La révolution haïtienne et l’abolition de l’esclavage

La plupart des écoles enseignent aux élèves que la traite des esclaves de l’Atlantique allait à l’encontre des principes européens des Lumières de rationalité, d’égalité et de démocratie ; une horreur perpétrée contre des Africains dociles abolie par des dirigeants européens à l’esprit noble, de manière pacifique et démocratique. L’histoire de la révolution de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti) contredit ces mythes. Il y a plusieurs décennies, C.L.R James a réalisé une étude remarquable à ce sujet : « Les Jacobins noirs, Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue » (publié en 1938).

La révolution haïtienne est largement absente du programme d’histoire britannique, à l’exception de certaines écoles avant-gardistes. La centralisation et la standardisation croissantes du programme, par exemple par le biais d’une offre réduite de manuels, contrôlent ce qui est enseigné. Peut-être que l’histoire de la façon dont les esclaves noirs, avec la solidarité de nombreux Européens blancs, ont renversé leurs maîtres esclavagistes exploiteurs contre de multiples puissances impérialistes est un savoir trop dangereux pour la classe capitaliste !

Les origines de la révolution – La traite des esclaves dans l’Atlantique

Dans le premier chapitre « La propriété », James retrace l’essor de l’esclavage à Saint-Domingue, ce qui constitue une étude de cas utile pour le développement du commerce atlantique en général. La « propriété » à laquelle il fait référence, ce sont bien entendu les esclaves eux-mêmes. Il explique que le régime esclavagiste brutal et déshumanisant n’était pas le résultat de « mauvaises pommes » individuelles « naturellement » cruelles, mais plutôt d’une terreur systématique perpétrée par tous les propriétaires d’esclaves à un degré plus ou moins élevé et destinée à contenir la résistance des esclaves. Certains affirment que les Africains vendaient d’autres Africains en esclavage et qu’ils doivent donc assumer une grande partie de la responsabilité de la traite des esclaves. James souligne dans son ouvrage comment les Européens blancs d’Afrique de l’Ouest brûlaient les récoltes et exploitaient les rivalités locales et les conflits de classes, de sorte que de nombreux Africains devaient « fournir des esclaves ou être vendus comme esclaves eux-mêmes ». De même, James souligne la résistance continue des Africains avant, pendant et après l’esclavage ; en fait, c’est principalement pour réprimer cette résistance que les propriétaires d’esclaves blancs européens ont adopté un régime aussi diabolique.

Le deuxième chapitre « Les propriétaires » explore la société de classe qui existait à Saint-Domingue, y compris les « grands blancs » grands propriétaires d’esclaves, les « petits blancs » petits propriétaires d’esclaves bourgeois et les « Mulattoes » (enfants d’esclaves noirs qui avaient été violées par leurs propriétaires blancs) qui possédaient des esclaves et des plantations mais étaient également discriminés par les blancs. Les antagonismes entre ces groupes reposaient à la fois sur la classe et la couleur de peau – la population des Mulatto de Saint-Domingue était décrite comme un groupe racial distinct par la classe dirigeante blanche afin de servir de rempart contre les esclaves noirs. Tout ce système social racialisé était conçu pour monter chaque groupe les uns contre les autres (les mulâtres contre les esclaves noirs et contre les « petits blancs », etc.) afin que les grands propriétaires blancs et la bourgeoisie française puissent tirer d’énormes profits du travail non rémunéré des esclaves noirs.

James poursuit en expliquant le contexte international des puissances impérialistes concurrentes de l’époque (France, Grande-Bretagne, Espagne et les États-Unis nouvellement indépendants). Loin d’abolir l’esclavage par souci de moralité, le Premier ministre britannique William Pitt a demandé au député William Wilberforce de diriger le mouvement abolitionniste comme moyen de saper l’impérialisme français qui reposait alors sur le travail des esclaves à Saint-Domingue. En fait, dès que les Britanniques ont cru qu’ils pouvaient gérer la colonie pour eux-mêmes, ils ont de nouveau soutenu l’esclavage. La trahison et l’hypocrisie des puissances impérialistes qui poussent de manière opportuniste à l’abolition ou qui soutiennent l’esclavage selon ce qui convient à leur propre classe dirigeante nationale est un des thèmes clés du livre.

Les masses en France et à Saint-Domingue

« Les Noirs ont participé à la destruction du féodalisme européen initiée par la Révolution française, et la liberté et l’égalité, les slogans de la révolution, signifiaient beaucoup plus pour eux que pour n’importe quel Français ».

James illustre l’interdépendance des révolutions française et de Saint-Domingue, un lien ignoré dans la plupart des cours d’histoire. Lorsque les idéaux révolutionnaires français de « liberté, égalité, fraternité » se sont répandus à Saint-Domingue, les mulâtres, toujours discriminés par les Blancs, ont voulu entrer en action. Certains dirigeants de la Révolution française prétendaient soutenir « les droits de l’homme universels » mais ils ne voulaient pas que cela concerne également les mulâtres ou les noirs. En mai 1791, les Mulattoes et les « Noirs libres » ont revendiqué l’égalité des droits à l’Assemblée nationale française. Certaines concessions ont été accordées, ce qui a soulevé la question suivante : si les Noirs libres et les mulâtres devaient disposer de droits égaux, cela ne devrait-il pas s’appliquer également aux esclaves noirs ?

Toussaint Louverture

Toussaint Louverture avait une ambition personnelle. Mais il a accompli ce qu’il a fait parce qu’il a incarné la détermination de son peuple à ne plus jamais être esclave.

La plupart des écoles ont tendance à valoriser le rôle de dirigeants individuels « brillants » (par exemple Wilberforce) dans la lutte contre l’esclavage, en mettant l’accent sur l’action individuelle plutôt que sur l’importance de la structure sociale au sens large. La révolution a été menée par l’ancien esclave Toussaint Louverture. Bien que James reconnaisse que Toussaint était une source d’inspiration et un talent rare, ce talent a été développé et façonné en dirigeant révolutionnaire par le contexte socio-économique. Une situation révolutionnaire façonne et pousse les dirigeants à l’action. Comme l’écrit James : « Nous avons clairement exposé les vastes forces non-personnelles à l’œuvre dans la crise de Saint-Domingue. Mais les hommes font l’histoire et Toussaint a fait l’histoire parce qu’il était l’homme qu’il était ».

Toussaint était dans une position relativement privilégiée par rapport aux autres esclaves, ayant la responsabilité de superviser une équipe et pouvant apprendre à lire et à écrire. Lors des premières insurrections d’esclaves en 1791, Toussaint a d’abord défendu la plantation de son maître contre les rebelles, mais lorsqu’il a vu la puissance de l’insurrection des esclaves, il a décidé de s’y joindre en réalisant quel était l’énorme pouvoir des masses noires.

Il était un chef politique et militaire compétent et était très respecté par les anciens esclaves. Comme les esclaves noirs et les anciens esclaves constituaient la grande majorité de la population de la colonie, ils ont combattu dans les forces révolutionnaires et contre-révolutionnaires (britanniques et espagnoles). Toussaint a réussi à construire son armée en faisant appel aux troupes ennemies et en les convainquant de le rejoindre avec une effusion de sang limitée : « Tout ce qu’ils [les contre-révolutionnaires britanniques et espagnols] pouvaient offrir, c’était de l’argent et il y a des périodes dans l’histoire de l’humanité où l’argent ne suffit pas ».

Saint-Domingue fût dévastée par cette guerre civile et, après la libération des esclaves noirs, Toussaint mit en place un programme sévère pour les travailleurs noirs afin de restaurer la production agricole. Il était également très accommodant avec les propriétaires de plantations blanches, leur permettant de conserver leurs propriétés afin qu’ils puissent apporter leurs compétences indispensables à la restauration des plantations. La grande majorité de la population était analphabète et ne possédait donc pas les compétences et les connaissances spécifiques nécessaires pour gérer les plantations.

De gros efforts ont été réalisés pour développer l’éducation, mais en attendant, ils ont dû utiliser les compétences de leurs anciens exploiteurs. Toussaint n’a pas vraiment expliqué aux anciens esclaves pourquoi il traitait si bien les blancs, ce qui a créé un certain ressentiment, étant donné le traitement brutal que les travailleurs noirs avaient subi de la part de leurs anciens maîtres. James fait ici une comparaison intéressante avec Lénine, qui a dû lui aussi utiliser les compétences de ceux qui avaient autrefois travaillé contre la révolution en Russie, en raison du faible niveau d’éducation dans le pays : « Mais tandis que Lénine tenait le parti et les masses parfaitement au courant de chaque étape et expliquait soigneusement la position exacte des serviteurs bourgeois de l’État ouvrier, Toussaint n’expliquait rien et laissait les masses penser que leurs anciens ennemis étaient favorisés à leurs dépens. »

Les travailleurs étaient donc désormais payés et on leur promettait un quart de leur production, mais beaucoup étaient confus et furieux de voir que leurs anciens maîtres blancs bénéficiaient d’un traitement préférentiel. Bien sûr, une différence majeure entre les exemples russe et haïtien est l’existence d’un parti révolutionnaire. C’est l’organisation par laquelle la situation peut être expliquée et la politique formulée démocratiquement. L’absence d’une telle organisation en Haïti a contribué à l’incapacité de Toussaint à expliquer le traitement favorable des blancs aux masses.

La révolution triomphe

Leclerc et ses troupes françaises se sont lancés dans une nouvelle guerre destructrice sur l’île des Caraïbes, Toussaint faisant savoir à ses partisans que Leclerc avait l’intention de rétablir l’esclavage. Jean-Jacques Dessalines, un autre grand dirigeant de la révolution, s’est battu courageusement contre les Français, même s’ils étaient largement en infériorité numérique. Cependant, Toussaint avait subi des pertes, en partie à la suite des erreurs qu’il avait commises en créant du ressentiment parmi les masses noires. Il se rendit à Leclerc, qui l’arrêta, tua sa famille et l’envoya mourir seul dans une froide cellule de prison dans les Alpes françaises.

En août 1802, la nouvelle que Bonaparte avait rétabli l’esclavage dans les îles voisines comme la Martinique atteint Saint-Domingue, attisant la colère des Français. En octobre 1802, les dirigeants noirs Dessalines et Henry Christophe levèrent une armée révolutionnaire composée principalement d’officiers et de soldats noirs. Les Noirs et les Mulâtres commencent à se forger une identité nationale autour de leur objectif commun d’expulser les Français. À la fin de 1803, cette armée révolutionnaire a vaincu les Français et le 1er janvier 1804, Dessalines a proclamé l’indépendance d’Haïti. L’esclavage a finalement été aboli en France en 1848. Ce n’est pas parce que les dirigeants libéraux ont finalement pris conscience des méfaits de l’esclavage, mais plutôt parce que les masses révolutionnaires, les travailleurs en solidarité avec les esclaves, ont de nouveau exercé leur force collective.

La classe et le racisme : Les outils de la bourgeoisie

« Ce n’était pas une question de couleur, mais plutôt une question de classe, pour ces Noirs qui étaient autrefois libres et attachés aux mulâtres. Personnes d’une certaine importance et se trouvant sous l’ancien régime, ils considéraient les anciens esclaves comme des personnes à gouverner ».

La relation entre la classe et la couleur de peau est une caractéristique frappante du livre. Plutôt que d’adopter une ligne purement « déterministe de classe », la couleur de peau y est considérée comme imbriquée avec la classe afin de maintenir le pouvoir des exploiteurs. Les mulâtres hésitaient entre soutenir et attaquer Toussaint non pas en raison de leur héritage mixte noir et blanc mais à cause de leur position sociale intermédiaire. Lorsqu’ils croyaient que les forces anti-révolutionnaires pro-esclavagistes représentaient le mieux leurs intérêts, ils les soutenaient, mais lorsque ce n’était pas le cas, ils soutenaient Toussaint. Souvent, différents groupes de Mulâtres soutenaient des camps différents. De même, les travailleurs noirs étaient unis non seulement par la couleur de leur peau, mais aussi par l’oppression économique et physique qu’ils avaient tous subie en tant qu’esclaves. Il y a eu des cas de solidarité de la part de soldats blancs, comme un régiment de Polonais qui avait été envoyé à Haïti pour lutter contre la révolution, et qui a refusé de se joindre à un massacre de noirs.

Un autre thème récurrent est le rôle de la bourgeoisie dans le soutien à l’esclavage et au racisme. Les puissances impérialistes d’Angleterre et d’Espagne n’ont soutenu les esclaves rebelles que pour tenter de s’emparer de Saint-Domingue – elles n’avaient aucune intention de libérer des esclaves dans leurs autres colonies et il était clair qu’elles tenteraient de rétablir l’esclavage à Saint-Domingue si elles faisaient pression pour s’emparer de la colonie. De même, le gouvernement français n’a pas aboli l’esclavage en 1794 en raison de la haute morale des Lumières, mais comme une façon de battre les Anglais et les Espagnols. En fait, l’abolition de l’esclavage par la France est la raison pour laquelle Toussaint a changé de camp, passant des Espagnols aux Français.

De la même manière, le racisme a été créé et amplifié par la bourgeoisie afin de soutenir ses intérêts. Gabriel Hédouville (impérialiste français brutal) a attisé la haine raciale entre les Mulâtres et les Noirs afin de les empêcher de collaborer ensemble. Le général français blanc Leclerc a fait de même entre les noirs et les blancs afin d’empêcher ses troupes européennes blanches de se ranger du côté des travailleurs noirs. Après l’indépendance, les Britanniques ont déclaré qu’ils ne feraient du commerce avec le régime haïtien que s’ils expulsaient les blancs. Les Britanniques voulaient ainsi creuser un fossé entre le nouvel État haïtien indépendant et la France, afin de nuire aux relations commerciales. À maintes reprises, des tensions raciales ont été créées, renforcées et enflammées chaque fois que cela répondait aux besoins de la bourgeoisie.

Des dirigeants blancs comme Hédouville et Thomas Maitland ont sous-estimé Toussaint. De même, Bonaparte refusa de croire que les anciens esclaves noirs étaient capables d’accéder à l’indépendance par eux-mêmes. Il n’a pas fourni le soutien militaire adéquat à Leclerc pour lutter contre la révolution et regretta plus tard de ne pas être parvenu à un compromis avec Toussaint. Leur arrogance raciste a en fait sapé leur propre cause : un cas où le racisme n’a même pas profité à ceux qui étaient censés en bénéficier !

Leçons pour aujourd’hui : la décolonisation du programme scolaire, l’héritage de C.L.R. James et d’Haïti

Certains enseignants estiment que l’esclavage ne devrait pas être enseigné, ou peut-être moins dans les écoles car il donne une image négative de l’histoire des Noirs. Il est certainement vrai que d’autres aspects de l’histoire des Noirs doivent être enseignés, tels que les puissants anciens empires d’Afrique, les mouvements contre le colonialisme et la contribution des personnes de couleur à divers domaines de l’histoire. Cependant, l’approche de James sur le thème de l’esclavage se concentre moins sur les dépravations que les captifs africains ont dû endurer et met plutôt l’accent sur l’action des Noirs eux-mêmes pour résister à l’esclavage dès le début et pour obtenir la liberté et l’indépendance face à l’impérialisme européen en Haïti. Les livres ne traitent pas de l’esclavage comme une « histoire noire » mais plutôt comme quelque chose d’indissociable de l’histoire européenne « blanche » ; l’esclavage faisait partie du système mondial de capitalisme naissant et la révolte des esclaves noirs a contribué au renversement du féodalisme en Europe, tout comme les masses blanches européennes ont contribué à l’abolition de l’esclavage.

Le fait que ces liens ne soient pas établis dans la plupart des cours d’histoire illustre un programme eurocentré qui ignore intentionnellement l’action des personnes de couleur pour transformer la société. L’histoire sous le capitalisme ignore également que c’est la lutte de masse de la classe ouvrière et des pauvres qui a été la force motrice du changement. Ce n’est pas un hasard. Le mouvement de décolonisation des programmes d’enseignement ne devrait pas viser à distinguer l’histoire « noire » de l’histoire « blanche », mais plutôt exiger que les écoles enseignent les liens entre les personnes de couleur et les personnes blanches, ainsi que le rôle des mouvements de masse et des révolutions. L’idée d’une « l’histoire des noirs » est utile pour rendre visible ce qui a été systématiquement ignoré, mais le livre « Les Jacobins noirs » montre comment les questions fondamentales de l’histoire portent sur le pouvoir de changer la société qui git dans les mains de celles et ceux qui font réellement le travail utile dans la société – qu’il s’agisse d’esclaves ou de travailleurs salariés.

C.L.R. James a vécu les dernières années de sa vie à Brixton, dans le sud de Londres, une région dont sont originaires beaucoup de mes étudiants actuels et passés. Trotskiste à l’époque où il écrivait Les Jacobins noirs, James développait des idées pan-africanistes et pensait que les mouvements de libération des minorités opprimées devaient être au centre du travail des révolutionnaires. Son travail, y compris ses désaccords avec Trotsky, est particulièrement pertinent pour la problématique actuelle avec la croissance des mouvements Black Lives Matter, pour la libération des personnes LGBT+ et des autres minorités opprimées.

Pendant ce temps, Haïti est aujourd’hui décrit par la Banque mondiale comme le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental. En 2019, son indice de développement humain était de 169 sur 189 pays. Les commentateurs capitalistes attribuent cette situation à une combinaison de corruption et de catastrophes naturelles qui ont ravagé Haïti (tremblement de terre et ouragans), mais les conséquences de ces catastrophes dites « naturelles » ne sont pas inévitables. Le manque de préparation d’Haïti, en comparaison avec le Japon par exemple, et la propagation de maladies suite à ces catastrophes sont amplifiés par la pauvreté abyssale d’une nation aussi peu développée. La pauvreté d’Haïti est le résultat de la punition impérialiste de la seule révolution réussie d’Africains asservis à l’époque du commerce atlantique, qui s’est poursuivie après la révolution jusqu’à nos jours. L’impérialisme américain, par le biais des blocus économiques, du soutien à diverses milices pro-américaines et même de l’occupation pure et simple, a assuré le sous-développement économique d’Haïti, autrefois la colonie française la plus fructueuse. La punition consciente d’Haïti vise à avertir d’autres révolutionnaires potentiels : « Voilà ce qui arrive quand on sort du rang ».

Le livre se termine par un appel aux armes optimiste aux masses opprimées d’Afrique, James soulignant le potentiel révolutionnaire de ce grand continent. Dans l’ensemble, c’est un livre fantastiquement engageant et passionnant à lire, avec des leçons pour les éducateurs, les socialistes et les militants antiracistes sur cette révolution bouleversante mais souvent ignorée.

 

Dossier de Max Toynbee, enseignant et membre de Socialist Alternative à Londres

Tagged , , , , , , , .