Journée de lutte contre les violences envers les femmes : Appel urgent à la solidarité contre la répression à Moscou

Des activistes ont été arrêtés pour avoir protesté à Moscou contre la violence à l’égard des femmes. Ils sont maintenant détenus dans des conditions horribles et soumis à la violence policière à Moscou.

Les six personnes arrêtées ont d’abord été détenues pendant deux jours dans des cellules de police avant d’être traduites en justice. La cellule dans laquelle elles étaient détenues était glaciale, elle avait une fenêtre cassée avec des températures extérieures sous zéro. On leur a donné deux couvertures pour cinq personnes et on leur a refusé toute nourriture. La cellule était constamment très éclairée et la police a refusé d’éteindre les lumières.

À l’arrivée au tribunal, l’une d’elles a été condamnée à 48 heures de détention et libérée, deux à trois jours, deux à quatre et Syrga Chidaryan à cinq jours de détention. Depuis le jugement rendu vendredi soir, elles ont été détenues dans un fourgon de police glacé pendant plus de dix heures pendant la nuit, elles se sont vu refuser des vêtements supplémentaires et de la nourriture chaude. Malgré les températures glaciales à l’extérieur, elles ne sont autorisées à aller aux toilettes que dans la rue sous surveillance policière. Lorsque Syrga a exigé qu’elles soient logées dans un établissement approprié, elle a été traînée sur le sol. D’autres militantes se sont vu confisquer leur téléphone et n’ont pas été autorisées à voir leur avocat.

Des sympathisants se sont rendus au tribunal et ont fait un piquet au poste de police, ils ont apporté de la nourriture chaude et des vêtements mais rien n’indique que cela ait été réellement donné aux prisonnières.

Nous vous invitons à contacter l’ambassade de Russie à Bruxelles : amrusbel@skynet.be et l’ambassadeur Alexander Tokovinin ou à envoyer le message suivant sur la page Facebook de l’ambassade : https://www.facebook.com/amrusbel (traduction ci-dessous) :

Stop police violence against arrested women in Moscow immediately:

On 25th November, the “International Day against violence against women” six people participating in a “single person picket” aimed at bring attention to the issue were arrested and charged under article 19 part 3 of the KoAP.

The six are Syrga Chidaran, Kseniya Bezdenezhnykh, Aleksandra Rogacheva, Marta Khromova, Elizaveta Drepeleva and Vitalii Kudrin.

They were detained in deplorable conditions for 48 hours at the OVD Zamoskvorechye station until their court hearing, during which the cell in which they were kept was freezing cold, it had a broken window with outside temperatures below freezing. They were given two blankets for five people and refused food. The cell was brightly lit and police refused to switch the lights off.

In court, they were sentenced to between 2 and five days in detention. Vitaly Kurgin (2 days) was released. The remaining five were detained in a police ‘gazelle’ van in conditions which can only be described as torturous.

Since their case which finished on Friday evening they have been held in a freezing police van, refused extra clothing and hot food. Despite freezing conditions outside they are only allowed to go to the toilet in the street under police supervision.

When Syrga demanded that they be registered and accommodated in a proper facility, she was dragged around on the ground. Other activists have had their phones confiscated and they have not been allowed access to their lawyer.

Supporters have been at the court and outside the police station, they have been bringing hot food and clothing but there is no indication they are being passed on.

We demand:

The immediate release of all those detained with the dropping of all charges;

A public investigation into why those arrested were detained in such torturous conditions;

Charges of assault to be lodged against those police officers responsible for using violence against those detained and their dismissal from the police force.

Le 25 novembre, “Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes”, six personnes participant à un “piquet individuel” visant à attirer l’attention sur ce problème ont été arrêtées et inculpées en vertu de l’article 19, partie 3, du KoAP.

Ces six personnes sont Syrga Chidaran, Kseniya Bezdenezhnykh, Aleksandra Rogacheva, Marta Khromova, Elizaveta Drepeleva et Vitalii Kudrin.

Elles ont été détenues dans des conditions déplorables pendant 48 heures au poste de l’OVD de Zamoskvorechye jusqu’à leur audience au tribunal, au cours de laquelle :

La cellule dans laquelle elles étaient détenues était glaciale, avec une fenêtre cassée et températures extérieures inférieures au point de congélation. On leur a donné deux couvertures pour cinq personnes et on leur a refusé toute nourriture. La cellule était très éclairée et la police a refusé d’éteindre les lumières.

Au tribunal, elles ont été condamnées à une peine de deux à cinq jours de détention. Vitaly Kurgin (2 jours) a été libéré. Les cinq autres personnes ont été détenues dans un fourgon de police “gazelle” dans des conditions qui ne peuvent être qualifiées que de torture.

Depuis leur jugement vendredi soir, elles sont détenus dans un fourgon de police glacé, se sont vu refuser des vêtements supplémentaires et de la nourriture chaude. Malgré les conditions de gel à l’extérieur, elles ne sont autorisées à aller aux toilettes que dans la rue et sous la surveillance de la police.

Lorsque Syrga a exigé qu’elles soient logées dans un établissement approprié, elle a été traînée sur le sol. D’autres militants ont vu leurs téléphones confisqués et n’ont pas été autorisés à voir leur avocat.

Des sympathisants se sont rendus au tribunal et devant le poste de police, ils ont apporté de la nourriture chaude et des vêtements mais rien n’indique qu’ils aient été transmis”.

Nous exigeons :

  • La libération immédiate de toutes les personnes détenues avec l’abandon de toutes les charges ;
  • Une enquête publique sur les raisons pour lesquelles les personnes arrêtées ont été détenues dans des conditions aussi horribles ;
  • L’inculpation des officiers de police responsables de l’usage de la violence contre les personnes détenues et leur renvoi des forces de police.
  • Les adresses électroniques de l’ambassade dans votre pays sont disponibles à l’adresse suivante

Le ministère russe des affaires étrangères peut être contacté à l’adresse suivante : ministry@mid.ru
Le Bureau des droits de l’homme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à l’adresse office@odihr.pl
Le représentant permanent de la Russie auprès de l’OSCE à l’adresse suivante : rfosce@yandex.ru
Les messages de solidarité et les photographies peuvent être envoyés à l’adresse suivante : robertjones.isa@gmail.com

Mots clés , , , , , , , .