Seattle devient la première ville sanctuaire pour le droit à l’avortement

7 min de lecture

Sous l’impulsion du bureau de la conseillère municipale socialiste Kshama Sawant, nous avons réussi à faire de Seattle la première ville sanctuaire en matière d’avortement aux États-Unis depuis que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade!

Comment les travailleuses, travailleurs et les marxistes ont-ils remporté cette victoire?

Le mois dernier, des milliers de militantes et militants locaux et de jeunes de Seattle ont remporté une victoire historique dans la lutte pour le droit à l’avortement. Sous l’impulsion du bureau de la conseillère marxiste Kshama Sawant, nous avons réussi à faire de Seattle la première ville sanctuaire en matière d’avortement aux États-Unis depuis que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade.

Il sera désormais interdit à la police de Seattle d’arrêter des personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt non exécuté en rapport avec des lois anti-avortement en vigueur dans le pays, et il lui sera également interdit de contribuer aux enquêtes sur ces affaires. Les personnes faisant l’objet de mandats liés à l’avortement pourront vivre à Seattle sans être extradées vers l’État qui tente de les poursuivre.

«Les lois violant l’autonomie corporelle et criminalisant les soins de santé reproductive sont fondamentalement injustes, et notre mouvement ne permettra pas à Seattle d’être complice», a écrit Sawant dans un communiqué de presse célébrant ainsi cette avancée contre la décision honteuse de la cour suprême. «Laissez toute personne menacée par des lois anti-avortement draconiennes venir à Seattle sans craindre d’être poursuivie!».

L’ensemble de la classe ouvrière a subi une grave défaite avec l’annulation de Roe. Des milliers de femmes et de personnes LGBTQ, ainsi que des professionnel·les de l’avortement et d’autres travailleuses et travailleurs de la santé, pourraient être contraints de fuir leur État d’origine.

En gagnant cette législation, les travailleuses et travailleurs, les jeunes et les socialistes de Seattle ont démontré ce que signifie être solidaire avec la classe ouvrière au-delà des frontières des villes et des États.

Mais plus important encore, une telle législation pourrait avoir de profondes répercussions si elle se répandait largement: si la moitié des États américains adoptent une législation similaire refusant d’extrader les personnes ayant enfreint les lois anti-avortement dans l’autre moitié des États, les lois anti-avortement deviendront partout plus difficiles à appliquer.

Byron Sigcho-Lopez, conseiller municipal de Chicago, et Robin Wonsley, membre du conseil municipal de Minneapolis, camarades de Sawant au sein des Socialistes démocrates d’Amérique, prévoient de faire pression en faveur d’une législation de sanctuaire pour l’avortement dans leurs villes. Notre bureau a également travaillé en étroite collaboration avec le superviseur Heidi M. Wegleitner du comté de Dane, dans le Wisconsin, qui s’est montré solidaire de notre combat en écrivant au conseil municipal de Seattle pour soutenir fermement notre législation.

Comment les travailleuses et travailleurs de Seattle et Socialist Alternative ont gagné

Le large soutien et l’enthousiasme suscités par notre loi sur le droit à l’avortement à Seattle était aussi écrasant que ce à quoi on pouvait s’attendre au vu des nombreux sondages nationaux qui indiquent un large soutien au droit à l’avortement. Plus de 5500 personnes ont signé notre pétition de soutien à la législation. Le jour du vote du conseil municipal, 60 personnes ont témoigné en public pour demander aux démocrates du conseil de voter «oui» sans diluer le projet de loi.

Une grande partie des signatures de la pétition en faveur d’un sanctuaire pour l’avortement a été recueillie par les membres de Socialist Alternative lors des événements de la Pride à Seattle à la fin du mois de juin, où nous avons parlé à des milliers de personnes LGBTQ de la classe ouvrière de la nécessité d’un mouvement de masse unifié pour vaincre les attaques de la droite contre l’avortement, qui sont fondamentalement liées aussi aux attaques vicieuses contre les jeunes trans et les personnes homosexuelles que nous observons dans tout le pays.

Les membres de Socialist Alternative ont continué à tenir des stands presque quotidiennement tout au long du mois de juillet, afin de parler au plus grand nombre possible de travailleurs et travailleuses et de les faire participer à la lutte.

Sur la version en ligne de notre pétition, 850 personnes ont laissé des commentaires avec des histoires personnelles et des mots de solidarité, dont des centaines de membres de syndicats.

À Washington, nous n’avons vu aucun leadership de la part des démocrates ou de leurs ONG affiliées comme Planned Parenthood et NARAL Pro-Choice. Même les membres de la «Squad» ont refusé d’engager un véritable combat basé sur la mobilisation des millions de travailleuses et travailleurs qui les soutiennent – encore une capitulation devant le leadership démocrate auquel ils avaient promis de s’opposer.

Les républicains et la droite ont passé 50 ans à s’organiser et à construire pour cet assaut total contre les femmes et les personnes queer. Pendant ce temps, le parti démocrate a passé 50 ans à promettre de nous protéger en codifiant le droit à l’avortement, puis à refuser complètement de se battre malgré chaque occasion. Tragiquement, ceci peut maintenant être ajouté à la longue liste croissante des promesses non tenues des Démocrates – de Medicare for All, d’un salaire minimum fédéral de 15$/h, d’un Green New Deal, et de bien d’autres choses encore.

Au moment même où ils exprimaient leur indignation face à la décision de la Cour suprême, les membres démocrates du conseil municipal de Seattle tentaient de saper notre législation dans les coulisses, mais refusaient de révéler publiquement leurs intentions. Ils ont tenté d’affaiblir considérablement la clause qui oblige désormais la police de Seattle à ne pas arrêter les personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt lié à un avortement hors de l’État. La seule raison pour laquelle les démocrates ont fait marche arrière a été le feu des projecteurs braqué sur eux par les centaines de travailleuses et travailleurs qui se sont exprimés et par le bureau de Sawant, prouvant une fois de plus l’efficacité de la mobilisation de la classe ouvrière.

La seule voie à suivre

Il appartient maintenant aux mouvements sociaux dirigés par des travailleuses et travailleurs de défendre le droit fondamental à l’avortement, et de reconnaître la leçon la plus importante de cette défaite: nous avons besoin d’un nouveau parti pour les travailleuses et travailleurs qui ne soit pas lié aux entreprises et aux milliardaires. Nous avons besoin d’un parti organisé démocratiquement et dont les représentantes et représentants élu·es, comme Kshama Sawant, ne prendront que le salaire moyen des travailleuses et travailleurs et seront responsables devant les travailleuses et travailleurs et les opprimé·es.

Même si nous obligeons les démocrates à se ranger à nos côtés, nous ne pouvons pas nous permettre de tirer des conclusions erronées. Les démocrates du Conseil ne sont pas soudainement devenus d’authentiques progressistes lorsqu’ils ont voté en faveur de notre projet de loi sur le sanctuaire de l’avortement. Lors de cette réunion, les démocrates ont secrètement présenté un vote visant à mettre fin à la prime de risque de pandémie de 4$/heure versée par Seattle aux employés des épiceries.

Taxer Amazon pour financer les avortements gratuits

Notre pétition pour un sanctuaire de l’avortement comprend également une demande extrêmement populaire visant à augmenter la taxe Amazon de notre mouvement pour financer des avortements gratuits pour toutes les résidentes et visiteuses de Seattle. Nous présenterons cette loi cet automne, dans le cadre de nos revendications pour le budget populaire de 2023.

Un travailleur de la santé qui a signé la pétition a souligné l’urgence et l’importance de cette prochaine étape de la lutte, en écrivant: «Notre pays est confronté à une crise et nous devons agir maintenant. Si nous n’augmentons pas les fonds et les ressources consacrés aux avortements, nous ne serons pas prêts lorsque les patients fuyant l’Idaho et d’autres États rouges afflueront. Les cliniques d’avortement de l’Est de Washington sont déjà à pleine capacité, et les choses ne vont faire qu’empirer. Nous devons nous préparer à faire face à cette crise immédiatement en augmentant la taxe Amazon.»

Le combat ne fait que commencer. Rejoignez-nous!

Mots clés , , , , , .