Tunisie : les vampires capitalistes poussent les travailleurs à la mort

Des avis divergents sont récemment apparus concernant la levée du confinement général ou l’approbation de sa prolongation pour deux semaines supplémentaires en Tunisie. Ces réponses s’inscrivent dans le cadre d’une politique soutenue par les propriétaires des grandes institutions capitalistes qui demandent la levée de l’immobilisation et le retour des travailleurs au travail, tout en maintenant les formes minimales de distanciation sociale pendant les heures de travail.

Chacun est pleinement conscient de l’échec sur le terrain de mesures telles que le port de masques de protection et l’utilisation d’outils de stérilisation pour protéger les travailleurs et leurs familles contre le risque de transmission de l’infection. Étant donné le manque d’installations sanitaires et logistiques, ainsi que la détérioration de longue date du système de santé publique et du réseau de transport public qui assure la circulation des travailleurs sur leur lieu de travail, c’est une recette pour une catastrophe.

La situation dans ces deux secteurs résulte de politiques économiques et de choix de développement appliqués par les gouvernements successifs pendant des décennies. Ces politiques ont complètement sapé la majorité des droits de la population à la dignité et à une vie saine.

Les appels à la reprise du travail s’accompagnent d’une campagne systématique menée par certaines sections des médias privés, qui a clairement frôlé l’utilisation de menaces directes, comme le fait de ne pas assurer les salaires des travailleurs s’ils refusent de reprendre le travail. Tout cela se fait sous le prétexte de « sauver l’économie de l’effondrement » et du « retour de la production ».

C’est une erreur majeure qui trompe l’opinion publique, mais c’est aussi un chantage utilisé pour échapper au coût de la crise et le décharger sur la classe ouvrière. Cette manœuvre révèle comment l’avidité et les tentatives de maximisation des profits de la classe dirigeante priment sur la mise en danger des gens ordinaires, qui se retrouvent directement exposés à un virus qui menace leur sécurité et celle de leurs familles.

D’autre part, les conditions de vie sont devenues étouffantes et même menaçantes pour de larges catégories de la population tunisienne, qui ne peuvent plus tolérer un enfermement prolongé, étant donné que les mesures d’aide sociale et financière approuvées par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour maintenir les conditions minimales de vie quotidienne.

Les décrets et les mesures approuvés par le gouvernement ne diffèrent pas, en substance, de l’approche néo-libérale. Ils reviennent à poursuivre des politiques économiques fondamentalement hostiles aux intérêts des travailleurs et des masses populaires. L’ « union sacrée » établie entre les patrons et la direction de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) pour approuver ces mesures est déjà en train de se fissurer, alors que la classe ouvrière et les familles pauvres souffrent du confinement et de ce qui s’avère déjà être la pire récession économique depuis l’indépendance du pays en 1956.

L’une de ces mesures est l’allocation de 2.500 millions de dinars pour lutter contre le coronavirus au niveau économique et social. 62% de cet argent, soit environ 1.550 millions de dinars, vont au secteur privé, et seulement 150 millions de dinars vont à l’aide aux familles démunies. En réalité, ce dernier montant est le même que celui alloué précédemment dans le budget 2020 pour environ 205.000 familles.

En outre, environ 180 millions de dinars ont été déduits des salaires des travailleurs des secteurs public et privé. On dit que cette déduction est nécessaire pour couvrir le déficit de l’État ; or la baisse du prix du pétrole d’un dollar est censée libérer environ 10 millions de dinars de revenus supplémentaires pour le budget de l’État. La baisse du prix du pétrole a maintenant atteint environ 26 dollars. Au lieu que l’État garantisse les besoins des familles pauvres, ce sont les travailleurs qui sont privés de leurs revenus déjà maigres, tandis que les propriétaires de capitaux sont protégés et récompensés par un important renflouement.

Pendant ce temps, ces mêmes capitalistes, par la voix de leur organisation, la Confédération tunisienne de l’industrie (UTICA), font pression pour un démantèlement du code du travail, sous prétexte que les heures de travail perdues pendant la période de confinement devront être « compensées » en introduisant plus de flexibilité dans la législation du travail en matière de congés payés, d’heures supplémentaires, etc.

Le gouvernement tunisien a également obtenu un prêt d’urgence de 743 millions de dollars du Fonds monétaire international (FMI). En échange, il s’est engagé à poursuivre les « réformes » – telles que la réduction des salaires dans le secteur public et des subventions publiques à l’énergie. C’est ce que le ministre des finances a à l’esprit lorsqu’il déclare qu’en tant que gouvernement, ils vont prendre des « mesures douloureuses » ; bien sûr, cela ne signifie que douloureux pour les travailleurs et le peuple.

La décision de lever ou non le confinement ne doit pas être laissée entre les mains du gouvernement actuel ni des groupes d’entreprises qui guident ses choix. Il doit s’agir d’un choix démocratique fait par les travailleurs eux-mêmes, informés par des avis médicaux et scientifiques indépendants, sans aucune pression politique ni aucun diktat extérieur.

La levée progressive du confinement ne peut être entamée qu’après avoir évalué avec certitude que l’épidémie de l’infection à Covid-19 a été maîtrisée et que des mesures proactives ont été prises pour assurer une protection totale à tous, sans exception.

Les salaires des ouvriers et des employés de tous les secteurs devraient être garantis, et aucune des mesures actuelles prises dans le cadre du confinement ne devrait être utilisée pour réduire les salaires des travailleurs ou pour exclure définitivement des travailleurs de leur emploi. Les aides financières allouées aux travailleurs nécessiteux et occasionnels devraient être octroyées dans l’industrie et l’agriculture. Des allocations spéciales devraient être accordées à tous les chômeurs.

Des comités de coordination locaux devraient être constitués sous contrôle démocratique pour distribuer les subventions financières et l’aide sociale dans les communautés. Les contrôles sanitaires et commerciaux devraient être renforcés pour les réseaux de distribution, les magasins et les marchés. Les prix des produits de base doivent être plafonnés et les activités spéculatives des monopoles doivent cesser. Ceci est particulièrement important à l’approche du mois de Ramadan.

En cette période exceptionnelle de croissance de la propagation de l’épidémie, nous renouvelons notre appel pour que les hôpitaux, sanatoriums et autres établissements médicaux privés deviennent propriété publique et soient placés sous le contrôle de représentants des travailleurs de la santé publique.

Le nombre total de tests effectués a été bien inférieur à ce qui est requis. À peine plus de 3 000 tests ont été effectués entre la première détection, le 2 mars, et la fin du mois. Le peuple tunisien ne peut attendre, il est donc urgent d’intensifier les tests quotidiens de masse, afin de compter, de tracer et de contenir le nombre de personnes potentiellement infectées.

L’intensification des campagnes de sensibilisation sur l’importance du respect du confinement est un facteur important pour surmonter cette crise épidémique – mais elle doit s’accompagner de garanties réelles et de procédures claires pour assurer les moyens de subsistance quotidiens de tous les citoyens.

Le recours aux campagnes de dons n’est pas une solution pour faire face à une crise qui s’aggrave à tous les niveaux, mais juste un autre moyen de faire payer aux travailleurs et aux pauvres le manque d’investissement dans nos infrastructures de santé qui dure depuis des décennies. Nous renouvelons donc notre appel en faveur d’une augmentation des impôts pour les grandes entreprises et les particuliers riches, afin d’investir dans la construction d’un système de santé publique intégré qui réponde aux besoins de toutes les personnes en matière de soins et de traitement, dans de bonnes conditions. Les grandes entreprises qui refusent d’accepter de tels prélèvements ou qui recourent au chantage à l’emploi ou à l’investissement devraient être nationalisées sous le contrôle des travailleurs.

Toute la dette extérieure devrait être annulée et il faudrait mettre fin à toutes les mesures d’austérité imposées par le FMI. Nous demandons l’imposition d’un contrôle étatique sur les flux de capitaux pour stopper la fuite des capitaux, et la nationalisation de toutes les banques privées.

Les appels lancés par les économistes traditionnels et les propriétaires de capitaux pour lever le confinement et reprendre le travail ne sont pas seulement une caractéristique de cupidité isolée ici et là ; ils représentent plutôt une caractéristique inhérente au système du capitalisme, qui expose la vie de peuples entiers à des dangers permanents sans aucun égard pour la vie humaine.

L’objectif du système est d’accumuler des profits pour une minorité de vampires humains aux dépens de milliards de travailleurs, de pauvres et de marginaux. Dans la poursuite de cet objectif, il a transformé la vie humaine en une marchandise, répandant dans son sillage la faim, la misère, les guerres et les crises. Les aspirations des peuples à un monde fondé sur la liberté, la justice sociale et la véritable dignité humaine ne peuvent se réaliser dans ce système capitaliste. La voie alternative pour l’émancipation de l’humanité est la lutte internationale pour une société socialiste

Aymen Baccouche, Tayaar al’Amael al’Qaaedi (ISA en Tunisie)