Le Labour de Corbyn peut battre les Tories avec une plateforme socialiste

Owen Jones (chroniqueur politique et assistant chercheur au parlement pour le Labour Party) était l’un de ceux à gauche qui tiraient des conclusions pessimistes sur la chance de Corbyn. Seulement six semaines avant que May ait annoncé son intention de déclencher des élections, Jones a dit « un accord devrait être conclu où il peut se retirer ».

Contrairement aux amis de Jeremy, le Socialist Party était persuadé que le Labour Party pourrait pousser les Tories à la défaite – ou, encore mieux, se hisser au pouvoir – à condition que Corbyn se batte pour le programme radical sur lequel sa campagne était basée en 2015. « Si Corbyn se bat sur un programme socialiste clair », écrivait le SP le jour de l’élection, y compris « pour un Brexit dans l’intérêt de la classe ouvrière et de la classe moyenne, il pourrait gagner les élections générales ».

Comme nous l’avions prévu, après le lancement du manifeste du Labour – et en particulier l’annonce de politiques telles que l’abolition des frais de scolarité, un salaire minimum de 10 livres l’heure et la renationalisation des chemins de fer et des services publics – l’élection fut transformée.

Crise

Le résultat des élections a transformé la situation politique, plongeant les Tories dans une crise – ou plutôt exposant leurs énormes divisions, en particulier sur le Brexit. Cela aurait dû être, et pourrait encore être, le fondement du Labour pour avancer dans les sondages. Mais voir la tâche comme une simple attente de la prochaine élection prévue en 2022 est une erreur. Cela risque de démobiliser ceux qui, comme les jeunes, ont non seulement voté pour Corbyn, mais, dans de nombreux cas, se sont eux aussi mobilisé·e·s pour faire entrer les votes.

La nécessité d’un programme radical de politiques socialistes doit être liée à la nécessité de mobiliser tous ceux et celles qui s’opposent aux Tories et à leur offensive d’austérité, y compris la lutte pour l’éducation gratuite. Il devrait également inclure la résistance aux attaques du gouvernement et des employeur·euses·s contre l’actuel niveau de vie, qui ont atteint des proportions historiques. Jeremy Corbyn et John McDonnell devraient demander une réunion du conseil général du Congrès des syndicats (TUC) pour discuter de la façon dont ils peuvent soutenir une action de grève coordonnée contre la limite salariale du secteur public des Tories.

Il est bien que le TUC ait organisé une manifestation nationale. Mais elle devrait être plus tôt que la date prévue du 12 mai 2018, de sorte qu’elle puisse devenir un outil d’organisation clé d’une lutte syndicale collective pour défendre les salaires. Cela pourrait concerner des travailleur·euse·s extérieur·e·s au secteur public, dont certain·e·s ont été impliqué·e·s dans la vague de grèves cette année. En fait, l’un des dangers des résultats électoraux meilleurs que prévu pour le parti travailliste est qu’il a permis à certains dirigeants syndicaux de justifier leur passivité. Ils espéraient que le budget de Hammond mettrait fin à la modération salariale et qu’il serait maintenant prêt à attendre que les Tories implosent.

Mais ce n’est pas certain. L’establishment voit qu’un gouvernement travailliste dirigé par Corbyn ne serait pas un outil fiable pour eux, car il risque de relever les attentes de la classe ouvrière et des grandes sections de la classe moyenne. Ce point de vue sera renforcé par les commentaires de Jeremy Corbyn sur les banques « comme Morgan Stanley (qui) disent que nous sommes une menace. Ils ont raison… Ce sont les mêmes spéculateurs et les mêmes joueurs qui ont fait chuter notre économie en 2008 et ensuite nous avons dû les renflouer, leur avidité a plongé le monde dans la crise et nous en payons toujours le prix ». C’était en réponse à Graham Secker, stratège en chef des actions européennes de Morgan Stanley, qui a écrit aux clients le mois dernier: « Nous pourrions voir le plus grand bouleversement dans la toile de fond politique depuis les années 70. C’est beaucoup plus effrayant que le Brexit ». Cela donne un aperçu de la façon dont les financiers essaieraient de saboter un gouvernement dirigé par Jeremy Corbyn. La solution est de leur retirer le pouvoir en nationalisant les grandes banques et sociétés sous contrôle et gestion démocratiques des travailleur·euse·s.

Owen Jones cible des sections de la classe ouvrière qui n’ont pas encore été convaincues par Corbyn. Cela inclut de nombreux·euses retraité·e·s, parmi lesquel·le·s les Tories ont remporté la majorité en juin. Mais des politiques socialistes audacieuses pour mettre fin aux crises dans le NHS (système de santé public) et à la protection sociale, ainsi que l’augmentation des pensions de vieillesse, peuvent aider à gagner cette section. Cette approche radicale a changé les élections de juin, et c’était une course que Corbyn ne s’attendait même pas qu’elle soit un défi. Il doit résister à toute pression pour modérer son manifeste pour le prochain défi où le travail peut être favori pour gagner. Mais pour gagner les personnes âgées et d’autres sections non convaincues de la classe ouvrière, il est vital que Corbyn et McDonnell n’envoient pas de messages contradictoires.

Il est également crucial que Corbyn se batte pour un Brexit des travailleur·e·s, et ne devienne pas associé à aucune perception selon laquelle il ferait partie de la régression menée par l’establishment. C’est Corbyn, et non Farage, qui devrait mener l’accusation contre le «projet de loi de divorce» du Brexit. L’offre de 50 milliards de dollars de May a exposé sa position électorale en tant que «négociateur difficile» – et les deux tendances des Tories ne négocient que dans l’intérêt des grandes entreprises et de la classe capitaliste. Ce projet de loi repose sur des responsabilités, non pas convenues par des travailleur·euse·s, des jeunes ou des retraité·e·s – mais par une succession de premiers ministres Tories néolibéraux et pro-marché de Thatcher à Blair et Cameron. Jeremy Corbyn devrait utiliser son autorité anti-austérité internationale pour faire appel aux organisations ouvrières et socialistes et les dirigeants du parti travailliste devraient exiger qu’au lieu de dépenser 50 milliards de livres sterling dans l’UE, on les dépense pour abolir les frais de scolarité.

Démocratie

Corbyn devrait faire campagne pour la réélection obligatoire des député·e·s, rétablir les droits des syndicats et ouvrir le parti travailliste en tant que parti fédératif pour tou·te·s les socialistes et militant·e·s anti-austérité. La timidité n’est pas la réponse.

  • Faire avancer la manifestation nationale du TUC dans le cadre d’une véritable stratégie pour renforcer la confiance dans les bulletins de grève sur les salaires. Coordonner l’action de grève nationale contre l’austérité conservatrice;
  • Resélection des candidat·e·s pour permettre aux membres du Parti travailliste de dire ce qu’ils pensent de leurs représentant·e·s élu·e·s – expulser les Blairistes!
  • Rétablir les droits des syndicats au sein du Labour. Réadmettre les socialistes, avec le droit de s’organiser dans une fédération inclusive;
  • Aucunes coupures dans les budgets des conseils du travail! Laisser les Tories oser s’attaquer aux conseils protégeant nos services locaux;
  • Pas de pénalité de séparation pour le Brexit. Les travailleur·euse·s ne devraient pas payer un centime pour des «engagements» envers l’UE non contractés par eux·elles, mais par des politicien·ne·s capitalistes;
  • Pas de soutien aux règles de l’UE pour le marché unique et l’union douanière – comme celles sur l’aide de l’État – qui vont contre les intérêts de la classe ouvrière;
  • Lutte pour un Brexit socialiste. Pour une campagne européenne de socialistes et d’organisations de travailleur·euse·s afin d’utiliser les discussions sur le Brexit pour rejeter les règles du club des patrons de l’UE. Pour une nouvelle collaboration des peuples d’Europe sur une base socialiste.

 

Carlo Mosti
Traduction de l’article Britain: Corbyn’s Labour can defeat Tories with socialist programme

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *