La guerre et ses conséquences

33 min de lecture

La guerre en Ukraine est entrée dans son sixième mois. Des villes entières telles que Marioupol et Severodonetsk ont été anéanties. Des milliers de civil·es et des dizaines de milliers de soldats des deux côtés ont été tués, tandis que probablement dix fois plus ont été blessés. Bien que certains et certaines soient maintenant rentré·es, plus de huit millions de réfugié·es, essentiellement des femmes et des enfants, ont fui à l’étranger. Autant de personnes ont été déplacées à l’intérieur de l’Ukraine.

Les espoirs du Kremlin d’occuper tout le pays ont été rapidement anéantis car il a rencontré une résistance farouche. L’armée russe a été contrainte de se retirer des environs de Kiev, Tchernigov et Kharkiv, pour concentrer ses forces sur le Donbass. Il s’agit de la zone d’environ 400 km sur 200 km qui couvre les régions industrielles de Donetsk et Lougansk dans l’est de l’Ukraine. En 2014, une partie du Donbass a été reprise par les soi-disant «républiques populaires» de Donetsk et Lougansk (DNR/LNR) et depuis lors, les combats se poursuivent. Aujourd’hui, les forces russes et ukrainiennes se battent sur chaque kilomètre de terrain dans une guerre d’usure qui devrait durer plusieurs mois, voire davantage.

La guerre est le produit d’une nouvelle période de tensions croissantes entre les puissances impérialistes résultant de la crise économique, du recul de la mondialisation et du néolibéralisme et des tentatives consécutives de repartage des sphères d’intérêt mondiales, en d’autres termes, des zones d’exploitation. Alors que la nouvelle guerre froide entre les deux grandes puissances impérialistes – les États-Unis et la Chine – s’approfondit, les blocs militaires et diplomatiques sont réalignés et les équilibres régionaux bouleversés. Le camp dirigé par les États-Unis voit clairement la guerre comme l’occasion d’affaiblir la Russie et aussi comme un avertissement et une répétition générale d’un conflit militaire avec la Chine à un stade ultérieur.

L’impérialisme russe a son propre agenda agressif dans lequel l’Ukraine n’a pas le droit d’exister en tant qu’État indépendant. La réalité aussi est que les États-Unis et les gouvernements impérialistes occidentaux, malgré toutes leurs promesses au peuple ukrainien, considèrent l’Ukraine comme un pion dans leur conflit mondial.

Biden change de ton

Au début de la guerre, se sentant enhardi par les revers russes et la réponse unie de l’OTAN, le président américain Biden a appelé au renversement de Poutine. Lui et d’autres dirigeants américains ont soutenu l’idée que la Russie serait chassée de l’ensemble du territoire ukrainien et vaincue de manière décisive. Alors que Poutine a mal calculé en ordonnant l’invasion, il semble que Biden ait également très mal évalué la situation. Notamment, s’agissant des coûts engendrés par la guerre.

Mais il faut aussi être réaliste sur le rapport de force militaire. Malgré la propagande occidentale au début de la guerre et les prévisions d’effondrement imminent de l’armée russe, la réalité a évolué différemment. Sans le soutien occidental, c’est l’armée ukrainienne qui se serait effondrée rapidement après l’invasion. Par exemple, les États-Unis ont envoyé 7000 missiles antichars Javelin. Cependant, la Russie aurait trouvé impossible d’occuper de façon permanente l’ensemble de l’Ukraine ou même la majeure partie de celle-ci contre la résistance déterminée de sa population.

La nouvelle phase de la guerre dans le Donbass a favorisé l’approche russe consistant à utiliser l’artillerie à longue portée pour soumettre les villes ukrainiennes. Alors que les forces russes subissent encore de lourdes pertes, les pertes ukrainiennes sont de plus en plus insoutenables. L’Occident a promis plus de systèmes militaires de haute technologie à l’Ukraine. La vérité est que la seule façon de vaincre militairement l’armée russe et de la chasser d’Ukraine à ce stade serait que l’OTAN envoie ses propres forces, conduisant le monde au bord d’une guerre totale entre la Russie et l’OTAN. Les impérialistes occidentaux ont clairement fait savoir qu’ils n’étaient pas prêts à le faire et qu’ils voulaient plutôt confiner la guerre au territoire ukrainien afin de maintenir un plus grand contrôle.

Ainsi, l’Occident est maintenant occupé à réduire les attentes et à anéantir les illusions des Ukrainiens ordinaires. Cela pourrait empirer lorsque les impérialistes occidentaux finiront par forcer Zelensky à signer un accord acceptant la partition du pays et l’annexion effective d’une grande partie ou de la totalité du Donbass à la Russie.

Pendant ce temps, les puissances occidentales affichent des tensions et des divisions sur leurs prochains mouvements compte tenu des conséquences potentielles. La guerre a déjà considérablement aggravé les crises alimentaires et énergétiques mondiales, aggravé l’inflation et la crise de la dette auxquelles sont confrontés de nombreux pays pauvres. Cela indique un bouleversement massif comme nous le voyons déjà au Sri Lanka.

Mais les conséquences économiques et sociales ne se limiteront pas aux pays pauvres. Parmi les grandes puissances, l’Allemagne est particulièrement exposée car son modèle économique repose sur une énergie russe bon marché et des exportations vers la Chine. Il y a maintenant une grande inquiétude dans les médias occidentaux quant à savoir si la Russie est sur le point de fermer le gazoduc Nord Stream. L’Allemagne dépend de la Russie pour 35% de ses approvisionnements en gaz en provenance de Russie, ce qui couvre le chauffage de la moitié des ménages du pays, tandis que la France obtient 19% de son gaz en provenance de Russie. Au fur et à mesure que la guerre s’éternise, les divisions dans le camp occidental pourraient s’aiguiser, une aile cherchant à mettre fin au conflit plus rapidement, par une forme d’accommodement avec la Russie, l’autre étant disposée à le laisser s’éterniser.

Comment le conflit en Ukraine a évolué

Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, les intérêts économiques occidentaux ont exploité la main-d’œuvre bon marché de l’Europe de l’Est pour ses chaînes d’approvisionnement et se sont appuyés sur l’énergie, les minéraux et les produits alimentaires de la région. Militairement, l’OTAN s’est étendue à toute la région. Jusqu’à la crise mondiale de 2008, l’Occident et la Russie considéraient leur relation comme un «partenariat» en développement. Poutine a même suggéré que la Russie pourrait éventuellement rejoindre l’OTAN. Mais à mesure que la mondialisation commençait à ralentir et que la Russie bénéficiait de revenus pétroliers accrus, les conflits augmentaient de plus en plus.

La «révolution orange» en Ukraine en 2004 et la crise de l’Euromaidan en 2013-2014 ont été le résultat du conflit entre les intérêts pro-russes et pro-UE au sein de l’élite dirigeante oligarchique ukrainienne. Dans les deux cas, les forces pro-UE reposant sur des protestations de masse ont été victorieuses. La réponse du Kremlin a été d’annexer la Crimée et d’apporter un soutien militaire et politique aux gouvernements séparatistes des «républiques populaires» de Donetsk et Lougansk (DNR/LNR) à l’est. La guerre qui en a résulté dans le Donbass de 2014 à 2021 a fait plus de 15 000 morts. Alors que les intérêts impérialistes américains et européens se sont renforcés dans toute la région, l’élite du Kremlin est devenue de plus en plus agressive pour s’y opposer.

En lançant cette guerre brutale, Poutine a affirmé que son objectif était de «dénazifier» et de «démilitariser» l’Ukraine. Il le justifie, car il a mené la campagne référendaire en Crimée en 2014, avec un déluge d’allégations horribles sur la façon dont le gouvernement de Kiev avait été pris en charge par les fascistes. Il est certainement vrai que l’extrême droite ukrainienne a joué un rôle clé dans la crise de l’Euromaïdan et dans les combats contre les forces pro-russes en 2014-2016, même si, depuis l’Euromaïdan, le vote d’extrême droite est passé de 7% à 2,2%. Cependant, une partie des oligarques, pendant la période présidentielle de Viktor Porochenko (2014-2019), considérait l’extrême droite comme un complément utile à l’appareil d’État répressif habituel, et de nombreux militants d’extrême droite, y compris dans le tristement célèbre Régiment Azov, y ont été intégrés à différents niveaux.

Nous ne sommes pas d’accord avec la façon dont le régime de Zelensky est caractérisé soit par des voix pro-russes, qui disent qu’il est d’extrême droite/fasciste, soit par ses partisans qui blanchissent la vraie nature du régime de Zelensky, le présentant comme un défenseur de la «démocratie» contre «l’autoritarisme». Il a été élu en 2019 en tant qu’outsider, gagnant le soutien de tous ceux dégoûtés par les précédents régimes oligarques de Porochenko et Ianoukovitch. Il a promis la fin de la guerre dans l’est de l’Ukraine et une bataille contre la corruption. Il a rapidement rencontré l’opposition de l’extrême droite opposée à ses tentatives de négocier la paix. Dans le même temps, il a continué à mettre en œuvre des politiques économiques néolibérales favorables aux entreprises, parfois avec une légère couverture de populisme, par exemple en proposant des mesures contre les oligarques.

Bien que sa popularité ait chuté avant la guerre, les sondages ont grimpé en flèche en sa faveur en raison de son refus de quitter l’Ukraine et de la façon dont il est perçu comme étant ferme contre la Russie. Pourtant, son gouvernement poursuit ses politiques anti-ouvrières avec l’interdiction des grèves et de nouvelles lois facilitant le licenciement des travailleuses et travailleurs tandis qu’il prévoit des réformes antisociales concernant les retraites. La guerre elle-même a renforcé les tendances à la militarisation et a permis à Zelensky de traiter plus sévèrement ses adversaires politiques, y compris en interdisant les partis pro-russes. Quelle que soit l’issue de la guerre, en l’absence d’alternative de gauche, il est clair que les actions russes conduiront à une augmentation spectaculaire des opinions nationalistes et nationalistes de droite. Pour se préparer à cela, il est essentiel que la classe ouvrière, pendant la guerre, développe sa propre alternative politique organisée aux politiques pro-capitalistes et pro-impérialistes de Zelensky.

Si le Kremlin voulait vraiment «combattre le fascisme», il devrait commencer par son propre camp. Parmi ceux qui ont établi les premiers gouvernements DNR/LNR, il y avait de nombreux membres de l’ «Unité nationale russe» néofasciste, bien qu’ils aient été largement remplacés par des personnalités plus sûres pour le Kremlin. Aujourd’hui, parmi les troupes russes, il y a des groupes tels que «Rusich», recrutés principalement parmi les groupes néonazis de Saint-Pétersbourg et le célèbre groupe Wagner (des mercenaires utilisés par le Kremlin), dont beaucoup portent des symboles nazis et fascistes.

La nature de la guerre

Certains à gauche soutiennent le régime de Poutine à un degré ou à un autre au motif qu’il s’agit de la puissance impérialiste la plus faible et font écho à l’idée que le régime ukrainien est profasciste.

Cependant, en Occident, il existe une fausse position encore plus répandue à gauche, allant de Podemos en Espagne à Alexandria Ocasio-Cortez aux États-Unis, qui donne du crédit à l’affirmation de Joe Biden selon laquelle l’OTAN se bat pour la «démocratie contre la dictature». Cela conduit à soutenir les dépenses militaires massives des puissances impérialistes occidentales au nom de l’opposition à l’agression russe. Cela est également repris par certains à l’extrême gauche, y compris des soi-disant «trotskystes» qui combinent le soutien à l’accumulation d’armements occidentaux avec une rhétorique anti-impérialiste générale. Mais en réalité, l’accumulation d’armements est inséparable de l’agenda impérialiste occidental plus large. En soutenant l’un, vous soutenez l’autre.

Alternative Socialiste Internationale (ISA) est totalement opposée à toutes les puissances impérialistes. L’Ukraine est aujourd’hui confrontée à une longue guerre d’usure. L’approche de Zelensky est d’exiger de plus en plus d’armes de l’ouest, espérant militairement chasser la Russie du Donbass. Si cela devait réussir, ce ne serait qu’au prix d’un nombre massif de victimes et d’une vaste destruction de maisons, d’écoles, d’hôpitaux et de lieux de travail. Cela nécessiterait probablement une intervention beaucoup plus directe de l’OTAN, précipitant un conflit beaucoup plus large. Cela laisserait l’Ukraine complètement dépendante de l’impérialisme occidental, qui lui-même pourrait à tout moment changer d’approche pour exiger des concessions inacceptables de l’Ukraine. La réalité est que le peuple ukrainien dans cette situation est confronté à un choix, soit devenir vassal de la Russie, soit de l’impérialisme occidental. À moins, bien sûr, que la classe ouvrière, en se défendant contre l’occupation russe, ne puisse développer de nouvelles méthodes de lutte reposant sur la solidarité de la classe ouvrière.

ISA soutient pleinement le droit de la classe ouvrière en Ukraine à se défendre contre l’agression russe, y compris, bien sûr, militairement. Dans les zones occupées par les Russes, comme Kherson, se développe déjà un mouvement partisan naissant. Mais au début de la guerre, il y eut des exemples de mobilisation plus large contre l’occupation. À la centrale nucléaire de Zaporozhskaya, les travailleuses et travailleurs et les résidentes et résidents locaux sont sortis en masse pour bloquer l’avancée des troupes russes, tandis qu’à Energodar, à proximité, les pompiers ont organisé une manifestation dans leurs véhicules après le remplacement de leur chef des pompiers par les Russes.

Les méthodes révolutionnaires que Trotsky a généralisées à partir de la Révolution de 1917 signifieraient, dans l’Ukraine d’aujourd’hui, de les étendre à travers la mobilisation massive de la population ukrainienne. Mais dans une telle mobilisation, la classe ouvrière doit maintenir son indépendance politique vis-à-vis de toutes les forces pro-capitalistes.

Au moment de la rédaction de cet article, Zelensky a annoncé qu’une armée «d’un million d’hommes» est en cours de constitution pour reprendre les territoires occupés du sud autour de Kherson. Si cela se produisait, et ne restait pas seulement une fanfaronnade, il est difficile de voir comment l’armée russe pourrait garder le contrôle du Sud.

Néanmoins, cette mobilisation du haut vers le bas, et selon toute vraisemblance ponctuelle, n’est pas la même chose qu’une mobilisation basée sur la classe ouvrière et organisée par elle. En la liant, comme le fait Zelensky, à la fourniture d’armes par les impérialistes occidentaux, cela signifie qu’en fait, les impérialistes contrôleraient l’efficacité d’une telle mobilisation. Une fois réoccupée, la région serait rendue aux mêmes propriétaires, responsables de l’exploitation des travailleuses et travailleurs et des ouvrières et ouvriers agricoles ukrainiens avant la guerre, laissant la voie libre au retour ultérieur d’une armée russe mieux préparée.

Le résultat serait différent si la mobilisation était complétée par la classe ouvrière organisée dans les lieux de travail et les quartiers, par des grèves, des boycotts et des soulèvements dans les zones occupées, combinés à un appel de classe direct aux soldats russes, ce qui empêcherait l’occupation de se poursuivre. Cela permettrait à la classe ouvrière capable de défendre et de lutter pour ses propres intérêts – expulsant les oligarques des usines, en lui permettant de créer son propre parti politique pour lutter pour le pouvoir politique. Si cela devait se produire, il y aurait un élan massif dans la solidarité de la classe ouvrière à travers le monde, et en Russie aussi, ce qui rendrait beaucoup plus difficile pour le régime de continuer la guerre.

Mais le régime de Zelensky, se basant sur le nationalisme bourgeois et l’idéologie néolibérale, est complètement opposé à cette voie, s’appuyant plutôt entièrement sur l’impérialisme occidental.

La répression en Russie

Maintenant, l’accent de la propagande du Kremlin est en train de changer. Les affirmations selon lesquelles il «dénazifie» et «démilitarise» l’Ukraine n’ont pas gagné du terrain dans l’opinion publique. Le ministère des Affaires étrangères affirme maintenant que l’Ukraine mène une «guerre par procuration dans l’intérêt des États-Unis» contre la Russie.

Les sondages d’opinion contrôlés par l’État, comme les élections russes, sont truqués. C’est même maintenant une infraction pénale d’appeler «l’opération militaire» une «guerre». Même ainsi, il est clair que le soutien de la population russe pour la guerre est faible. La majorité des personnes interrogées ne veulent pas qu’elles-mêmes ou leurs familles soient impliquées. Alors que le soutien à la guerre est le plus élevé parmi les couches les plus riches et les plus âgées de la population, la majorité des jeunes et des travailleurs sont contre.

Les manifestations anti-guerre en Russie se sont pour l’instant calmées après avoir fait face à une répression généralisée. Cependant, jusqu’à présent, il n’y a eu qu’un seul jour depuis le début de la guerre au cours duquel personne n’a été arrêté pour avoir parlé. De nombreux soldats ont refusé de se rendre en Ukraine, d’autres ont désobéi aux ordres, et certains qui ont déjà combattu en Ukraine ont refusé d’y retourner. Des centres de recrutement ont été incendiés. L’opposition à la guerre, cependant, est spontanée et sporadique, ne prenant pas encore une forme organisée.

Cela est dû en partie à l’absence de partis ou d’organisations d’opposition capables de traduire le mécontentement latent en opposition active. Les soi-disant «partis systémiques», ceux qui opèrent en accord avec le Kremlin pour constituer une opposition de façade, font partie du «parti de la guerre» – le Parti soi-disant communiste étant le plus belliciste d’entre eux. Ils ont agi pour soulager la pression sur le Kremlin. Au début, de nombreuses rumeurs d’opposition au sein de l’élite dirigeante, de l’armée et des services de sécurité ont circulé. Des généraux de premier plan, y compris du FSB, auraient été licenciés et même, dans quelques cas, arrêtés. Mais comme le conflit est entré dans une nouvelle phase de longue haleine et que l’opposition reste pour l’instant sous la surface, la pression sur les personnalités proches de Poutine pour qu’elles prennent des mesures contre lui a été réduite.

Alors qu’à court terme Poutine a renforcé sa domination dictatoriale sur la société russe, c’est au prix de saper la base du régime oligarchique à plus long terme. Même s’il parvient à obtenir ce que Macron appelle un accord «pour sauver la face» avec l’Ukraine, basé sur le fait que la Russie conserve au moins une partie, sinon la totalité, du Donbass, cela aura coûté très cher. L’économie russe a été largement isolée de l’économie mondiale. Il se retrouve désormais malmené par d’anciens alliés. Même le dictateur biélorusse Loukachenko n’a pas été en mesure de soutenir ouvertement les attaques contre l’Ukraine. Aucune des républiques d’Asie centrale n’a reconnu les républiques séparatistes d’Ukraine, et le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a même osé le déclarer publiquement à Poutine lors du récent Forum économique de Saint-Pétersbourg.

Malgré l’accord de coopération «sans limites» entre la Chine et la Russie annoncé en janvier, la Chine s’est elle aussi abstenue de soutenir trop ouvertement le Kremlin à ce stade. Malgré sa prétendue opposition à toute atteinte à l’intégrité territoriale d’une nation, ayant clairement un œil sur Taiwan, qu’elle considère comme faisant partie de la Chine, elle n’a pas proféré un mot de critique de l’invasion. Il blâme les États-Unis et leurs alliés pour la durée de la guerre et s’oppose au régime de sanctions qui a été imposé. Mais il évite tout ce qui peut être interprété comme une aide directe à la Russie, soit militairement, soit pour éviter les sanctions, car, à l’approche du Congrès du PCC de cette année, Xi Jinping a besoin de la stabilité mondiale.

Les banques chinoises et les entreprises de haute technologie telles que Huawei se retirent même du marché russe. Un projet conjoint sino-russe de conception et de construction d’un gros porteur pour concurrencer Airbus et Boeing semble également s’effondrer. Il est vrai que la Chine et l’Inde profitent des approvisionnements excédentaires de pétrole de la Russie en les achetant avec des remises importantes, mais même un haut responsable de l’administration Biden (de manière anonyme) a récemment déclaré à Reuters: «Nous n’avons pas vu la RPC (République populaire de Chine) s’engager dans une évasion systématique ou fournir du matériel militaire à la Russie.»

La guerre et l’économie mondiale

La guerre en Ukraine a accéléré une série de processus à l’échelle mondiale. D’abord et avant tout, il y a les effets de la guerre sur l’économie mondiale, notamment parce qu’elle a déclenché une crise énergétique et alimentaire massive. Des centaines de millions de personnes dans les pays pauvres sont confrontées à l’insécurité alimentaire et à la famine, en partie parce que les céréales d’Ukraine et de Russie ainsi que les principaux approvisionnements en engrais de la région n’arrivent pas sur le marché mondial. La hausse des coûts de l’énergie exacerbe également la crise de l’agriculture.

Les crises énergétique et alimentaire alimentent à leur tour l’inflation qui a atteint son plus haut niveau en 40 ans aux États-Unis et au Royaume-Uni. Dans de nombreux autres pays, l’inflation est encore plus élevée. Il est important de souligner que l’inflation n’a pas un impact égal sur toutes les populations. La hausse des prix des denrées alimentaires affecte le plus les familles pauvres car la nourriture représente une part beaucoup plus importante du budget de leur ménage. Cela est vrai même dans les pays capitalistes avancés comme les États-Unis où des millions de personnes se tournent vers les banques alimentaires, mais la situation est bien plus désespérée dans de grandes parties de l’Asie du Sud, du continent africain et de l’Amérique latine.

Dans la tentative de maîtriser l’inflation, les banques centrales des pays capitalistes avancés se tournent maintenant, comme nous l’avions dit, vers une forte augmentation des taux d’intérêt. L’explication polie est qu’en augmentant les taux d’intérêt, le coût d’emprunt pour les entreprises et les gens ordinaires augmentera, ce qui réduira les dépenses. Mais cela dissimule la vérité brutale selon laquelle le véritable objectif est de maintenir les salaires bas et, si nécessaire, d’augmenter le chômage, même si cela signifie risquer une récession. La Banque des règlements internationaux a récemment déclaré que pour empêcher l’inflation de s’enraciner, les banques centrales «ne devraient pas hésiter à infliger des souffrances à court terme et même des récessions». L’ancien secrétaire américain au Trésor, Larry Summers, a récemment déclaré encore plus crûment: «Nous avons besoin de cinq ans de chômage supérieur à 5% pour contenir l’inflation. En d’autres termes, nous avons besoin de deux ans de chômage à 7,5% ou de cinq ans de chômage à 6% ou un an de 10% de chômage.»

De cette manière, les capitalistes cherchent, comme toujours, à faire payer aux travailleuses et travailleurs la crise de leur système. Mais l’effet de la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale et de la BCE ne sera pas ressenti uniquement par les travailleuses et travailleurs aux États-Unis et en Europe occidentale. Les dettes dues par les pays pauvres à des institutions comme le FMI ou à des prêteurs privés sont en grande partie libellées en dollars. La hausse des taux d’intérêt rendra immédiatement le service de ces dettes plus difficile. La conséquence de dépenser une plus grande partie du revenu national pour le service de la dette envers les banques et institutions financières étrangères signifie que les gouvernements capitalistes locaux imposeront des coupes dans l’éducation et les soins de santé pour les travailleuses et travailleurs, ce qui rendra la crise encore plus grave.

La combinaison de l’inflation, des dettes impayées et de la corruption des élites capitalistes locales a déjà amené le Sri Lanka au bord de l’effondrement. D’autres pays suivront cette sombre voie. Avec de larges pans de la population dans un pays après l’autre poussés dans la misère et avec la menace d’une famine massive, les bouleversements sociaux sont inévitables.

Le FMI prévoit désormais des ralentissements économiques pour 143 pays, représentant les quatre cinquièmes de l’économie mondiale. Nous sommes au bord d’un ralentissement mondial pour la deuxième fois en deux ans, un an seulement après que les médias capitalistes nous aient fait miroiter l’espoir d’une relance alimentée par les aides gouvernementales.

Bien sûr, tout le monde sait que l’inflation n’a pas commencé avec la guerre. La hausse de l’inflation mondiale a commencé avec le chaos de la chaîne d’approvisionnement déclenché par la pandémie. Mais à un niveau plus profond, c’est aussi le résultat des politiques «d’argent facile» menées par les principales banques centrales depuis la profonde récession de 2008-2009. Cela impliquait que les banques centrales versent des milliers de milliards sur les marchés financiers pour éviter un effondrement complet. L’un des sous-produits inévitables a été de regonfler diverses bulles d’actifs, notamment dans l’immobilier et la crypto-monnaie, car les capitalistes ont investi l’argent dans le casino financier plutôt que dans l’expansion de la production, la reconstruction des infrastructures, etc.

Bizarrement, cela signifiait également que l’effet inflationniste inhérent à cette expansion de la liquidité était resté à l’écart de «l’économie réelle» pendant toute une période, poursuivant l’environnement de faible inflation et de taux d’intérêt bas qui était un élément clé du néolibéralisme. Mais la pandémie a changé cela car la crise n’était pas principalement provoquée par les marchés financiers mais par un effondrement de la demande. Les plans de relance de 2020-21 comprenaient des sommes plus astronomiques versées sur les marchés financiers, mais aussi des sommes énormes accordées directement aux entreprises et, dans une bien moindre mesure, aux gens ordinaires. Cela a inévitablement contribué à jeter les bases d’une poussée inflationniste.

Au fond, la classe capitaliste vacille désormais d’une crise à l’autre, les mesures prises pour remédier à une situation contribuant directement à la phase suivante.

L’effet sur la guerre froide au sens large

Certains ont peut-être pensé que la guerre en Ukraine et la réponse des États-Unis signifiaient que ces derniers se concentraient à nouveau sur l’Europe et se détournaient de l’Indo-Pacifique. C’est clairement faux. En réalité, nous assistons à une escalade significative du nouveau conflit mondial de la guerre froide. La guerre en Ukraine a accéléré ce processus et en fait également partie.

Fin mai, Biden s’est rendu au Japon et en Corée du Sud. Au cours de ce voyage, il a déclaré que les États-Unis viendraient militairement à la défense de Taiwan s’il était envahi par la Chine. Bien que cela ait été en partie repoussé par les responsables américains et que les médias aient parlé d’une autre «gaffe» de Biden, cela fait partie d’un schéma où Biden «laisse le chat sortir du sac».

Au cours du voyage, Biden a rencontré les dirigeants de l’alliance de sécurité «Quad», comprenant l’Inde, le Japon, l’Australie ainsi que les États-Unis. Il a également lancé le cadre économique indo-pacifique avec 12 pays riverains du Pacifique. Ceci est en partie destiné à remplacer le Partenariat transpacifique, lancé par Barack Obama, qui était censé isoler la Chine mais que Trump a abandonné. Cependant, il ne s’agit pas d’un accord de libre-échange traditionnel et se concentre sur la coopération volontaire dans des domaines tels que les normes technologiques.

Puis, fin juin, le sommet de l’OTAN à Madrid a réuni pour la première fois les premiers ministres de plusieurs nations clés de l’Indo-Pacifique, dont le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Comme le titrait le Financial Times, cette réunion représentait un «retour à la mission de la guerre froide». Ils poursuivent en résumant ses conclusions: «un objectif de multiplication par sept des forces de l’OTAN en alerte maximale; première base américaine permanente sur le flanc oriental de l’alliance [en Pologne], une invitation à la Finlande et à la Suède à se joindre, et une nouvelle stratégie directrice de 10 ans qui abandonne toute illusion de partenariat avec Moscou. Le nouvel énoncé de mission de l’OTAN a également déclaré que la Chine était un défi systémique.»

C’est la première fois que l’OTAN en tant qu’organe fait directement référence à la Chine. Parallèlement à la présence de représentants des principaux pays de l’Indo-Pacifique, cela montre comment l’impérialisme occidental tire de nouvelles conclusions sur un conflit à long terme avec un bloc dirigé par la Chine. Il y a maintenant des spéculations ouvertes sur une «OTAN asiatique». Ce n’est peut-être pas encore prévu mais le développement du Quad et le sommet de Madrid vont clairement dans cette direction.

Dans un mouvement complémentaire, la récente réunion du G7 s’est engagée à lever 600 milliards de dollars pour accroître les investissements mondiaux dans les infrastructures dans les «pays en développement». Il ne s’agit pas d’un acte de bienveillance, mais clairement d’une tentative tardive de repousser l’énorme initiative chinoise «la Ceinture et la Route» (BRI) qui a été utilisée par la Chine pour établir des liens étroits avec des régimes en Asie, en Afrique et même en Amérique latine. S’il ne s’agit pas d’une somme particulièrement importante, étant donné qu’elle doit être levée sur cinq ans, il s’agit plutôt d’une reconnaissance du fait que pour repousser la croissance de l’influence de l’impérialisme chinois dans le monde néocolonial, il faudra s’engager dans la construction de «soft power» pas seulement en augmentant les budgets militaires.

Bien sûr, le régime chinois ne reste pas les bras croisés. Xi Jinping a promu sa propre «Initiative de sécurité mondiale» lors de la récente réunion des BRICS qui comprend le Brésil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud, ainsi que la Chine. Le régime du PCC continue également de pousser agressivement pour développer des accords de sécurité avec les nations insulaires du Pacifique. Un excellent exemple est le récent accord avec les Îles Salomon qui permet au régime local de faire appel aux «forces de sécurité» chinoises pour l’aider à apaiser les troubles locaux en échange de l’octroi à la Chine, selon les termes du New York Times, «d’une base d’opérations». entre les États-Unis et l’Australie qui pourraient être utilisés pour bloquer le trafic maritime à travers le Pacifique Sud.

La tendance à la démondialisation s’est accentuée. L’expression la plus claire en est le découplage radical entre l’Occident et la Russie, la 11e économie mondiale. Le découplage des États-Unis et de la Chine se poursuit également, bien qu’à un rythme beaucoup plus lent. Nous avons vu un certain déplacement de la production hors de Chine et des signes de «relocalisation» et de «proximité» de la production, qui rapprochent les secteurs critiques des principaux pays impérialistes où ils sont plus «sûrs».

On a beaucoup parlé du gouvernement américain investissant des sommes importantes dans les technologies de pointe, en particulier la production de microprocesseurs, mais très peu de choses se sont concrétisées. Mais alors que les résultats ont été maigres, le virage vers une «politique industrielle» nationaliste, une forme de capitalisme d’État, est inhérent à la situation.

Au lieu de cela, nous avons vu de plus en plus de restrictions imposées par le gouvernement américain sur les investissements en Chine, alors même qu’il était question d’assouplir les tarifs. Tant en Europe qu’aux États-Unis, la crise énergétique a obligé les gouvernements à abandonner toute prétention restante à une transition loin des combustibles fossiles en faveur du développement des ressources en pétrole, en gaz naturel et même en charbon à un rythme effréné. Cela montre comment la guerre froide aggrave toutes les autres crises.

Guerre et politique

Au début de la guerre, il y eut un élan de sympathie pour le peuple ukrainien dans les pays occidentaux. Cela a été manipulé par les gouvernements occidentaux pour soutenir un programme militariste comprenant l’augmentation des dépenses militaires et, dans le cas de la Suède et de la Finlande, l’adhésion à l’OTAN.

Cependant, dans de nombreuses autres régions du monde, y compris le Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne et une grande partie de l’Amérique latine, il y avait beaucoup moins de soutien pour l’agenda de l’OTAN, étant donné les soupçons tout à fait justifiés des affirmations de Biden selon lesquelles il s’agissait d’un combat entre «la démocratie et autocratie.»

Beaucoup ont perçu l’hypocrisie totale de Biden dénonçant Poutine comme un dictateur tout en se rapprochant de la monarchie saoudienne afin de les amener à augmenter l’approvisionnement en pétrole. Biden se rend en Arabie saoudite en juillet et a abandonné toute critique du rôle brutal qu’ils ont joué au Yémen, une catastrophe humanitaire encore pire que l’Ukraine. Parler du «leadership» américain dans la lutte pour la démocratie sonne également assez creux à la suite de l’annulation par la majorité réactionnaire de la Cour suprême des États-Unis de la décision Roe contre Wade, vieille de 50 ans, qui garantissait le droit à l’avortement. Cela montre que la société américaine recule en termes de droits humains fondamentaux.

Nous avons souligné qu’au fur et à mesure que les conséquences de la guerre, en particulier les effets sur l’économie, devenaient plus graves, le soutien populaire à l’escalade militaire, même au cœur de l’impérialisme, aurait tendance à décliner. À la mi-mai, même le New York Times, fidèle à Biden, semblait inquiet, avertissant dans un éditorial officiel du danger d’une «guerre totale avec la Russie». «Le soutien à la guerre n’est pas garanti» et «l’inflation est un problème beaucoup plus important pour les électeurs américains que pour l’Ukraine», titrait le New York Times. Les chiffres des sondages en baisse de Biden confirment pleinement ces points. Incroyablement, il est moins populaire que Trump à ce stade de sa présidence.

Le premier tour de l’élection présidentielle française en juin a également été un signal d’alarme pour l’OTAN. Une majorité d’électeurs a soutenu soit des candidats d’extrême droite, soit des candidats à gauche de la social-démocratie. Tandis que Macron passait son temps à se présenter comme un «homme d’État européen» essayant de trouver une solution à la guerre dans le cadre de l’impérialisme occidental, les électeurs français se sont concentrés sur le coût de la vie et ont adressé une réprimande cinglante au «centre» bourgeois.

La guerre approfondit tous les aspects de la crise du capitalisme. Alors que le peuple ukrainien souffre, les deux camps impérialistes sont confrontés à de sérieux problèmes. En surface, Poutine semble avoir écrasé toute opposition, mais seulement au prix d’une érosion supplémentaire des fondements du régime. La Chine, alliée de la Russie, est confrontée à une énorme crise économique et sociale. Et tandis que la réponse agressive et initialement unie des États-Unis et de l’OTAN a montré une force apparente, au fil des mois, les complications de leur position se sont accumulées.

Il est inévitable que le conflit inter-impérialiste qui découle des contradictions profondes du capitalisme agisse pour exacerber les crises intérieures au sein des États impérialistes eux-mêmes. Mais les principales victimes seront les masses du monde néocolonial, confrontées à une augmentation drastique de l’insécurité alimentaire et à une austérité sauvage alors que les régimes cherchent à rembourser leur dette. Alors que les gens sont littéralement confrontés à la famine, les impérialistes chercheront à se rejeter mutuellement la responsabilité de la catastrophe. Mais la vérité est que c’est tout le système du capitalisme impérialiste qui est à blâmer et qui doit être renversé pour empêcher de nouvelles catastrophes encore pires.

Mots clés , , , , , , , , , , , , , , , .