Comment la révolution peut-elle gagner?

Les grèves générales montrent qu’il est possible de faire échouer le coup d’État. Le mouvement de masse doit commencer à organiser la société

Plus d’un mois après le coup d’État militaire mené par Min Aung Hlaing, la lutte entre le peuple et les militaires du Myanmar se poursuit. Les grèves paralysent la vie quotidienne. Les grèves générales du 22 février et du 8 mars ont été les moments forts du mouvement jusqu’à présent. L’armée, le Tatmadaw, a réagi après le 22 février par une violence encore plus grande, qui a fait de nombreux morts.

La victime la plus connue de cette répression meurtrière est Angel Kyal Sin, 19 ans. Elle a été tuée le 3 mars à Mandalay, la deuxième plus grande ville du pays, alors qu’elle portait un t-shirt avec le slogan : Tout ira bien. Le 3 mars a fait 38 morts, ce qui en fait la journée la plus sanglante jusqu’à présent. La première victime est Mya Thwate Khaing, une étudiante de 20 ans, abattue le 9 février et décédée dix jours plus tard.

Ces martyrs du mouvement sont des jeunes femmes, tout comme de nombreux dirigeants du mouvement. La classe ouvrière occupe une position centrale : la grève a été l’arme principale du mouvement et s’avère une fois de plus particulièrement efficace. Parmi les premiers groupes à se mettre en grève, on trouve des travailleurs et travailleuses issus de secteurs qui avaient déjà connu la grève ces dernières années. Les travailleurs et travailleuses de la santé étaient en première ligne après une année de crise sanitaire. Les enseignant·es et les jeunes avaient mené des actions en 2014-15 contre une réforme de l’éducation, créant ainsi un syndicat de l’éducation plus fort. Les personnes travaillant dans le secteur textile, en pleine croissance, qui compte aujourd’hui jusqu’à 900 000 travailleurs et travailleuses, pour la plupart des femmes, ont déjà fait grève en 2019 pour de meilleures conditions de travail. La pandémie mondiale et la baisse de la demande de textile par les grandes marques de vêtements ont entraîné des licenciements et de nouvelles protestations plus récemment.

Les grèves générales montrent le potentiel pour vaincre le coup d’État. Lorsque le peuple travailleur ferme tout, le commandement de l’armée n’a nulle part où aller. Pour vraiment les chasser du pouvoir, le mouvement lui-même doit commencer à organiser la société sur la base des intérêts et de la participation de la majorité de la population. Une victoire de ce mouvement révolutionnaire aurait des conséquences internationales. Tout comme ce mouvement a vu le salut à trois doigts des Hunger Games se répandre au niveau international, l’exemple de mouvements de grève forts et victorieux peut se répandre à partir du Myanmar dans toute la région et au-delà.

Grèves générales

À l’approche de la grève générale du 22 février, plusieurs actions de protestation ont perturbé la vie quotidienne. Le 17 février, par exemple, des personnes ont simulé des pannes de voiture, paralysant la circulation dans les grandes villes comme Yangon. Dans les villages, des troncs d’arbres ont été placés en travers des routes pour empêcher les véhicules de l’armée d’y accéder.

Lors de la première phase de la protestation contre le coup d’État militaire du 1er février, les travailleurs et travailleuses de la santé et de l’éducation ont pris la tête du mouvement. Ils et elles se sont mis en grève et cet exemple a rapidement été suivi dans de nombreux autres secteurs.

Il n’y a pas de longue tradition de syndicats au Myanmar. Les syndicats ont été rétablis lors du mouvement de 1988 contre la junte militaire et ne fonctionnent légalement que depuis 2011. La Confédération générale des syndicats ne comptait que 65 000 membres en 2018 sur une population de 54 millions d’habitants. Il existe des syndicats particulièrement militants qui se sont développés sur la base de l’action des travailleurs et travailleuses. C’est le cas, par exemple, du secteur de l’habillement, qui a connu une croissance particulièrement rapide ces dernières années, et dans lequel les travailleurs et travailleuses ont commencé à réclamer leur part du gâteau. En 2019, une vague de grèves pour des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail a eu lieu. Elle a été suivie en 2020 par des grèves contre les licenciements arbitraires, visant les membres des syndicats, et pour des conditions de travail sûres pendant la crise sanitaire. Tout au long de la protestation actuelle contre le coup d’État, les syndicats se développent et de nouveaux syndicats apparaissent.

Le 22 février, des millions de personnes se sont mises en grève. Pas seulement dans les secteurs où des grèves avaient déjà lieu, mais dans tous les secteurs de l’économie. Des mines et des usines aux restaurants et aux vendeurs de rue informels. Tout s’est arrêté et est resté arrêté toute la journée. Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans toutes les villes et dans les campagnes. Cette grève générale a été appelée la révolution 22222, d’après les cinq deux qui figurent dans la date du 22 février 2021. Le site d’information Irrawaddy.com rapporte qu’à Mandalay, deuxième ville du pays, il semble que chaque habitant·e soit descendu·e dans la rue pour une manifestation qui, selon les vétérans du mouvement de protestation de 1988, était encore plus importante que cette mobilisation historique. Même à Naypyidaw, une ville artificiellement construite entre 2002 et 2012 pour servir de capitale sûre au régime, il y a eu des grèves et des manifestations.

Une grève aussi généralisée paralyse tout le pays. Cela a des conséquences. Les actions menées par le personnel des banques ont empêché les putschistes de payer les salaires des militaires, alors qu’ils et elles ont désespérément besoin du soutien des soldats de base pour se maintenir au pouvoir. Des centaines d’employé·es de banques privées et publiques ont rejoint les syndicats et se sont joint·es au Mouvement de désobéissance civile (MDC). En raison de la grève, les entreprises et le gouvernement n’ont pratiquement plus accès à l’argent. Cela rappelle un peu le Kapp-putsch réactionnaire en Allemagne en 1920, lorsque les putschistes de droite n’ont pas trouvé d’imprimerie qui ne soit pas en grève, et n’ont donc pas pu faire imprimer les annonces officielles du coup d’État.

Cela ne signifie pas, bien sûr, que la partie est terminée. L’intensification de la répression par les dirigeants de l’armée est l’expression du désespoir, qui peut être extrêmement dangereux. La nouvelle grève générale du 8 mars a confirmé le potentiel du mouvement et l’échec de la répression. Si deux grèves générales ne suffisent pas à renverser le régime, une grève générale de durée indéterminée doit être déclenchée. Dans un certain nombre de secteurs, les travailleurs et travailleuses sont déjà en grève depuis début février.

Le mouvement de désobéissance civile

Le mouvement de désobéissance civile joue un rôle important dans le mouvement, en le faisant avancer depuis la base contre les dictateurs militaires. C’est une caractéristique remarquable de la situation. Auparavant, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi était généralement considérée comme l’organisation centrale de l’opposition aux militaires. Toutefois, sa participation au gouvernement ces dernières années et sa coopération avec l’armée ont sapé l’autorité de la LND. Le mouvement de protestation a été lancé par des travailleurs et travailleuses de la santé, des enseignant·es et d’autres personnes. Ils ont lancé le Mouvement de désobéissance civile sous la forme d’une page Facebook, qui compte plus de 300 000 adeptes.

Les travailleurs et travailleuses de la santé occupent une place particulière après une crise sanitaire mondiale qui a également frappé le Myanmar. En outre, il existe une certaine organisation syndicale dans ce secteur. Dans le secteur de l’éducation, il existe un syndicat relativement puissant, la Myanmar Teachers’ Federation, qui revendique aujourd’hui 100 000 membres. L’ampleur du mouvement de protestation a même conduit un certain nombre d’employeurs et d’entreprises internationales à mettre fin à leur coopération avec le gouvernement. C’est également la pression du mouvement et l’isolement du régime putschiste au Myanmar qui ont incité des dirigeants internationaux comme M. Biden à faire des déclarations contre l’armée et à imposer des sanctions.

Le pouvoir des grèves est important, mais il doit en même temps être exploité par l’organisation de comités de grève et de comités d’action régionaux. Dans le mouvement de 1988, les comités de grévistes et les comités populaires ont joué un rôle important. De tels organes sont également nécessaires aujourd’hui. Ils étaient importants à l’époque pour garantir que le mouvement de protestation ne soit pas détourné par les vieux crocodiles. Maintenant que la majorité de la population du Myanmar cherche à se débarrasser complètement du régime militaire, il est nécessaire que le mouvement mette en place et contrôle ses propres organisations et instruments de lutte. Le Comité de grève générale qui a été mis en place pour la grève du 22 février était un début prometteur. Cependant, il serait préférable de mettre en place le Comité de grève générale sur la base de comités locaux sur les lieux de travail et dans les quartiers qui se coordonnent au niveau national, plutôt que de commencer par l’inverse.

Leçons de l’histoire : Nécessité d’un programme pour un changement réel

Malgré l’existence d’illusions dans des concepts tels que les mouvements sans leader, il y a toujours une tendance à combler un vide de leadership. Si les travailleurs et travailleuses et les paysan·nes pauvres ne le comblent pas par le bas, il y aura toujours des candidat·es pour s’infiltrer par le haut. Dans le mouvement de 1988, l’ancien Premier ministre U Nu a tenté de le faire, mais sa tentative a été contrecarrée par le développement rapide d’un nouveau parti politique issu du mouvement : la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Ce parti s’est tourné vers Aung San Suu Kyi, la fille d’un ancien combattant de la liberté récemment rentrée au pays, pour en faire son nouveau leader.

Aujourd’hui, Aung San Suu Kyi se trouve dans une position similaire à celle de U Nu en 1988. Sa LND n’a pas joué un rôle central dans l’organisation de la contestation et le régime dont elle faisait partie a clairement échoué. Néanmoins, l’absence d’expression politique du mouvement de masse et l’autorité acquise par la répression ont permis à la LND de reprendre pied. Le 2 mars, un comité de députés de la LND a créé le Cabinet du comité représentant le Pyidaungsu Hluttaw (CRPH, Pyidaungsu Hluttaw est le nom du parlement). Il s’agit d’un gouvernement alternatif composé de quatre ministres : trois politiciens de la LND et un universitaire indépendant, le Dr Zaw Wai Soe, recteur de l’université de médecine qui a joué un rôle central dans la lutte contre le Covid-19 à Yangon. Il a immédiatement appelé tou·tes les fonctionnaires à rejoindre le Mouvement de désobéissance civile (MDC). Le MDC demande explicitement la reconnaissance du CRPH, rendant ainsi l’initiative à la LND.

Il est normal que la population se fasse des illusions sur le CRPH et les manifestations appellent à juste titre à la libération de tous les prisonniers politiques. Cependant, la question est de savoir quelle politique le CRPH propose, quelle tactique utiliser contre l’armée et quelle alternative mettre en place si les putschistes sont chassés. Un retour à la situation antérieure ne constitue pas une réponse adéquate aux préoccupations de la population. La coopération avec l’armée, par exemple, ne sera pas acceptée.

Pour se débarrasser de l’armée, la lutte doit être menée sur le plan politique mais aussi sur le plan économique. Les hauts responsables de l’armée ont joué un rôle actif dans les privatisations qui ont balayé l’économie après 1988. De nombreuses entreprises importantes sont aux mains des militaires, notamment la Myanmar Economic Corporation (MEC) ou la Myanmar Economic Holding Ltd (MEHL), qui ont racheté des pans lucratifs de l’économie lors de la vague de privatisations. Le mouvement le comprend instinctivement : par exemple, la bière de Myanmar Beer ou les produits de l’opérateur de télécommunications MyTel (tous deux appartenant à la MEC) sont massivement boycottés.

Le mouvement de protestation a besoin d’un programme pour donner réellement le pouvoir au peuple. Cela signifie non seulement des élections démocratiques, mais aussi le contrôle par le peuple des secteurs clés de l’économie afin de permettre une planification démocratique des vastes richesses du pays. Cela ne se fera pas par le biais du CRPH, même si cet organe, sous la pression du mouvement, doit adopter un profil plus radical que ce qui était précédemment préconisé par la LND. La politique de coopération avec l’armée a échoué, la LND doit donc y renoncer. Toutefois, même cela ne suffit pas à provoquer un changement fondamental.

Réactions internationales

Le mouvement comprend instinctivement que la solidarité est importante tant au niveau national qu’international. Il existe une attitude saine à l’égard de la question nationale et des droits des nombreuses minorités du pays. Avec des pancartes en anglais, les manifestant·es appellent explicitement à la solidarité internationale. Ils et elles ne visent pas tant les institutions et les dirigeants internationaux que les gens ordinaires, avec une attention particulière pour les mouvements antérieurs en Thaïlande et à Hong Kong. Ici et là, il y a des illusions sur le rôle des États-Unis, mais cela semble actuellement plutôt marginal au sein du mouvement.

Les dirigeants capitalistes internationaux n’ont jamais manifesté le moindre intérêt pour la majorité de la population du Myanmar. Lorsque Aung San Suu Kyi a été libérée et que la LND a annoncé qu’elle participerait aux élections partielles pour 45 sièges en 2012, l’establishment international a afflué au Myanmar dans l’espoir d’arracher des affaires lucratives. Les privatisations et l’ouverture de l’économie après 1988 avaient déjà montré qu’il y avait quelque chose à ramasser : par exemple, Total, Chevron et la société thaïlandaise PTT sont entrés dans la société pétrolière et gazière Myanma Oil and Gas Enterprise.

Des dirigeants politiques tels que Hillary Clinton ont failli se bousculer pour être les premiers à prendre le thé avec Aung San Suu Kyi lorsqu’elle a accédé aux responsabilités gouvernementales. Le Wall Street Journal notait à l’époque : 

Le potentiel du Myanmar est trop important pour que certains investisseurs l’ignorent. L’un des derniers grands marchés frontières d’Asie, il est riche en pétrole, en gaz, en bois et en pierres précieuses et a le potentiel pour devenir un grand exportateur de riz et de fruits de mer. (Firms See Myanmar as Next Frontier, WSJ 30 novembre 2011).

En outre, les États-Unis et l’Europe souhaitaient limiter l’influence de la Chine. En 2010, il y avait déjà 12,3 milliards de dollars d’investissements chinois dans le pays. Le régime chinois espère avoir accès à l’océan Indien par le Myanmar, ce qui est important pour l’initiative Belt and Road. Aujourd’hui, les dirigeants militaires – les mêmes qui, dans les années 1960, ont instauré un régime dictatorial calqué sur la Chine de Mao – tentent désespérément de maintenir le soutien chinois au coup d’État. Le régime chinois refuse de condamner le coup d’État et parle d’un remaniement ministériel. Pourtant, l’ambassadeur chinois au Myanmar, Chen Hai, a dû reconnaître que la situation actuelle n’est absolument pas ce que la Chine veut voir.

Nul doute que par là, Chen Hai entend que le régime chinois préférerait ne pas voir de manifestations de masse dans la région. Le ministre des affaires étrangères de Singapour, un partenaire commercial clé du Myanmar, a déclaré qu’il espérait que le bloc asiatique de l’ANASE pourrait jouer un rôle discrètement constructif pour faciliter le retour à la normalité et à la stabilité du Myanmar. Le Premier ministre indien Modi, qui a entretenu de bonnes relations avec le chef de l’armée Min Aung Hlaing par le passé, fait autant que possible profil bas sur les événements qui se déroulent chez le voisin oriental de l’Inde.

Les puissances impérialistes et régionales peuvent avoir des attitudes différentes à l’égard des putschistes militaires, mais elles ont en commun de vouloir voir la fin du mouvement de masse le plus rapidement possible.

Que faut-il faire maintenant?

Le mouvement actuel montre le pouvoir de la classe ouvrière, même dans un pays où la majorité de la population est engagée dans l’agriculture. La classe ouvrière en action joue le rôle principal, entraînant la population rurale derrière elle pour la soutenir. Ils manifestent principalement pour des revendications démocratiques et contre la dictature militaire, mais il est clair que toute revendication démocratique prend rapidement un caractère social. Briser le pouvoir de la direction militaire signifie inévitablement aussi briser sa position économique et remettre en question l’ensemble du système.

L’ouverture de l’économie à l’initiative privée et aux entreprises étrangères à partir de 1988 n’a pas été synonyme de progrès social pour la majorité de la population. C’est l’ensemble du système qui doit être remis en cause. Seule une transformation socialiste de la société peut donner un contenu réel aux revendications du mouvement. A cette fin, les secteurs clés de l’économie, y compris les ressources naturelles, doivent être nationalisés. Pas des nationalisations comme celles qui ont eu lieu après 1963, contrôlées par une petite clique au sommet, mais une nationalisation sous le contrôle démocratique du peuple.

Pour donner une direction au mouvement, il doit y avoir une discussion sur les revendications à mettre en avant et une alternative au système actuel, dans lequel l’armée joue un rôle central. Des comités de grève et des comités d’action sur les lieux de travail, dans les quartiers et les villages sont nécessaires pour discuter démocratiquement des prochaines étapes de la protestation et pour les organiser avec la plus grande participation possible. Ces comités sont également nécessaires pour organiser l’autodéfense contre la répression. Ces comités doivent assurer la coordination au niveau local et national, tout en prenant en charge la gestion des aspects essentiels de la vie quotidienne des travailleurs et travailleuses et des pauvres, tels que la distribution de nourriture, les soins médicaux et autres besoins urgents. Un programme et une direction clairs pour le mouvement attireraient les policiers et les soldats de base du côté du peuple. Ces organes démocratiques du mouvement pourraient jeter les bases d’un type de société différent. Une Assemblée constituante élue par la classe ouvrière, la population rurale et les opprimé·es par le biais de ces structures démocratiques pourrait convenir d’un plan pour changer fondamentalement la société.

Les étapes les plus urgentes dans cette phase du mouvement sont sa structuration et la discussion des revendications et des alternatives. Ces deux éléments vont de pair : d’une part, la structuration du mouvement conduira inévitablement à des discussions sur son contenu, et d’autre part, pour changer la société, il est nécessaire de développer des leviers pour réaliser ce changement. Les révolutionnaires, comme les membres d’Alternative socialiste internationale, joueraient bien sûr un rôle actif dans un tel processus, en prônant le changement socialiste. Dans un mouvement de masse, un programme socialiste peut rapidement trouver une large audience, mais une organisation de révolutionnaires est nécessaire pour le développer, l’affiner et l’introduire dans le mouvement afin qu’il devienne un facteur matériel.

Le mouvement est plus fort lorsqu’il répond à toute tentative de diviser pour régner par une lutte unifiée. Cela signifie qu’il est essentiel de prêter attention aux demandes et aux sensibilités nationales, en particulier dans un pays comptant plus de 135 groupes ethniques. Le régime militaire a une longue tradition de violence contre les minorités, de l’expulsion de centaines de milliers de Tamouls dans les années 1960 sous Ne Win à la persécution des musulmans Rohinya dans le nord-ouest du pays qui a été poussée à l’extrême depuis 2015.

La LND d’Aung San Suu Kyi a été complice de l’oppression des minorités. Le mouvement de protestation doit s’y opposer. Réunir les travailleurs et travailleuses et les opprimé·es de la population majoritaire Bamar avec les Shan, Karan, Rakhine, Chinois… rend le mouvement plus fort. Cette unité passe par le respect et donc la reconnaissance du droit à l’autodétermination. Si nous ne sommes pas favorables au simple fait de brandir des drapeaux nationaux ou régionaux, il est en soi positif que lors de la grève générale du 22 février, des drapeaux de différentes minorités nationales aient été explicitement portés par les militant·es. Un programme qui reconnaît le droit à l’autodétermination peut donner forme à ce sentiment instinctif afin qu’il devienne un argument puissant pour renforcer davantage le mouvement parmi tous les groupes ethniques.

Ce sont là quelques-uns des éléments centraux de notre approche socialiste, qui vise à renverser le capitalisme et à le remplacer par une société socialiste dotée d’une économie planifiée démocratiquement, dans laquelle les énormes richesses du pays, ainsi que l’énorme potentiel de sa classe ouvrière jeune et créative, peuvent être utilisés pleinement au profit de l’ensemble de la population. Une telle démarche gagnerait immédiatement une énorme audience dans la région et dans le reste du monde.


Comment nous en sommes arrivés là – L’histoire du Myanmar

Pour comprendre la situation actuelle, il est utile de rappeler certains aspects du contexte historique.

De la colonie britannique à l’indépendance

La région qui forme aujourd’hui le Myanmar a été colonisée par les Britanniques et faisait partie de l’Inde. Les Britanniques étaient passés maîtres dans l’art de diviser pour mieux régner, au détriment de la population majoritaire de ce qui s’appelait alors la Birmanie. La résistance anticoloniale, qui était particulièrement forte parmi les étudiant·es, a contraint les Britanniques, en 1937, à désigner la Birmanie comme une colonie distincte plutôt que comme une partie de l’Inde.

L’un des leaders les plus connus de la résistance contre les colonisateurs britanniques en Birmanie était Bogyoke Aung San, le père d’Aung San Suu Kyi. Le dictateur des années 1960, Ne Win, était également un combattant de premier plan. La direction de la lutte anticoloniale s’est limitée à une vision nationaliste sans réponse fondamentale aux conditions sociales de la majorité de la population. Les questions sociales n’étaient abordées qu’en paroles, pas en actes.

Aung San a cofondé le parti communiste du pays dans les années 1930, mais n’a pas hésité, avec d’autres, à soutenir le Japon contre les Britanniques lors de la Seconde Guerre mondiale. Le fait que le Japon, qui a occupé la Birmanie pendant la guerre, se soit rangé du côté des nazis et ait brutalement soumis la population locale était justifié par l’argument qu’au moins les Britanniques étaient partis. L’ennemi de mon ennemi est mon ami, tel était l’argument pour s’allier avec l’allié asiatique du fascisme. C’est sous l’occupation japonaise que le chemin de fer de la mort a été construit de la Birmanie à la Thaïlande, une opération qui a tué des dizaines de milliers de personnes et qui a été rendue célèbre par le roman Le pont de la rivière Khwae.

Le fait que les Japonais aient écarté le régime fantoche de Birmanie parce qu’il était trop têtu et insistait pour conserver une certaine indépendance, ainsi que l’avancée des Alliés dans la Guerre Mondiale, ont amené Aung San et ses nationalistes à changer de camp. Ils forment l’Organisation antifasciste, transformée plus tard en Ligue populaire de libération antifasciste. Ils se retournent contre les Japonais et entament des négociations avec les Britanniques. Les Britanniques reviennent en Birmanie en 1945, mais ne peuvent plus jouer le même rôle économique et militaire. Les États-Unis et l’Union soviétique sortent de la guerre en tant que puissances mondiales dominantes. Par ailleurs, la résistance anticoloniale n’a pas disparu.

En Birmanie, une grève générale a eu lieu en 1946 dans le cadre de la vague de révolte générale dans les colonies. L’Empire britannique doit accepter l’indépendance. En janvier 1947, Aung San signe un accord avec les Britanniques pour que le pays devienne indépendant dans l’année. Aung San a été assassiné avant la déclaration officielle d’indépendance, le 4 janvier 1948. Pour de nombreux Birmans, Aung San reste un héros de la lutte pour l’indépendance. Le fait qu’il n’ait pas pu jouer un rôle dans le chaos qui a suivi l’indépendance renforce cette idée.

Aung San et les nationalistes étaient particulièrement ambigus sur un certain nombre de points fondamentaux. L’accord de 1947 stipulait que la Birmanie formerait une union avec des droits pour les minorités ethniques qui auraient le droit de quitter l’union après dix ans. Cependant, le peuple Karen, qui réclamait une indépendance immédiate, n’était pas inclus dans l’accord! Le successeur d’Aung San, U Nu, a tenté d’imposer un État unitaire centralisé sans droits pour les minorités. Cela a conduit à une guérilla ethnique, qui joue encore un rôle dans le pays aujourd’hui.

Une autre question fondamentale était l’absence d’une alternative au capitalisme. Les nationalistes prétendent défendre une politique sociale-démocrate dans laquelle certaines parties de l’industrie sont nationalisées. Cependant, dans la pratique, il s’agissait d’une propriété conjointe de l’industrie par le gouvernement et les grandes entreprises étrangères. Les exportations de riz n’ont jamais retrouvé leur niveau d’avant-guerre. L’économie s’enfonce de plus en plus, tandis que l’armée obtient de plus en plus de ressources. À la fin des années 1950, 30% des dépenses publiques sont consacrées à l’armée.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le coup d’État militaire du général Ne Win en 1962. La tentative d’établir une Birmanie indépendante capitaliste stable n’avait aucune chance à l’ère de l’impérialisme.

Dictature militaire basée sur les modèles chinois et russe

Une partie de la direction militaire autour du général Ne Win a cherché un moyen de sortir de l’impasse et de l’instabilité. Ils se sont appuyés sur les classes moyennes en ruine dans les villes et sur la population rurale. Ils se sont tournés vers le modèle de Mao en Chine, lui-même basé sur une caricature du stalinisme russe, en 1949 plutôt que sur le modèle des bolcheviks en 1917. Il ne s’agissait pas d’un choix délibéré d’établir une société socialiste, mais plutôt d’une tentative d’équilibre entre les classes afin d’obtenir une plus grande stabilité. Les éléments d’une économie bureaucratiquement planifiée ont été associés à un régime d’ordre et de discipline dans lequel les droits démocratiques ont été écartés, y compris les droits des minorités nationales. Un État à parti unique a été établi sous la direction du Parti du programme socialiste birman (BSPP).

Sous le régime de Ne Win, toutes les sociétés étrangères, les banques et les grandes entreprises ont été nationalisées. Le capitalisme est éliminé. Les dirigeants parlaient de la voie birmane vers le socialisme, mais il s’agissait d’une caricature de socialisme. Il s’agissait d’une imitation du stalinisme en Union soviétique et en Chine, complétée par la rhétorique bouddhiste et le nationalisme. Une petite élite tenait toutes les rênes, l’opposition était réprimée.

Le régime de Ne Win a constitué une armée impressionnante. Au départ, le régime bénéficie d’un large soutien dans les campagnes. L’annulation de toutes les dettes des agriculteurs envers les banques, les prêts du gouvernement aux agriculteurs, l’importation de tracteurs de Tchécoslovaquie et d’autres mesures ont assuré ce soutien. L’éducation a également été renforcée ; en 1986, 86% des hommes et 74% des femmes savaient lire et écrire.

Mais en même temps, les contradictions entre le développement rural et le développement industriel persistent et il n’y a pas de réponse à la question nationale. La seule réponse du régime aux contradictions existantes était la répression combinée à un nationalisme et une xénophobie extrêmes. L’isolement économique et la planification très primitive de l’économie, avec un contrôle bureaucratique, entravaient tout développement ultérieur.

Lorsque les prix des matières premières ont commencé à baisser dans les années 1980, la situation est devenue totalement intenable. Ne Win a procédé à une dévaluation de la monnaie, ce qui a entraîné une inflation de 200 à 500%. C’est dans ce contexte que le soulèvement de 1988 a eu lieu.

Le soulèvement des étudiants et la grève générale de 1988

En mars 1988, un étudiant est tué par l’armée. Des protestations ont immédiatement éclaté à l’université de Yangon. La police a répondu par une répression meurtrière, 41 étudiant·es sont mort·es étouffé·es dans des voitures de police alors qu’ils étaient emmenés en prison. Le mouvement de protestation qui a suivi allait menacer la survie du régime.

Tout au long du printemps et de l’été, de grandes manifestations ont eu lieu pour réclamer la démocratie, des réformes économiques et la poursuite des assassins militaires. Les étudiant·es sont soutenus par des syndicalistes qui forment des comités de travailleurs et travailleuses dans les entreprises. Des moines et des fonctionnaires se sont mobilisés.

Ne Win tente de mettre fin aux protestations en démissionnant de son poste de chef du parti et en promettant d’organiser un référendum sur le système de parti unique. Dans les coulisses, il continue à tirer les ficelles. La protestation se poursuit et s’amplifie.

Le 8 août 1988, une grève générale paralyse le pays et des millions de manifestant·es descendent dans la rue. Des centaines de personnes sont blessées et tuées. Mais le soulèvement se poursuit avec des manifestations, des grèves et des émeutes. Le régime est soumis à une pression croissante ; la répression n’est possible qu’en utilisant des soldats d’autres groupes ethniques contre les manifestant·es. La solde des soldats a été augmentée de 45% pour conserver leur soutien. Sous la pression des protestations, le régime a promis des réformes économiques.

Ces annonces ont été accueillies avec joie, mais les manifestations ont continué. À la fin du mois d’août, une nouvelle grève générale d’une durée indéterminée a eu lieu. Dans plusieurs villages et villes, des comités populaires prennent le contrôle. Les généraux sont impuissants, la rue prend le relais. Le problème était le manque de coordination et de leadership alternatif. Le soulèvement ne dispose pas de ses propres canaux organisés et d’une direction politique pour l’armer d’un programme socialiste démocratique.

Un certain nombre de personnalités ont répondu au mouvement. La plupart des soutiens sont allés à Aung San Suu Kyi, leader accidentel du mouvement. Elle venait de rentrer de Grande-Bretagne en Birmanie pour s’occuper de sa mère malade. En raison de l’autorité de son père et de l’absence de tout lien avec le régime militaire ou son précurseur démocratique qui n’a pas réussi à apporter de changement, Aung San Suu Kyi était un symbole idéal.

L’annonce des élections a conduit à la formation d’un nouveau parti : la Ligue nationale pour la démocratie, dirigée par Aung San Suu Kyi. La LND a bénéficié d’un soutien massif dans toutes les régions du pays. Cependant, l’alternative du parti était tout sauf claire. Dès le début, Aung San Suu Kyi a mis l’accent sur les idées d’unité et de dialogue avec le régime militaire. Les concessions de la dictature ne visaient pas le dialogue mais à gagner du temps pour reprendre le contrôle du pays. La seule idéologie du régime a toujours été la préservation de son propre pouvoir.

Les changements après 1988

La révolution restant inachevée, les militaires ont pu reprendre les choses en main. D’importants dirigeants de l’opposition ont été arrêtés. Un nouvel homme fort, Saw Maung, qui était proche de Ne Win, est apparu. La nouvelle direction militaire prend le nom de SLORC (State Law and Order Restoration Council), rebaptisé plus tard Conseil d’État pour la paix et le développement (SPDC). Le SLORC supprime toute référence au socialisme et rebaptise le pays Myanmar. Les élections de 1990 ont vu la victoire de la LND (le parti a obtenu 60% des voix), mais les dirigeants militaires avaient alors retrouvé leur position après la fin du mouvement de protestation actif et n’ont pas reconnu les résultats des élections.

La dictature militaire a été rétablie. Sur le plan économique, cependant, des changements majeurs sont intervenus : le pays s’est ouvert aux capitalistes étrangers qui se sont montrés intéressés par les vastes ressources naturelles du pays. Les entreprises thaïlandaises ont pu prospérer dans les grandes forêts de teck. Plus tard, des entreprises du Japon, de Singapour, de Chine, etc. ont suivi. La compagnie pétrolière a été vendue à plusieurs sociétés, dont la française Total, l’américaine Chevron et la thaïlandaise PTT. Les chefs de l’armée eux-mêmes ont veillé à ce que leur position économique soit préservée lors des privatisations.

La nouvelle politique économique n’a pas donné les résultats escomptés. Le manque d’infrastructures, la corruption et l’impossibilité de prendre pied sur le marché mondial capitaliste, déjà dominé par les puissances impérialistes, ont joué un rôle. Cela a conduit à des tensions au sommet, complétées par de nouvelles protestations de la base. En 2007, des actions ont été menées contre la hausse des prix de l’énergie. Elles se sont transformées en manifestations nationales menées par des moines bouddhistes. Ces manifestations ont également été réprimées et au moins 31 personnes ont été tuées.

Élections en 2010-12 et ouverture des relations internationales

Comme en 1988, la réponse au mouvement de 2007 a été la promesse d’élections. Une fois encore, ces élections n’ont eu lieu que quelques années plus tard. Après 1988, il a fallu attendre 1990 pour que des élections soient organisées. Le mouvement de 2007 a été suivi par les élections de 2010. Celles-ci étaient entièrement contrôlées par l’armée et donc boycottées par la LND. Lors des élections partielles pour 45 sièges (sur 664) en 2012, la LND a bien participé pour la première fois depuis 1990 et a gagné 41 élus. Le Parti de la solidarité et du développement de l’Union (USDP) de Thein Sein était le parti de l’armée.

Après des années d’assignation à résidence, Aung San Suu Kyi est entrée au Parlement et a convenu avec les militaires de former un gouvernement conjoint. Avec la LND comme partenaire mineur, cet accord était encore acceptable pour l’armée. Aung San Suu Kyi a ouvert des portes internationales qui étaient restées fermées auparavant et, de plus, la participation de la LND au pouvoir a été une arme puissante pour mettre fin aux protestations internes dans le pays. La plus grande faiblesse de la LND était une fois de plus l’absence d’alternative : le parti avait une politique néolibérale visant à favoriser les profits des grandes entreprises, y compris les sociétés dirigées par les militaires et leurs marionnettes. De plus, il soutenait la répression contre les minorités et la LND portait de plus en plus un discours nationaliste.

Lors des élections de 2015, la LND a obtenu la majorité au parlement, malgré le fait qu’un quart des sièges ait été pris d’office par les militaires. La LND a formé un gouvernement sans l’USPD de Thein Sein, mais a continué à coopérer avec les militaires. Les élections de 2020 ont confirmé la position de la LND, qui a légèrement progressé en termes de sièges. Cette victoire a montré la grande opposition de la population à l’armée.