République démocratique du Congo. Ebola : une autre maladie évitable

Le virus Ebola fait partie de ces maladies qui surviennent rarement en dehors du tiers monde. Pour l’industrie pharmaceutique, ce n’est pas un marché particulièrement lucratif, d’où la faible priorité accordée à la recherche commerciale dans ce domaine.

L’épidémie de virus Ebola qui s’est déclarée début février dans le Nord-Kivu, la province orientale de la République démocratique du Congo (RDC), est la troisième en quatre ans. Elle a éclaté six mois seulement après que la précédente ait été contenue. Entre 2018 et février 2020, une nouvelle épidémie de virus Ebola a causé 2 299 décès, ce qui en fait la deuxième plus meurtrière au monde après celle de 2014/2015, qui a tué environ 11.000 personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Cette crise, et le virus Ebola en général, montrent clairement comment le capitalisme transforme les maladies en catastrophes mortelles. Le capitalisme crée la base de la propagation de ces maladies tout d’abord, en créant une pauvreté massive et en privant des milliards de personnes – en particulier dans le monde néocolonial – des équipements de base pour mener une vie décente.

La preuve en est que l’année dernière, des milliers de personnes sont mortes à cause du virus Ebola, bien qu’il ne soit transmis que par contact avec des fluides corporels (sang, sperme, excréments, etc.). Cela pourrait être facilement évité, dans la plupart des cas, si tout le monde avait accès à des installations sanitaires et à un système de santé décent, ainsi qu’à des contraceptifs. C’est tout à fait possible, compte tenu de l’énorme richesse accumulée par une poignée de personnes ainsi que de l’état global des forces productives. Mais la réalité est que seulement 29% de la population de la RDC a accès à des installations sanitaires, alors que 33 millions de personnes dans les zones rurales n’ont pas accès à une eau de qualité.

Le fait que le capitalisme transforme tout en une marchandise utilisée pour générer un profit privé s’applique également au traitement des maladies et à la production de médicaments. Plutôt que d’inventer et de produire des médicaments ou des vaccins en fonction des besoins de la population, l’industrie pharmaceutique ne produit des produits que tant qu’il y a des clients ; ils peuvent aussi être vendus. Cela laisse de côté les masses pauvres de la RDC, de l’Afrique et du monde néocolonial.

Alors que la recherche de profits a conduit à une accélération massive, financée par des fonds publics, de la recherche sur le COVID 19 par l’industrie pharmaceutique, aucun médicament ou vaccin contre Ebola n’a été développé en plus de quatre décennies – malgré un taux de mortalité de 25-90%. Ce n’est qu’en 2014, lorsque la plus grande épidémie a provoqué des cas dans le monde occidental et une augmentation des stocks des grandes entreprises pharmaceutiques, que des mesures ont été prises.

Les médias capitalistes pourraient prétendre que cela est dû au fait que le virus Ebola n’a causé que 3 000 décès et qu’il s’agit d’une maladie rare. Cependant, cela ne fait que prouver que la nature du capitalisme, axée sur le profit, provoque des décès inutiles. En 2014, même le principal virologue de l’Institut de microbiologie de l’armée allemande (Institut für Mikrobiologie der Bundeswehr), Roman Wölfl, a dû concéder : « Le virus Ebola fait partie de ces maladies qui se produisent rarement en dehors du tiers monde. Pour l’industrie pharmaceutique, ce marché n’est pas particulièrement lucratif, d’où la faible priorité accordée à la recherche commerciale dans ce domaine ». Cela ressort également des recherches publiées dans l’une des revues de médecine générale les plus connues au monde, The Lancet, qui montrent qu’entre 2000 et 2011, sur 850 produits pharmaceutiques admis, seuls 37 (4%) traitent de maladies qualifiées de « maladies tropicales négligées » par l’OMS. Cela montre une fois de plus le mépris total de la vie qu’encourage ce système pourri.

L’immense richesse de l’élite capitaliste actuelle pourrait être utilisée immédiatement pour financer la recherche ainsi qu’un système de santé de pointe aux quatre coins de la planète. Une société socialiste utiliserait une industrie pharmaceutique publique et démocratique pour développer et fournir rapidement des vaccins et des médicaments contre toute maladie nocive sur cette planète. Cela sera possible grâce aux vastes ressources qui deviendraient disponibles du fait de l’abolition de la concurrence entre les différentes entreprises et de l’élimination des biens inutiles tels que les armes chimiques.

Cela signifierait que le monde néocolonial actuel serait doté d’une technologie moderne et d’une infrastructure permettant de prévenir et de guérir les maladies. En outre, la production serait conduite de manière à prévenir les épidémies et les maladies, ce qui permettrait une augmentation du niveau de vie ainsi qu’une compatibilité écologique. Tout cela est impossible sous le capitalisme.

Ebola est une raison supplémentaire de se battre pour un monde meilleur – un monde socialiste.

Tagged , .