La guerre en Ukraine en 6 questions et réponses socialistes

9 min de lecture

La guerre à un tournant crucial. Qu’en disent les marxistes?

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe a déjà fait des centaines de morts et contraint des centaines de milliers de personnes à fuir. Le gouvernement suédois, avec le soutien de la droite, réagit en envoyant des armes et en s’enfonçant encore plus dans l’étreinte de l’OTAN.

Le weekend du 26-27 février a vu plusieurs tournants importants dans la guerre. De violents combats ont eu lieu et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a averti que 5 à 7 millions de personnes pourraient être contraintes de fuir. Poutine a menacé que la Russie dispose d’armes nucléaires. Les puissances occidentales ont en principe expulsé la Russie du monde financier. Le chancelier social-démocrate allemand, Olaf Scholz, a déclaré que les dépenses militaires du pays devaient être portées à deux pour cent du PIB, soit plus de 80 milliards d’euros.

L’UE donne au gouvernement ukrainien 450 millions d’euros pour acheter des armes. Un certain nombre d’autres gouvernements, dont la Suède, promettent des armes et des équipements militaires. Cela signifie que, pour la première fois depuis 1939, la Suède envoie des armes dans une guerre.

Des débatteurs sociaux-démocrates de gauche, comme Daniel Suhonen, évoquent l’idée que la Suède, comme la Finlande, pourrait rejoindre l’OTAN. Les changements se produisent en un clin d’œil, comme une gigantesque «doctrine de choc» – c’est-à-dire un événement majeur qui est utilisé pour faire passer un changement de politique drastique dans l’intérêt du capital. La gauche, le mouvement ouvrier et tous ceux qui sont contre la guerre ont besoin d’une discussion démocratique sur ces questions.

Qu’est-ce qui peut stopper les guerres?

L’invasion russe n’a pas été aussi facile que Poutine l’avait espéré. L’opposition en Ukraine est massive, y compris les groupes de défense locaux. En Russie, les manifestations contre la guerre se sont multipliées, surtout parmi les jeunes. À Berlin, jusqu’à un demi-million de personnes se sont rassemblées contre la guerre.

La priorité pour le mouvement syndical et le mouvement anti-guerre au niveau international, ainsi que pour la gauche partout dans le monde, est d’apporter un soutien humanitaire au peuple ukrainien et un soutien maximal à la résistance en Russie. Le mécontentement à l’égard du régime de Poutine était largement répandu avant même la guerre. Historiquement, la guerre a été stoppée par des mouvements de masse, des révoltes et des révolutions, de la lutte syndicale de 1905 qui a stoppé la guerre avec la Norvège à la révolution russe de 1917 qui a conduit à la fin de la Première Guerre mondiale, en passant par la retraite des États-Unis du Vietnam où la résistance à la guerre aux États-Unis est devenue décisive.

Qu’est-ce qui a conduit à la guerre?

Vladimir Poutine est un despote impitoyable, prêt à écraser toute opposition et à étendre sa sphère de pouvoir à l’Ukraine, au Belarus, à d’autres pays voisins et à des zones de guerre, comme en Syrie. Le régime de Poutine est le résultat de décennies pendant lesquelles le capital mondial s’est déchaîné librement. Le système stalinien s’est effondré et a été remplacé par des oligarques capitalistes. Pendant un temps, Poutine et l’Occident ont semblé coopérer. Pour les peuples de l’ancienne Union soviétique, cela s’est traduit par une réduction drastique du niveau de vie, notamment par une diminution de l’espérance de vie.

Dans le même temps, de nouvelles contradictions impérialistes se sont construites. Il s’agit d’une lutte mondiale pour le pouvoir – des batailles pour les zones stratégiques, les ressources et l’économie, ce que l’on appelle aujourd’hui la géopolitique. Le monde actuel est de plus en plus dominé, politiquement et militairement, par la nouvelle guerre froide entre l’impérialisme américain et l’impérialisme chinois. Poutine pensait que l’affaiblissement relatif de l’impérialisme américain après l’Irak, l’Afghanistan, la crise financière et la nouvelle guerre froide lui donnerait de l’espace, comme ce fut le cas en Syrie. Mais la guerre n’a pas évolué comme il le pensait et l’Occident a réagi plus durement. Sa campagne va donc s’intensifier.

La principale victime de la guerre est le peuple ukrainien, tandis que la responsabilité incombe au système capitaliste mondial qui a créé Poutine et le durcissement des contradictions impérialistes.

L’OTAN a-t-elle changé de nature?

L’OTAN est l’alliance de guerre qui a bombardé la population de la capitale serbe Belgrade pendant plus de 70 jours en 1999, qui a également bombardé la Libye en 2011 et qui a mené la guerre en Afghanistan à partir de 2015. Ces efforts de guerre ont été cachés derrière des phrases sur la démocratie et la construction de la nation (même si le bombardement de Belgrade n’avait pas le soutien de l’ONU). Mais, tout comme en Irak, les bombardements n’ont pas réussi à ouvrir la voie aux droits démocratiques. Le résultat est le plus clair en Afghanistan, avec les talibans de retour au pouvoir et une population affamée. En Libye, les bombardements de l’OTAN, avec la participation de la Suède, ont abouti à l’écrasement de la révolte populaire.

L’OTAN est à l’origine de la course mondiale aux armements militaires, avec une augmentation drastique des dépenses militaires partout dans le monde. L’OTAN est dirigée par l’impérialisme américain et agit dans son intérêt. L’opposition à l’OTAN a été formulée au cours d’un long débat factuel au sein du mouvement syndical et de la société suédoise. Les socialistes combattent la guerre de Poutine et continuent en même temps à s’opposer à l’OTAN.

Les livraisons d’armes – suédoises ou d’autres États – garantiront-elles la paix et la liberté?

Au cours des 12 derniers mois, les États-Unis ont envoyé des armes d’une valeur d’un milliard de dollars à l’Ukraine. Il y a maintenant des drones de la Turquie d’Erdoğan, des missiles d’Allemagne et des gilets pare-balles de l’armée suédoise. L’armée suédoise a déjà formé des soldats ukrainiens. Le Parlement finlandais et le Parlement danois ont décidé à l’unanimité d’envoyer des armes.

Le fait que les gouvernements envoient maintenant des armes à l’Ukraine ne se fait pas pour des raisons humanitaires. Nous en avons eu une démonstration éclatante en Afghanistan. Les opérations militaires ont été privilégiées pendant plus de 20 ans, avec des résultats dévastateurs.

Les armes envoyées aujourd’hui peuvent éventuellement ralentir l’attaque russe, mais rares sont ceux qui croient que cela peut décider de la guerre; c’est plutôt une révolte contre la guerre chez soi en Russie, des protestations de masse au niveau international et un blocus mondial des travailleurs contre la machine de guerre de Poutine qui peuvent avoir le plus grand effet.

Il est peu probable que les puissances occidentales déploient des forces aériennes et des soldats, ce qui créerait une guerre majeure. Mais la pression s’accentuera pour une intensification des efforts.

Le fait que l’opinion publique soit massivement favorable à la fin des horreurs de la guerre signifie que les gouvernements peuvent, dans un premier temps, obtenir un soutien pour les livraisons d’armes à l’Ukraine. Ce soutien sera également utilisé pour investir encore davantage dans la Défense dans tous les pays et pour que la Finlande et la Suède rejoignent l’OTAN.

Les travailleurs et les pauvres ont-ils des intérêts communs avec les gouvernements, le capital et l’armée?

L’État n’est pas neutre, il est en fin de compte un outil au service des intérêts de la classe dirigeante (les capitalistes). Les socialistes préviennent que des militaires et des policiers armés seront utilisés contre les luttes des travailleurs et les manifestations de masse dans leur propre pays.

La politique étrangère est la continuation de la politique intérieure. Malheureusement, plusieurs partis de gauche et de travailleurs au cours de l’histoire ont apporté leur soutien à la guerre et à l’intervention militaire, avec pour résultat qu’ils ont ainsi également légitimé la politique de droite et la dégradation sociale dans leur propre pays.

Le mouvement ouvrier a émergé dans la lutte contre le militarisme et la guerre. Le mouvement ouvrier suédois a réussi à stopper les plans de guerre contre la Norvège en 1905, en utilisant le slogan «A bas les armes». Lorsque les dirigeants sociaux-démocrates ont promis la paix sociale (le soutien au gouvernement) pendant la Première Guerre mondiale, la gauche et le syndicat des jeunes ont répondu par une campagne contre la guerre.

Comment le peuple ukrainien doit-il se défendre?

Le président Zelensky est un politicien populiste de droite qui ne représente pas les intérêts du peuple ukrainien. Son gouvernement a réduit les impôts pour les grandes entreprises alors que le niveau de vie de la plupart des travailleurs a continué à baisser. De nombreux Ukrainiens souhaitent une défense populaire, et des milliers de personnes se sont mobilisées, même avec des armes artisanales. Plusieurs vidéos montrent comment les gens ont appelé les soldats russes à ne pas tirer et ont fait rebrousser chemin à certains chars.

Dans la terrible épreuve à laquelle le peuple ukrainien est aujourd’hui confronté, malgré la nécessité, y a-t-il un moyen, par une lutte politique continue, de prendre les choses en main? Les comités de défense qui sont maintenant nécessaires pour poursuivre la lutte afin de résister à ce qui apparaît comme une occupation russe exigent une organisation et une coordination démocratiques depuis la base. Une Ukraine dirigée par l’OTAN n’est pas une alternative démocratique ou équitable.

Pour un mouvement anti-guerre et anti-impérialiste contre la guerre

Pour les socialistes, même en temps de guerre, le point de départ est toujours ce qui profite aux travailleurs, aux pauvres et aux gens ordinaires. Les meilleures traditions du mouvement ouvrier sont de résister à la guerre et au militarisme, d’avoir une ligne indépendante – de ne pas s’allier avec la droite, le capital et l’État.

Indépendamment de l’évolution de la guerre au cours de la semaine prochaine, tout et tout le monde sera affecté pour longtemps: la conscience, les relations de pouvoir et l’économie. Pour tous ceux qui sont contre la guerre, il est important d’analyser et de se mobiliser contre la guerre et le système capitaliste mondial.

Mots clés , , .