Oussama Ben Laden

L’Asir a été la dernière partie de la région à être conquise par la famille royale saoudienne et n’est passée sous son contrôle qu’au début des années 1930. Cette région est restée isolée et peuplée de tribus rebelles pendant les 50 années qui ont suivi. L’Asir se trouve juste au nord du Yémen, là où Oussama Ben Laden a ses racines familiales. D’autres membres du réseau Al-Qaïda, qui ont été identifiés comme des pirates de l’air, sont issus de familles de la classe moyenne, et même de l’élite, d’Égypte et d’autres pays arabes.

De plus, le régime saoudien a apporté soutien et subsistance tant à Ben Laden qu’au régime taliban en Afghanistan «donnant ainsi naissance à un bébé qui s’est transformé en monstre» (Robert Fisk, The Independent, 26 septembre).

Afghanistan

C’est le chef des services secrets saoudiens, le prince Turki ben Fayçal Al Saoud, qui a favorisé Ben Laden et les talibans pour tenter de créer un contrepoids aux tribus chiites d’Afghanistan soutenues par l’Iran. Par ailleurs, la forme particulière d’islam de Ben Laden et des Saoudiens, le wahhabisme, est une forme «pure» de l’islam, prêchée pour la première fois au 18e siècle par Abdelwahhab.

Tous ceux et celles qui n’adhèrent pas à cette doctrine, y compris les autres personnes musulmanes, sont traitées comme des apostats ou des infidèles, et donc comme candidat à l’extermination. Mais aujourd’hui, Ben Laden s’est retourné contre ses maîtres saoudiens, notamment à cause de la capitulation de la monarchie saoudienne face à l’impérialisme américain qui a stationné des troupes sur son sol, également celui des deux lieux saints de l’Islam : Médine et La Mecque.

Les idées religieuses obscurantistes de Ben Laden ou de l’organisation Al-Qaïda n’ont rien de radical ou d’anticapitaliste. Les commentateurs capitalistes sont stupéfaits de savoir que des personnes éduquées et techniquement compétentes peuvent recourir aux attentats suicides.

Appauvrissement

Elles semblent si différentes des nombreux jeunes Palestiniens appauvris qui se sont fait exploser lors d’attaques contre Israël et qui n’ont guère d’éducation formelle. Les soldats suicidaires et les poseurs de bombe des Tigres tamouls proviennent, pour la plupart, des couches tamoules les plus opprimées.

Même les bombes humaines du Hezbollah, plus profondément versées, semble-t-il, dans le Coran, étaient plus âgées et avaient été radicalisées par des années d’emprisonnement. Dans le cas des pirates de l’air américains, «Notre profil des auteurs d’attentat suicide n’a jamais inclus les pilotes, des personnes très instruites» (International Herald Tribune, 17 septembre).

Mais ce n’est pas la première fois dans l’histoire que des auteurs d’attentats suicides, parfois issus d’un milieu privilégié, se suicident en infligeant un coup à «l’ennemi». Au XIXe siècle, c’était souvent la méthode préférée de ceux qui luttaient contre l’oppression nationale. Il y a aussi, bien sûr, l’exemple des kamikazes du Japon.

Causes

Les causes, le déclencheur immédiat de ces méthodes, peuvent sembler obscures, mais sont finalement enracinées dans les conditions objectives d’un pays ou d’une région. L’oppression séculaire de l’impérialisme est vivement ressentie par toutes les couches du monde arabe, y compris par les classes moyennes, les classes moyennes supérieures et même les personnes issues d’un milieu capitaliste.

Le traitement barbare des masses palestiniennes par la classe dirigeante israélienne, bénéficiant du silence et donc de la complicité du régime Bush – qui soutient Israël à hauteur de 3 milliards $ par an – a énormément enflammé l’opinion publique arabe à l’approche du 11 septembre.

En effet, en juin de cette année, l’héritier du trône saoudien, le prince héritier Abdullah, a averti que l’approche américaine de non-intervention encourageait Israël à écraser l’intifada des Palestiniens et Palestiniennes. Il a annulé une visite à la Maison-Blanche. L’Égypte et la Jordanie ont averti les États-Unis d’une explosion de colère populaire dans le monde arabe.

Malgré l’origine et le mode de vie apparemment privilégiés des pirates de l’air, cet état d’esprit du monde arabe ne pouvait pas ne pas se communiquer à eux comme il l’a fait à l’ensemble des intellectuels arabes. Par conséquent, les actions des pirates de l’air, nonobstant le programme obscurantiste de droite de Ben Laden, sont finalement ancrées dans le sentiment d’oppression intense du peuple arabe dans son ensemble.

«Guerre contre le terrorisme»

Par conséquent, la «guerre contre le terrorisme» de l’impérialisme américain ne peut réussir à long terme tant que les conditions qui ont engendré le terrorisme subsistent. Le fait que ces méthodes soient utilisées reflète également la faiblesse du marxisme et du mouvement organisé de la classe ouvrière. Cela s’explique en partie par le glissement spectaculaire vers la droite des ex-sociaux-démocrates qui dirigent les ex-organisations de la classe ouvrière.

Il est nécessaire de comprendre les causes du terrorisme. Mais cela ne signifie en aucun cas que les socialistes et les marxistes doivent assumer une part de responsabilité dans les méthodes qu’ils utilisent, qui font finalement le jeu des capitalistes.

De plus, cela ne renforce pas une seule minute la position de Bush et Blair, faussement défendue par les dirigeants du SWP, dans la préparation ou la poursuite d’une guerre contre le terrorisme.

Au contraire, si nous ne prenons pas nos distances avec les auteurs des attentats du WTC et du Pentagone, nous renforcerons précisément la position de l’impérialisme et ses préparatifs de guerre. Il souhaite se représenter les personnes qui s’opposent à toute guerre comme des pacifistes, des libérales aux lunettes roses, des idéalistes ou comme des sympathisantes cachées des terroristes.

Le refus de condamner les actions des auteurs des attentats jouera leur jeu. Cela pourrait empêcher les socialistes d’approcher et de discuter, dans l’espoir de les convaincre, les travailleuses et les travailleurs qui sont horrifiés par ce qui s’est passé à New York et à Washington.

Ces personnes craignent d’être les prochaines victimes d’un attentat terroriste. Nombre d’entre elles ne sont pas des «bellicistes» assoiffées de sang, mais se rallieront aux arguments en faveur d’une «guerre contre le terrorisme» à moins qu’une alternative viable ne soit proposée.

Pas des pacifistes

Le Socialist Party, ses partisans et ses partisanes ne sont pas des pacifistes. Nous défendrons les droits démocratiques de la classe ouvrière ( droit de grève, liberté de réunion, liberté de la presse, etc. ) contre les attaques, peu importe d’où elles proviennent, avec tous les moyens politiques légitimes à notre disposition. Si les capitalistes cherchent à les enlever par la force — comme ils l’ont fait au Chili, soutenus par Kissinger, il faut s’en souvenir — nous serons prêts et prêtes à nous battre pour défendre ces droits.

La «guerre mondiale contre le terrorisme» de Bush, Blair, etc. cherchera sans doute à dépeindre toutes les personnes s’opposant au capitalisme – notamment les activistes altermondialistes et anticapitalistes – comme des «terroristes». C’est précisément ce qu’a fait Berlusconi, le premier ministre italien de droite, la semaine dernière, en assimilant les manifestants et manifestantes de Gênes aux terroristes américains.

Ils tenteront d’assimiler les méthodes terroristes au droit des organisations de la classe ouvrière de se défendre contre les attaques des capitalistes, y compris contre les attaques de l’État, des néo-fascistes, de la droite, etc.
Aussi bien intentionnées soient-elles, les positions équivoques dans la condamnation des méthodes terroristes joueront le jeu des capitalistes. Le Socialist Party, The Socialist ainsi que leurs partisans et partisanes combattront les fausses méthodes de ceux qui ont perpétré l’attentat de New York et y opposeront les idées de lutte de masse, de l’éducation, de la propagande et de l’agitation pour débarrasser le monde du capitalisme et du terrorisme en luttant pour le socialisme et son instauration.

Tagged , , , , , , , , , , .