Jean Swanson élue au conseil municipal de Vancouver

Une victoire pour la « ville dont nous avons besoin »

L’élection de Jean Swanson au conseil municipal de Vancouver est un pas en avant vers une «révolution politique» dans la ville de Vancouver, en Colombie-Britannique. La nouvelle de cette victoire historique fait déjà des vagues au Canada et ailleurs. Swanson est arrivée en quatrième position avec 48 955 votes. C’est une victoire pour le mouvement la « ville dont nous avons besoin » (City We Need) et pour un gel des loyers. Jean s’est engagée à utiliser son mandat politique comme un outil permettant aux mouvements sociaux et environnementaux de participer réellement au processus décisionnel à la mairie.

Elle a parlé de changer le cadre dominant des 40 dernières années d’austérité : « Nous devons rendre légitime le fait de demander ce dont nous avons besoin, et nous ne pouvons pas faire de compromis à l’avance. Demander ce dont nous avons besoin consiste en partie à modifier le cadre afin que ce dont nous avons besoin devienne une possibilité, puis un impératif politique. »

Bien que n’ayant pas l’appui des milliardaires, Jean, sous la bannière de la COPE (Coalition of Progressive Electors), a mené une campagne axée sur les besoins des travailleurs·euses à Vancouver: un gel des loyers, un impôt sur les manoirs pour construire des appartements pour loger les sans-abri et pour la construction de maisons à logements. Comme Jean l’a dit lors du rassemblement: « S’il y a 2181 personnes sans maisons, nous construirons 2181 maisons. »

Le COPE a également fait campagne pour un « laissez-passer pour la classe ouvrière », qui fournirait le transport en commun gratuit aux enfants et aux personnes à faible revenu et un laissez-passer mensuel de 41 dollars pour ceux et celles dont le revenu est inférieur à 50 000 dollars. Parmi les autres politiques, citons l’interdiction des propriétaires d’augmenter les loyers, l’amélioration des conditions de location, le gel des loyers des petites entreprises de quartier, des frais de garde de 10 dollars par jour et bien plus encore. Les politiques et approches de COPE sont basées sur les besoins de la classe ouvrière – une rareté dans la politique actuelle.

En plus des meilleures politiques, la campagne de COPE était la plus visible et la plus enthousiaste. La campagne dans les rues comprenait des tables régulières à travers la ville, des œuvres d’art audacieuses et plusieurs rassemblements et conférences de presse imaginatifs. Le vote du COPE a fortement augmenté depuis 2014 dans les courses au Conseil, aux écoles et aux parcs.

Le paysage changeant de Vancouver

L’élément dominant des élections de cette année a été l’effondrement de Vision Vancouver, le parti au pouvoir depuis une décennie. Vision s’est séparé de COPE en 2005 en tant que parti de centre gauche avec une attitude complaisante envers les développeurs et les casinos. Il a promis de mettre fin à l’itinérance dans quatre ans. Sa méthode pour attaquer les problèmes de logement consistait à s’acoquiner avec les promoteurs·trices et à s’attendre à ce que le marché soit efficace. Au lieu de cela, dix ans plus tard, l’itinérance est pire et le logement est inabordable pour tou·te·s sauf les très riches. Après ces trahisons, Vision Vancouver a été détesté dans toute la ville, en particulier chez l’électorat de la classe ouvrière.

Le rôle de l’alternative socialiste

Socialist Alternative (SA) est fier du travail accompli pour faire élire Swanson. SA s’est engagé à l’élection partielle de l’année dernière. Nous étions le fondement de la campagne à Grandview Woodland (GW), un quartier ouvrier de la ville. Ce quartier représente 5 % de la population de Vancouver, mais a fourni 14 % des suffrages à Swanson avec le meilleur résultat obtenu par un bureau de vote.

SA a continué de faire partie intégrante de la campagne de Swanson, contribuant à la transition de l’équipe Jean à l’adhésion à COPE et au lancement de la ville dont nous avons besoin. Nous avons maintenu l’activité dans GW en organisant régulièrement des tables pendant l’année 2018, recueillant plus de 3000 signatures sur la pétition demandant le gel des loyers. La campagne électorale a débuté le 4 septembre. En six semaines, nous avons frappé à la porte de 131 immeubles d’appartements et avons parlé à plus de 1200 personnes. Le soutien pour COPE était solide à 63%.

Une semaine avant les élections, la conseillère municipale de Seattle, Kshama Sawant, a pris la parole lors d’un rassemblement enthousiaste du COPE qui a permis de recueillir 8500 dollars. Dans la matinée, Sawant et les trois candidat·e·s au conseil ont rencontré le rédacteur en chef de Georgia Straight, de Vancouver, pour un entretien prolongé.

Regarder vers l’avant

La politique de Vancouver a été transformée. Pendant des années, le paysage a été dominé par le NPA soutenu par les développeurs·euses et une sorte de parti de gauche. Maintenant, les développeurs·euses, après leur liaison avec Vision, vont revenir à la NPA. Il est possible que, si les divers partis populistes de droite se réunissent, ils puissent gagner une base. Vision n’est plus. Les Verts sont maintenant bien implantés dans la ville. OneCity peut être le principal véhicule de la direction syndicale, un parti de centre gauche. COPE peut devenir le parti de la lutte, des mouvements et faire appel aux militant·e·s syndicaux·ales.

L’élection de quatre candidat·e·s au COPE, en particulier de Swanson au conseil municipal, constitue la base de la prochaine étape de la révolution politique de Vancouver. Les représentant·e·s élu·e·s aideront à la création de mouvements hors de la chambre élue, ce qui leur donnera un pouvoir accru au sein de la chambre.

Jean aura besoin d’un mouvement fort et déterminé pour contrer les pressions des politicien·ne·s élu·e·s et des intérêts commerciaux qu’ils et elles représentent. L’expérience de Kshama Sawant à Seattle a été une inspiration pour la campagne du COPE et pour Jean personnellement. Kshama a bénéficié de l’expérience et de la discipline de Socialist Alternative aux États-Unis. Bien que Jean ne bénéficie pas du même soutien dans la structure plus souple du COPE, nous espérons que Socialist Alternative et d’autres membres de COPE fourniront le soutien nécessaire.

Des politiques socialistes audacieuses pour arrêter la droite

Ce résultat électoral, bien qu’ignoré par les médias grand public, rejoindra et inspirera des activistes au Canada à l’étranger. Sans la campagne de Swanson l’an dernier et celle du COPE cette année, il est probable que Vancouver aurait un conseil de droite. Cependant, parmi les activistes, l’exemple de COPE à Vancouver aux côtés de Québec Solidaire montre que des politiques audacieuses et des campagnes enthousiastes constituent le meilleur moyen de construire le mouvement et de réaliser de réels gains pour la classe ouvrière.

Bill Hopwood et Leslie Kemp, SA Canada

Tagged , , , , , , .