Pourquoi le combat de Britney Spears bénéficie d’un si large écho

La méga star de la pop Britney Spears a témoigné pendant vingt-trois minutes lors d’une récente audience au tribunal et s’est exprimée avec force contre la mise sous tutelle utilisée pour limiter considérablement ses droits et l’accès à ses revenus. L’audience du mouvement #FreeBritney – les personnes qui estiment que le père de Spears retient la femme de 39 ans en otage – a récemment suscité l’intérêt du grand public après la diffusion d’un documentaire du New York Times, Framing Britney Spears. Plus important encore, l’attention portée à Britney Spears, une adulte légalement contrôlée par son père depuis 13 ans, indique l’évolution des attitudes sociales d’intolérance à l’égard de l’oppression dans tous les coins de la société.

Ces tutelles sont nommées par le tribunal sur une personne jugée incapable de prendre des décisions dans son propre intérêt. Ces arrangements peuvent être temporaires, mais certains défenseurs des droits des personnes handicapées soulignent qu’une fois qu’une tutelle est en place, tout changement ou toute résiliation peut nécessiter la présentation d’un seuil élevé de preuves, et qu’il appartient en fin de compte à un juge de décider.

Dans son témoignage, Britney Spears a déclaré au juge : «J’aimerais pouvoir rester au téléphone avec vous pour toujours, car dès que je raccrocherai le téléphone, ce ne seront que des non… Je me sens si seule». Ce sentiment est loin d’être étranger au tiers des femmes confrontées à la violence domestique au cours de leur vie, piégées par le manque de ressources. Ces femmes confrontées à la violence reconnaissent la manipulation de la carotte et du bâton et l’abus de pouvoir utilisés par l’équipe qui tient Spears en otage. Britney Spears est contrainte à une enfance légalement construite, comme l’a dit un commentateur, où son père prend le genre de décisions que l’on attendrait d’un parent pour une adolescente. Un juge a récemment rejeté l’appel de Spears visant à mettre fin à la mise sous tutelle. Cependant, l’institution financière impliquée, Bessemer Trust, s’est retirée de son rôle, et quelques jours plus tard, l’avocat de longue date de Spears, nommé par le tribunal, a démissionné, tous deux sous la pression.

De la chérie de l’Amérique à la vache à lait de l’industrie

Britney Spears finance l’ensemble de l’opération qui la maintient en captivité. Elle a témoigné que l’équipe l’a légalement forcée à partir en tournée et à accepter une résidence épuisante de cinq ans à Las Vegas. Elle a comparé la mise sous tutelle à un trafic d’êtres humains : pas d’intimité, pas de jours de congé, pas de prise en compte de son emploi du temps et paiement des ravisseurs pour la maintenir dans la servitude.

Cette histoire démontre un degré médiéval de sexisme. Les personnes qui ont le pouvoir de décider quand la mise sous tutelle doit prendre fin sont les médecins et les avocats qui sont payés pour la superviser. Techniquement, son avocat désigné par le tribunal s’assure que ses tuteurs ne pillent pas ses biens, mais même son tarif horaire de 495 $ est payé à partir de sa résidence légale à Las Vegas. Son père est payé 130 000 dollars par an pour être conservateur, mais en plus de cela, il a fait appel à un juge pour l’autoriser à recevoir 1,5 % des ventes brutes de la résidence de Las Vegas. On ne devrait pas confier sa santé mentale et son bien-être aux mêmes personnes qui profitent de sa carrière depuis des décennies. Dans son témoignage, elle a déclaré : «Je ne suis pas heureuse, je ne peux pas dormir, je suis tellement en colère que c’est insensé» et «ils devraient être en prison… mon corps précieux qui a travaillé pour mon père pendant les 13 dernières années, en essayant d’être si bon et joli, alors qu’il me fait travailler si dur…».

Cela a capté l’attention de millions de personnes parce que le sexisme est bien vivant dans cette société capitaliste et les faits auxquels nous sommes confrontés avec l’histoire de Britney Spears nous rappellent qu’aucun féminisme de plafond de verre et aucune quantité d’argent ne peut vraiment libérer l’humanité de l’oppression de genre. La société doit disposer d’une base fondamentalement différente pour construire des relations saines entre hommes, femmes et toutes les personnes actuellement opprimées par le capitalisme. Dans ce système barbare, personne n’a la moindre garantie d’autonomie corporelle.

#NotJustBritney

Ce n’est pas non plus une coïncidence si la large solidarité avec la situation de Britney Spears intervient dans le sillage de #MeToo, de la condamnation d’Harvey Weinstein pour viol et d’une génération de jeunes très préoccupés par la santé mentale. Après une année de confinements, la santé mentale des gens ordinaires est extrêmement vulnérable, ce qui n’est qu’aggravé par la classe dirigeante qui menace de mettre fin aux mesures de relance et aux moratoires sur les expulsions. Un jeune sur quatre a déclaré avoir eu des pensées suicidaires au cours de l’année dernière aux Etats-Unis.

C’est l’effondrement mental de Britney Spears sous la pression de l’industrie et de son sexisme qui est à l’origine de la mise sous tutelle. Britney Spears n’avait que 16 ans lorsque le clip de Baby One More Time est sorti, dans lequel on la voit dans un costume d’écolière hyper sexualisé devenu emblématique. La sexualisation des jeunes femmes et la violence sexiste font partie intégrante de la vie sous le capitalisme, ce qui peut être à l’origine de dépressions, d’anxiété, de troubles alimentaires et de toute une série d’autres problèmes de santé mentale.

Le plus consternant est l’approche draconienne de la curatelle à l’égard des droits reproductifs de Spears, qui l’oblige à garder un stérilet contre son gré. Depuis plus d’une décennie, les femmes de tous les États-Unis subissent les attaques des républicains contre l’avortement et les droits reproductifs. Les militants de la lutte antiraciste et des droits des personnes handicapées ont mis en lumière comment le capitalisme américain a utilisé la stérilisation forcée en tant qu’outil pour faire respecter le colonialisme raciste et l’esclavage. Le New York Times rapporte que ce n’est qu’en 2014 que la Californie a formellement interdit la stérilisation des détenues sans consentement.

L’expérience de Britney Spears montre que, si les femmes pauvres et opprimées supportent le poids écrasant des attaques contre l’autonomie corporelle et n’ont pas accès aux soins de santé mentale, les menaces contre la liberté reproductive et une approche inadéquate de la santé mentale ont un impact sur la société dans son ensemble. Nous devons construire un mouvement suffisamment fort pour arracher l’industrie de la santé privée et à but lucratif au capitalisme américain, et construire un système national de santé public, Medicare for All, qui puisse garantir des soins de santé reproductifs et mentaux inclusifs. C’est d’autant plus vrai que la Cour suprême a accepté de se saisir d’un cas du Mississippi qui pourrait démanteler Roe v. Wade (arrêt historique rendu par la Cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de la constitutionnalité des lois qui criminalisent ou restreignent l’accès à l’avortement). Leur décision pourrait dans les faits rendre l’avortement plus dangereux, et non moins probable.

Tout comme nous ne pouvions pas faire confiance aux tribunaux qui ont permis à Weinstein d’éviter une condamnation pour viol pendant plus d’une décennie, nous ne pouvons pas leur faire confiance aujourd’hui pour défendre les droits des femmes ou la liberté reproductive. C’est d’autant plus clair dans le contexte de la récente et honteuse libération de Bill Cosby, qui est une gifle au visage des dizaines de femmes qui se sont courageusement présentées pour mettre fin à ses décennies d’agressions sexuelles prédatrices.

Nous devons construire une lutte féministe socialiste, reposant sur l’organisation à la base, afin de remporter un véritable changement. Bien que le moment #MeToo ait inspiré des femmes célèbres à dénoncer le sexisme dans l’industrie du divertissement, ce sont les travailleurs des secteurs dominés par les femmes, tels que les soins de santé et l’éducation, qui luttent toujours contre les attaques de l’establishment politique sur leurs salaires, leurs droits et leur sécurité, même en tant que travailleurs de première ligne pendant la pandémie. C’est le phénomène généralisé des débrayages dans des entreprises comme Google et McDonald’s qui a permis de faire pression pour que des personnes comme Weinstein soient condamnées et d’obtenir des changements concrets sur le lieu de travail. Nous devons nous organiser pour mener à nouveau des actions de masse de ce type, et aller encore plus loin.

Le capitalisme est une menace pour la créativité

L’expérience de Britney Spears est particulièrement terrifiante, et nous en sommes conscients en raison de sa célébrité, mais elle touche aux notes de sexisme inhérentes à l’industrie du divertissement reposant sur le profit. Cette industrie est marquée par l’exploitation, le contrôle et la limitation de la carrière des femmes par des hommes puissants.

Les jeunes d’aujourd’hui toléreraient-ils le niveau d’abus des paparazzis et les prises de position sexistes des médias auxquels Britney Spears a été confrontée au début de sa carrière? L’interview de Diane Sawyer en 2003, dans laquelle elle rendait Spears responsable de sa rupture avec Justin Timberlake, avec qui elle faisait partie de la machine de divertissement de Disney World à l’époque, et lui demandait de justifier les détails intimes de sa vie sexuelle à la télévision nationale, a récemment fait l’objet d’un examen minutieux. Les réseaux sociaux ont donné un accent douloureusement sombre et humoristique à l’ère du sexisme médiatique du début des années 2000, centré sur les carrières d’adolescentes sur-sexualisées comme Spears, Christina Aguilera, les Kardashian et Paris Hilton. Aujourd’hui, les paparazzi traquent Spears lorsqu’elle suit une thérapie.

La mise sous tutelle est une expression extrême de la façon dont l’industrie du divertissement peut asservir les artistes, en particulier les femmes, en les faisant travailler sous contrat sous la menace de représailles légales pour financer les salaires gonflés des dirigeants, les salles de spectacles à grand spectacle, les annonceurs et les maisons de disques – jusqu’à ce que les artistes ne soient plus rentables ou plus jeunes.

Dans un secteur où l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes et la cooptation des gros bonnets constituent une menace pour les développements artistiques futurs, les artistes individuels sont contraints financièrement à l’exploitation de leurs idées. Par exemple, Michaela Coel a refusé un contrat d’un million de dollars avec Netflix pour garder le contrôle créatif de sa série I May Destroy You, qui traite des agressions sexuelles et de leurs conséquences complexes. Tik Tok, Instagram et Snapchat sont autant de moyens puissants pour les jeunes créatifs de partager leur art, mais ils ne sont pas à l’abri d’une cooptation par l’industrie. Les maisons de contenu telles que Hype House et Collab Crib sont ciblées par les sociétés de capital-risque et les grandes fortunes pour investir dans l’économie créative.

En tant que nouvelle frontière pour les créatifs, ces artistes devraient s’organiser en mettant l’accent sur les droits des travailleurs, en formulant des demandes concrètes pour lutter contre le sexisme et le racisme de l’industrie et son influence sur ces plateformes. La Screen Actors Guild (SAG) et l’IATSE pourraient servir d’outils, représentant la manière dont un large groupe de travailleurs ayant des intérêts similaires peut négocier les conditions de travail avec un syndicat. Les techniciens et autres travailleurs contractuels pourraient être des alliés dans cette lutte. Les grands changements culturels contre la violence et l’oppression liées au genre sont enracinés dans la lutte de la classe ouvrière, mais comment mettre fin à la discrimination systémique dans une industrie qui tire des profits des divisions sociales et culturelles amplifiées par le capitalisme? Les exemples d’artistes qui se battent pour le contrôle artistique sont très importants, mais ils montrent aussi que c’est une bataille difficile qui nécessite une organisation de masse contre l’exploitation de l’industrie dans son ensemble.

Nous pouvons remporter des victoires contre le racisme et le sexisme inhérents au capitalisme, mais ce système qui a créé et profite de la situation difficile de Britney Spears ne mettra jamais fin aux divisions sociales qui maintiennent la classe dirigeante au pouvoir. La solidarité avec la détresse de Britney Spears que nous constatons aujourd’hui est un signe de la colère croissante des femmes qui se voient refuser tout semblant d’autonomie corporelle. Cet exposé doit nous rappeler que la classe ouvrière peut se battre et obtenir des changements matériels, y compris la fin de la discrimination salariale entre les sexes, la mise en place de services sociaux pour mettre fin à la violence sexiste, la défaite des attaques contre l’avortement et l’obtention de soins de santé et de logements pour tous. L’organisation de masse à la base peut renverser la vapeur contre l’oppression systémique et construire un monde basé sur l’égalité sociale et économique organisée démocratiquement.

Mots clés , , , .