Pour la chute de la junte et la fin des compromis!

Le coup d’État militaire perpétré par les généraux soudanais le 25 octobre a suscité une réponse furieuse des masses, portant la lutte entre la révolution et la contre-révolution initiée en décembre 2018 à son point le plus aigu à ce jour.

Depuis les premières heures du coup d’État lundi dernier, des centaines de milliers de personnes sont descendues à plusieurs reprises dans les rues, ont érigé une multitude de barricades et de points de contrôle révolutionnaires à travers les villes et villages soudanais, et une grande vague de grèves ouvrières a balayé un secteur après l’autre. Toutes les rues sont bloquées par les comités, et personne ne travaille en ce moment, a rapporté vendredi Satti, un partisan de l’ISA à Khartoum. En l’état actuel des choses, la plupart des routes principales des quartiers de la capitale sont toujours barricadées. Alors que les forces du régime tentent d’enlever les barricades pour rouvrir les routes, les jeunes manifestants s’empressent de les reconstruire dès le départ de ces forces.

Il est important de noter que le mouvement des travailleurs a apposé sa signature dès le premier jour du coup d’État, dans ce qui s’est apparenté à une grève générale nationale de facto.

Après la prise du pouvoir par les militaires, le principal architecte du coup d’État, le général Abdel Fattah al-Burhan, a publié un décret dissolvant les syndicats et les associations professionnelles du pays. Cette décision montre clairement que derrière le pouvoir civil, c’est la révolution, la classe ouvrière et ses organisations qui sont dans la ligne de mire des généraux. Mais cette décision est restée essentiellement sur le papier, car de nombreux syndicats ont lancé des appels à la grève et les arrêts de travail se sont rapidement répandus dans tout le Soudan. Les professeurs d’université, les employés de banque, les médecins, les ingénieurs, les pharmaciens, les travailleurs du pétrole, les fonctionnaires, les pilotes et les employés d’aéroport, les cheminots et bien d’autres se sont mis en grève, rejoints par de nombreuses petites entreprises et de nombreux commerçants qui ont fermé leurs portes, entraînant un arrêt presque complet de la vie économique du pays.

Ce déluge de protestations, de blocages de routes et de grèves a d’abord pris les putschistes largement par surprise. Ils n’avaient pas prévu que les gens sortiraient et protesteraient, a affirmé Jihad Mashamoun, un analyste politique soudanais. Ils prévoyaient que le peuple serait simplement calme parce qu’il en avait assez de la crise économique. Les femmes, qui craignent un énorme recul de leurs droits, ont été parmi celles qui ont été projetées en première ligne des mobilisations de la semaine dernière.

Sentant la chaleur du mouvement de résistance que son putsch avait déclenché, al-Burhan a annoncé jeudi qu’il allait choisir un nouveau Premier ministre pour former et diriger un nouveau cabinet de transition, ajoutant qu’Abdallah Hamdok – le même Premier ministre que les militaires avaient déposé et arrêté lundi dernier – restait son candidat préféré pour le poste!

Samedi, la campagne de désobéissance civile de masse a culminé avec la Marche des millions, à l’appel et à la mobilisation des comités de résistance basés dans les quartiers et de l’Association des professionnels soudanais (SPA). Selon les rapports, jusqu’à trois millions de personnes ont manifesté dans plus de 700 manifestations à travers le pays pour demander la chute du régime militaire, dans le cadre des plus grandes protestations jamais organisées contre le coup d’État. Interviewé sur le programme radio de VOA Africa depuis Khartoum, un manifestant a déclaré : Je n’ai aucune idée de qui al Burhan va gouverner parce que ce pays, tout le monde est dehors, tout le monde est contre. De nombreux rassemblements en solidarité avec les manifestants soudanais anti-coup d’État ont également eu lieu dans le monde entier, de Belfast à Beyrouth, de San Francisco à Sydney.

Quel est l’enjeu?

Les chefs de l’armée se sont sentis acculés dans un coin et ont décidé d’agir pour plusieurs raisons. La perspective d’un contrôle civil accru sur le processus de transition les effrayait sans doute, car cela aurait renforcé la détermination du peuple soudanais à réclamer justice pour tous les crimes commis par les généraux et autres officiers de haut rang, tant sous la dictature d’Al Bashir que depuis son éviction.

Mais le pouvoir politique et militaire de la junte est également étroitement lié à ses intérêts commerciaux : sous l’ancien régime, les généraux, l’appareil de renseignement et les seigneurs de guerre comme le célèbre Mohamed Hamdan Dagalo (Hemedti) à la tête des forces de soutien rapide (FSR, une excroissance de la milice Janjaweed qui a semé le massacre au Darfour dans le passé) ont bénéficié de leur monopole sur des secteurs clés de l’économie du pays. Ils gèrent un vaste réseau d’entreprises, de propriétés résidentielles, de terres agricoles et d’autres actifs valant des milliards de dollars.

L’administration civile de M. Hamdok était prise entre le marteau et l’enclume – entre la pression de la rue, qui souhaitait que les richesses du pays reviennent à la population en plaçant les entreprises de l’armée sous la gestion de l’État, et la pression du FMI, qui souhaitait que ces entreprises soient retirées des mains des copains d’Al Bashir pour être vendues à des investisseurs étrangers. Tous deux, à leur manière, ont frappé au cœur des intérêts financiers de la junte militaire.

ISA exige la nationalisation complète de toutes les entreprises et de tous les actifs qui sont entre les mains de l’état-major militaire, des forces de sécurité et des FSR, et qu’ils soient placés sous le contrôle et la gestion de comités de travailleurs démocratiquement élus – comme première étape vers l’établissement d’un plan de production démocratique.

Au-delà de la neutralisation du pouvoir économique de la contre-révolution, de telles mesures donneraient la marge de manœuvre matérielle nécessaire pour commencer à s’attaquer aux problèmes profonds de la faim, de la pauvreté et du chômage qui touchent la majorité de la population et qui n’ont fait que s’aggraver depuis le renversement du tyran Al Bashir.

Le caractère des dirigeants officiels

Les dirigeants civils qui ont participé à la direction du pays avec les généraux depuis l’été 2019 ont plus qu’une part de responsabilité dans le désastre économique auquel sont confrontés les pauvres et les travailleurs soudanais, et dans le fait que le pouvoir des généraux souillés de sang est resté debout jusqu’à ce jour.

En effet, ce n’est pas la première fois que le fouet violent de la contre-révolution provoque un puissant sursaut révolutionnaire de la base de la société. Début juin 2019, la tentative des généraux de tuer la révolution dans l’œuf par leur carnage contre le sit-in devant le commandement de l’armée dans le centre de Khartoum a été suivie d’une grève générale de trois jours, solide comme le roc, exigeant la chute du Conseil militaire, et d’une Marche des millions à la fin du même mois.

Mais comme l’a dit un jour le leader de la révolution russe de 1917, Léon Trotsky, la victoire dans la révolution exige la volonté de porter le coup décisif. Au lieu de cela, l’approche alors conciliante de ces dirigeants civils a court-circuité l’énergie révolutionnaire des masses pour aboutir à un accord de partage du pouvoir qui a laissé les généraux meurtriers aux commandes – bien que paré d’une feuille de vigne civile. Alors que les activistes révolutionnaires soudanais s’y opposaient massivement, ce compromis pourri a été tragiquement soutenu par les dirigeants du SPA et du Parti communiste soudanais de l’époque, qui faisaient tous deux partie de la coalition des Forces pour la liberté et le changement (FFC) – une large alliance d’opposition comprenant un éventail de partis de droite, conservateurs et libéraux pro-capitalistes.

Nombre de ces politiciens sont devenus ministres dans l’administration civile dirigée par Hamdok, qui a travaillé main dans la main avec le FMI pour imposer une batterie de mesures d’austérité destinées à faire payer la crise économique aux travailleurs et aux pauvres, entraînant le niveau de vie du peuple soudanais dans la direction même contre laquelle il s’était soulevé en décembre 2018.

Il devrait donc être clair que les généraux ont pu mener à bien leur récent coup d’État en raison de la trahison antérieure de ces dirigeants civils et de leur indisposition à affronter les chefs militaires contre-révolutionnaires en premier lieu, et en raison de leur disposition favorable à accepter leurs politiques impopulaires et pro-capitalistes.

Le groupe Liberté et Changement s’est révélé être un groupement disparate, bancal et indigne de confiance, dont les tentatives pour apaiser les généraux et les seigneurs de guerre meurtriers ont complètement échoué. Alors que la polarisation entre les ailes civiles et militaires du Conseil souverain s’est accentuée au cours des derniers mois, le FFC a connu, début octobre, une scission ouverte dans ses rangs, certains de ses composants (rebaptisés FFC-Plate-forme fondatrice, ou FFC-FP) se ralliant aux forces de l’ancien régime et soutenant le sit-in pro-militaire organisé près du palais présidentiel à Khartoum dans les semaines précédant le coup d’État des généraux. Ce groupe dissident comprend deux factions rebelles du Darfour. Des sources crédibles attestent de la complicité des chefs de ces factions dans le coup d’État. Tous deux auraient déplacé certaines de leurs forces du Darfour vers la capitale dans les jours qui ont précédé le coup d’État afin de faciliter la sale besogne d’Al Burhan, d’Hemedti et de leurs acolytes.

Cet épisode devrait servir à rappeler une nouvelle fois que, pour faire aboutir leurs revendications révolutionnaires, les millions de travailleurs, de jeunes et de pauvres qui luttent pour un Soudan véritablement nouveau ne peuvent compter que sur leur pouvoir collectif. En construisant leur propre force politique – un parti révolutionnaire de masse organisé autour de leurs propres revendications de classe – ils pourront exploiter ce pouvoir de la manière la plus efficace, et empêcher que leur lutte héroïque soit à nouveau trompée, détournée et trahie.

Ceci est également pertinent à la lumière des nouvelles manœuvres frénétiques de l’impérialisme pour vendre la lutte de masse une fois de plus.

Le rôle de l’impérialisme

L’administration de Joe Biden, la plupart des gouvernements occidentaux, l’Union européenne, les Nations unies et l’Union africaine se sont tous joints aux condamnations publiques du coup d’État. Depuis le renversement de l’ancien président Omar el Béchir en avril 2019, aucune de ces personnes n’a eu de mal à travailler en partenariat avec les brutes qui ont construit toute leur carrière et leur fortune en versant le sang du peuple soudanais pour autant que les apparences d’un gouvernement civil étaient sauvegardées.

Un fil conducteur se dégage de toutes les déclarations récentes des gouvernements étrangers et des institutions internationales concernant le coup d’État au Soudan : ils ne souhaitent pas le renversement effectif de la junte militaire, mais un retour au statu quo d’avant le 25 octobre. Il est temps de revenir aux arrangements constitutionnels légitimes, a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gueterres, dans un tweet, comme si ces arrangements ne venaient pas de s’effondrer sous ses yeux. En d’autres termes, ces gens veulent imposer, par-dessus la tête des masses soudanaises, un nouvel accord de partage du pouvoir avec les mêmes généraux qui viennent d’orchestrer le coup d’État, vers lesquels sont émis des appels pathétiques à faire preuve de retenue et de modération.

Les stratèges de l’impérialisme veulent préserver la poigne des militaires en tant que police d’assurance contre la révolution soudanaise ; mais ils craignent activement que le geste unilatéral d’al Burhan et de sa clique ne déclenche des explosions populaires plus graves, avec le risque d’inspirer la classe ouvrière et les travailleurs d’autres pays. C’est le véritable sens des paroles de l’envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique, Jeffrey Feltman, qui a averti les militaires soudanais qu’ils allaient découvrir qu’il n’est pas facile de rétablir un régime militaire au Soudan. C’est également la raison pour laquelle Volker Perthes, le représentant spécial des Nations unies au Soudan, tente depuis plusieurs jours de bricoler à la hâte un nouveau compromis avec les bourreaux de Khartoum. Les options ont apparemment tourné autour de Hamdok – qui a lui-même exigé un retour à l’accord de partage du pouvoir antérieur au coup d’État – en nommant un cabinet de technocrates.

Le peuple soudanais crie par millions son rejet de tout compromis, dialogue ou partenariat avec la junte militaire, mais qu’importe : les médiateurs de l’impérialisme veulent leur enfoncer un tel accord pourri dans la gorge. Et ce, malgré le fait évident que la mal nommée transition démocratique, basée sur la façade repeinte de la machine d’oppression et d’exploitation au cœur de la dictature d’Al Bashir, a lamentablement échoué à fournir quoi que ce soit d’autre qu’un retour à la même vieille pourriture.

La révolution soudanaise, pour réaliser ses revendications de liberté, paix et justice, ne peut pas lier son destin à des forces (nationales ou internationales) qui ont montré qu’elles étaient prêtes à faire des compromis avec les généraux au cours des deux dernières années, et qui se préparent à recommencer. La revendication d’un gouvernement civil perdrait tout son sens si elle se traduisait par un nouvel accord avec les putschistes, ou par la réanimation d’un équipage de politiciens non élus utilisés comme la cinquième roue du chariot de la contre-révolution militaire. Ceux qui font campagne pour une refonte de ces politiques ne sont guidés que par des tentatives désespérées d’empêcher les masses révolutionnaires soudanaises de déterminer elles-mêmes leur propre destin.

Les comités de résistance

Dans ce contexte, il est remarquable que la plupart des grands médias, lorsqu’ils rendent compte des événements qui se déroulent au Soudan, omettent de mentionner les Comités de résistance en tant que principale arène d’organisation du soulèvement.

Ironie du sort, la répression du régime militaire a contribué à propulser ces comités de résistance sur le devant de la scène. Satti explique que l’arrestation de la plupart des dirigeants des partis civils – ainsi que la véritable sape de leur autorité politique parmi les sections les plus avancées du mouvement – a fait que le centre de gravité de la direction de la lutte est tombé le plus naturellement sur les épaules de ces comités de base.

Comme ce fut le cas en juin 2019, le fait qu’internet et les réseaux mobiles aient été coupés par la junte a également poussé les opposants au coup d’État à utiliser des méthodes de mobilisation plus traditionnelles pour contourner la communication numérique. Pour cela, le réseau des comités de résistance locaux existant dans de nombreuses villes et villages s’est avéré extrêmement pratique pour convoquer des réunions, rallier des voisins, planifier des manifestations, distribuer des tracts. Les militants des comités ont développé leur façon de se contacter et d’atteindre la masse de la population, a déclaré Satti. Ces canaux de communication innovants ont même donné lieu à des appels à la grève diffusés par les haut-parleurs des mosquées.

Ces comités révolutionnaires ont assumé diverses autres fonctions, comme l’administration des premiers soins aux manifestants blessés ou l’organisation de l’approvisionnement en nourriture – une tâche indispensable à l’organisation du mouvement dans le contexte de pénurie de produits de base, de hausse des prix et de perturbation des réseaux de distribution résultant de l’impasse actuelle. Les comités de résistance ne sont pas partout aussi bien organisés qu’à Khartoum, mais ils se sont implantés partout au Soudan : à Atbara, à Port Soudan… explique Satti.

Toute révolution donne naissance à des structures collectives auto-organisées représentant la volonté des exploités et des opprimés en lutte contre l’ordre ancien. De ce point de vue, le nouvel élan donné aux comités de résistance (apparus lors d’une vague de manifestations de rue contre le régime d’al Bashir en 2013, puis surgis à plus grande échelle suite à la révolution de décembre de 2018) est sans doute l’indication la plus avancée du caractère révolutionnaire de la situation actuelle.

La répression

L’un des défis concerne la manière dont le mouvement révolutionnaire doit affronter la violence du régime du coup d’État. Bien que partiellement frustré par l’ampleur des mobilisations jusqu’à présent, un barrage de répression s’est déjà abattu sur le mouvement. Les militaires ont été impliqués dans cette répression, mais une présence et une implication particulièrement importantes des paramilitaires des FSR ont été remarquées. Ces derniers se sont avérés être un bélier contre-révolutionnaire plus fiable pour la junte militaire que les troupes ordinaires.

Une vaste campagne de détentions a frappé les manifestants, les activistes, les journalistes et les partisans du gouvernement civil renversé. Satti a expliqué qu’à l’approche de la Marche des millions de samedi, une vague d’arrestations ciblées de figures de proue des comités de résistance a également été entreprise, dans le but de décapiter la résistance anti-coup d’État. Alors que de nombreux activistes révolutionnaires et manifestants croupissent en prison, les dirigeants militaires ont également libéré récemment certains des piliers les plus honnis du régime d’Al Bashir, notamment l’ancien ministre des Affaires étrangères, certains responsables du renseignement et un religieux réactionnaire pro-Daech.

Au cours de la semaine dernière, de nombreux cas de tirs à balles réelles, de meurtres et de tortures ont eu lieu. Samedi, plusieurs autres manifestants ont été tués, des centaines ont été blessés par balles, et certains services d’urgence d’hôpitaux auraient été pris d’assaut par des voyous des FSR pour empêcher les manifestants blessés de se faire soigner.

Différents chiffres circulent quant au nombre exact de morts. Mais l’ampleur des atrocités est difficile à mesurer, même pour les militants sur le terrain, en raison de l’absence de rapports détaillés et de la fermeture des communications par Internet et par téléphone. Netblocks, qui surveille les coupures d’Internet dans le monde, a signalé qu’à l’exception d’une fenêtre de quatre heures, Internet a été coupé dans tout le pays depuis la prise du pouvoir par les militaires.

Jusqu’à présent, la répression déclenchée contre le mouvement semble avoir surtout ajouté de l’huile sur le feu de la colère des masses. Cela ne nous fera pas reculer, cela ne fait que renforcer notre détermination, a commenté un manifestant à Khartoum, cité par Ahram.org. Toutefois, à moins que le mouvement révolutionnaire ne passe à l’offensive et n’élabore un plan pour démanteler la machinerie meurtrière aux mains des putschistes, ceux-ci n’hésiteront pas à la déchaîner à nouveau contre le mouvement, avec des conséquences potentiellement terribles.

Les appels populaires pour que le soulèvement reste pacifique sont compréhensibles, car les Soudanais sont fatigués des guerres et des effusions de sang sans fin. Mais les bouchers à la tête de l’armée et des FSR ne renonceront jamais de leur propre chef à la violence contre-révolutionnaire. Ils ont montré à maintes reprises qu’ils sont prêts à utiliser la forme la plus extrême de violence pour défendre leur pouvoir et leurs profits. Une nouvelle effusion de sang ne peut être évitée que si les masses les désarment complètement.

En attendant, la révolution ne peut pas se protéger contre un régime génocidaire en ayant les mains liées dans le dos. Pour se préparer aux futurs affrontements inévitables avec la contre-révolution, des comités d’autodéfense populaire disciplinés et organisés collectivement doivent être formés de toute urgence dans chaque quartier, lieu de travail et village.

Les Comités de résistance existants, ainsi que le SPA et les syndicats combatifs, ont un rôle primordial à jouer dans la formation de cet ensemble.

La neutralisation complète des loyalistes du régime nécessitera également de convaincre les soldats de base – dont beaucoup ont exprimé des sympathies pour la révolution dans le passé et souffrent directement de la profonde crise économique – de refuser d’être utilisés comme chiens de garde d’une élite oppressive et corrompue, et de rejoindre la lutte révolutionnaire en nombre significatif. L’appel lancé aux rangs de l’armée pour qu’ils s’organisent en comités de soldats révolutionnaires, sur la base d’un programme de revendications sociales résolues, contribuerait grandement à couper court aux manœuvres de la junte visant à riposter violemment au mouvement lorsque l’occasion se présentera.

La lutte pour le pouvoir

Il est important de rechercher activement la formation de comités d’auto-organisation révolutionnaires similaires dans toutes les entreprises, usines et lieux de travail, élus démocratiquement par les assemblées de travailleurs en grève. De cette façon, la classe ouvrière, en plus de décider de la poursuite des grèves comme de nombreux secteurs l’ont déjà fait, peut également se préparer à prendre le contrôle de la vie économique du pays des mains des patrons pro-régime et des hommes d’affaires corrompus.

En s’étendant sur les lieux de travail et dans les casernes, et en s’unissant à l’échelle du pays tout entier, les comités de résistance pourraient devenir un centre sérieux d’autorité politique concurrent au pouvoir des généraux, déjouer les sales tours de l’impérialisme et de ses agents locaux, et leur disputer le pouvoir.

Au lieu de la mascarade truquée qui serait le résultat inévitable des élections maintenant promises par al Burhan, des élections véritablement démocratiques pourraient être organisées sous le contrôle du peuple soudanais par l’intermédiaire de leurs comités, dans le but de convoquer une assemblée constituante révolutionnaire de représentants démocratiquement élus de toutes les régions du Soudan, directement responsables devant le mouvement de masse. Une voie serait alors tracée vers un gouvernement révolutionnaire des classes ouvrières, des paysans pauvres et de tous les peuples opprimés, qui ferait le procès de la junte militaire et la démettrait de toutes ses positions – au sein de l’État, des forces armées et de l’économie – et commencerait à reconstruire la société sur une base entièrement nouvelle.

En répudiant totalement la dette, en expropriant les richesses de l’ancien régime et en planifiant l’économie en fonction des besoins sociaux, la révolution empiéterait de manière décisive sur les intérêts capitalistes dans le pays, et marcherait vers un Soudan socialiste libre sur une base volontaire. Cela garantirait également le soutien total des travailleurs et des masses opprimées de la région et du monde entier.

Mots clés , , , , , .