Actions paneuropéennes de collectifs de migrants grecs contre la répression

Plus de 60 personnes, venant de plus de 16 villes européennes, se sont réunies en ligne, mobilisées par la vague croissante de violence et de répression policière qui se développe en Grèce ces derniers mois.

Depuis quelques semaines, des actions contre les violences policières ont déjà été organisées dans plusieurs villes européennes par les Grecs qui y vivent. À Édimbourg, au moins trois rassemblements ont été organisés pour informer et sensibiliser la population locale à la question, et des slogans et des images ont été projetés dans un endroit central de la ville. Des actions ont également eu lieu à Copenhague et à Göteborg, tandis que des collectifs grecs sont intervenus dans des mobilisations locales contre la répression à Paris, Berlin et Barcelone, mettant en lumière ce qui se passe en Grèce.

Suite à ces actions sporadiques et autonomes, des collectifs grecs de différents pays se sont rencontrés en ligne afin de se coordonner de manière plus organisée. Un groupe Facebook a été créé, et compte déjà plus de 1500 membres. Dans ce groupe une lettre de protestation a d’abord circulé et il y a un échange d’informations.

Des collectifs et des individus participent à ce groupe. Certains de ces collectifs existaient déjà pendant les années des mémorandums, tandis que d’autres ont été établis récemment. En effet, pendant les années de la crise profonde en Grèce, dans de nombreuses villes, comme Londres, Amsterdam, Paris, Lyon, Bruxelles, Barcelone, Berlin, Florence, etc., des collectifs de solidarité avec le mouvement grec avaient été créés, et conduisaient un travail d’information et des actions de protestation, en essayant également de servir de lien entre les mouvements de leurs pays et ceux de la Grèce. Les points culminants ont été les grandes mobilisations de 2011-12, mais aussi la période du référendum en 2015. On trouve dans ces collectifs des personnes qui vivaient à l’étranger avant la crise, mais des centaines d’émigrés grecs les ont rejoint pendant les années de crise.

Dans les années qui ont suivi le référendum et la capitulation de SYRIZA, ces mouvements se sont estompés, suivant le déclin des mobilisations en Grèce, mais ces dernières années, à l’occasion d’événements tels que le meurtre de Zac Kostopoulos ou le procès d’Aube dorée, ces collectifs se sont réactivés.

C’est ainsi que le groupe Facebook a été créé et que, grâce à lui, l’assemblée en ligne a été convoquée, avec la participation de plus de 60 personnes provenant de plus de 16 villes (même de Sydney, en Australie !). Dans cette assemblée, la colère face à l’extrême violence policière et à la répression en Grèce était évidente, mais aussi accompagnée d’une humeur combative significative. Tous les participants s’opposent au fait que des sommes considérables sont dépensées pour l’équipement de la police et de l’armée, alors que les dépenses pour la santé sont réduites, mais ont aussi exprimé une forte colère face à l’inertie des médias, à la désinformation et au climat de censure, ainsi qu’aux politiques et lois destructrices pour l’environnement qui sont mises en œuvre.

Ainsi, les Grecs de Londres, Edimbourg, Birmingham, Dublin, Amsterdam, Utrecht, Bruxelles, Paris, Berlin, Munich, Göteborg, Stockholm, Copenhague, Bologne et Barcelone, nous avons convenu un appel commun pour un weekend d’action à l’échelle européenne contre la violence policière et la répression en Grèce les 17 et 18 avril.

La coordination va se poursuivre et nous avons l’intention de donner suite à d’autres actions, visant à la fois à résister à la répression et à l’autoritarisme, à exiger des droits démocratiques et un financement substantiel pour la santé, à dénoncer la censure et à exprimer notre opposition aux nouvelles lois destructrices sur les conditions de travail, l’éducation, l’environnement et la culture. En même temps, nous essayerons de faire en sorte que cette coordination paneuropéenne contribue à la rencontre et à la coopération des mouvements des différents pays où nous vivons avec ceux de la Grèce.

A Bruxelles, une action est appelée le 17 avril à 14h au rond-point Schuman, en respectant bien sûr les mesures sanitaires. La Campagne Solidarity appelle à participer à cette action.

Copenhague

 

Birmingham

Edinbourgh

Barcelone

Berlin

Göteborg

Mots clés , , , .