Crise historique pour le capitalisme mondial – Aidez à construire l’alternative socialiste!

11 min de lecture

Appel financier d’Alternative Socialiste Internationale (ISA)

Découvrez ce que l’ISA représente dans les faits avec cette petite vidéo de 4 minutes «Rejoignez ISA et la lutte pour un monde socialiste»

Jusqu’à présent, l’année a été marquée par de nouveaux sommets de crise pour le système capitaliste désastreux et chaotique. Alors qu’il n’y a pas de véritable fin en vue pour la pandémie, les travailleuses et travailleurs ont été confrontés à une nouvelle guerre brutale en Ukraine, à de nouveaux niveaux de tensions entre les États-Unis et la Chine, à l’inflation la plus élevée depuis des décennies, à une offensive de la droite contre les femmes et les personnes LGBTQ+, et à une aggravation de la crise économique actuelle dont les travailleuses et travailleurs ainsi que les pauvres du monde entier font les frais.

Les plus grandes entreprises du monde ont réalisé 5000 milliards de dollars de bénéfices et les plus riches jouent à la course à l’espace. Au même moment, certains endroits du monde connaissent des niveaux de chaleur jamais vus depuis plus d’un siècle et les catastrophes environnementales atteignent des nouveaux records.

Les horreurs de la guerre en Ukraine sont déjà en train de changer la façon dont le capitalisme mondial considère son avenir. Les gouvernements capitalistes investissent des sommes historiques dans la militarisation, comme on peut le voir avec les gouvernements suédois et allemand dirigés par des sociaux-démocrates qui ont augmenté les dépenses militaires pour atteindre les 2% de leur PIB. Au lieu de ces mesures destructrices, il faut des investissements massifs dans la protection environnementale, les soins de santé, les services sociaux et l’enseignement.

Les craintes d’une guerre nucléaire sont de retour, la technologie des armes et leur puissance destructrice dépassant de loin ce qu’elles étaient au plus fort de la dernière guerre froide. Les pays qui dépendent fortement des céréales et d’autres produits de base provenant des zones de guerre font face à une crise alimentaire catastrophique, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. Les pénuries croissantes résultant des crises de la chaîne d’approvisionnement et la tendance croissante à délaisser le libre-échange néolibéral au profit du protectionnisme, du nationalisme et du découplage de la production ne font qu’exacerber la misère et le désastre que le capitalisme offre à la classe ouvrière et aux pauvres du monde entier.

Les États-Unis, le pays le plus riche au monde, ont connu plus d’une fusillade de masse par jour et la malnutrition infantile – causée par la pénurie de lait maternisé – oblige les mères à partager leur lait maternel. Des millions de femmes sont menacées de perdre leur droit à l’avortement et la droite s’en prend aux jeunes LGBTQ+ et à leurs parents.

L’État chinois restreint également l’accès aux soins de santé génésique et poursuit sa politique répressive du « zéro covid » avec des confinements drastiques qui ont entraîné des pertes d’emploi sans le moindre filet de sécurité sociale, ce qui frappe tout particulièrement les communautés de migrants. Parallèlement, d’autres travailleurs sont enfermés dans leurs usines et contraints d’y travailler. Aux confinements s’ajoutent les pénuries de nourriture, de médicaments et d’autres produits de première nécessité.

La polarisation s’accroît à l’échelle mondiale, comme en témoignent les dangers de l’extrême droite et des populistes de droite qui se développent dans de nombreuses régions du monde. La droite utilise la colère légitime de la classe ouvrière et des pauvres pour promouvoir ses fausses solutions de division reposant sur le racisme, le sexisme, l’homophobie et la xénophobie.

Cependant, il existe également un sentiment d’aspiration à un changement radical parmi les travailleuses et travailleurs de même qu’une désillusion conséquente à l’égard des politiciens capitalistes, comme en témoignent par exemple une série de victoires de la gauche aux élections en Amérique latine ou le large soutien à l’alliance de gauche menée par Mélenchon en France. Alors que les grandes entreprises et les gouvernements capitalistes cherchent à décharger leurs crises sur les gens ordinaires du monde entier, la classe ouvrière et les pauvres se défendent.

Les travailleuses et travailleurs du Sri Lanka ont organisé leur première grève générale en 42 ans contre le régime corrompu et oppressif de Rajapaksa, dans le cadre d’un mouvement de masse combatif et courageux qui a fait tomber des pans du gouvernement. La hausse extrême des prix, la brutalité des partisans du régime et l’effondrement de l’économie ont fait descendre des millions de personnes dans la rue pour exiger un changement fondamental.

Les travailleuses et travailleurs des hôpitaux de Shanghai ont manifesté et se sont mis en grève pour protester contre les traitements brutaux infligés par la dictature chinoise, tandis que les travailleuses et travailleurs enfermé·es dans les usines ont déclenché des émeutes et des affrontements avec la police.

En Turquie, les travailleuses et travailleurs protestent et font grève contre la forte augmentation du coût de la vie, et en Iran, les travailleuses et travailleurs luttent contre l’austérité économique et la négligence du gouvernement qui a notamment provoqué l’effondrement de l’immeuble Metropol, tuant des dizaines de personnes.

Le travail d’ASI sur le terrain

Face à l’aggravation de la crise environnementale et l’échec total de ce système pour mener à bien des tâches même modestes pour la combattre, nous exigeons des investissements publics massifs dans un new deal vert socialiste visant à créer des dizaines de millions d’emplois de qualité bien payés dans le monde entier, en saisissant la richesse des milliardaires pour financer une véritable riposte au changement climatique. En novembre 2021, Alternative socialiste internationale a mobilisé des centaines de ses membres de tous les continents à Glasgow pour protester contre l’inaction lors de la conférence de l’ONU sur le climat – la COP26. L’une de nos principales revendications est de faire entrer les multinationales polluantes et les secteurs clés de l’économie (énergie, transport & mobilité, finance, agriculture, santé) dans le giron de la propriété publique démocratique afin de mettre en œuvre une planification économique écologique et socialiste qui réorganise l’économie afin de servir d’abord les gens et la planète. Lisez ici un rapport de notre intervention à Glasgow.

Notre travail dans le mouvement pour le climat nous a également conduits à organiser un autre contingent international pour rejoindre la section suédoise de l’ISA dans les manifestations autour de la conférence Stockholm+50 en juin dernier. Le sommet de l’ONU sur le climat Stockholm+50 était censé «célébrer 50 ans d’action environnementale mondiale», ce qui contraste fortement avec la réalité, où les catastrophes environnementales sont plus fréquentes, le réchauffement de la planète s’accentue et le «greenwashing» capitaliste s’intensifie. Le pays hôte, la Suède, n’a pas atteint 75% de ses objectifs climatiques au cours de cette période. ISA a aidé à organiser les manifestations à Stockholm pour atteindre les meilleures couches d’activistes pour le climat et les couches parmi les jeunes qui sont en colère sur cette question, en les convainquant de la nécessité d’un changement socialiste pour combattre le changement climatique.

De plus, nous avons organisé et participé à des protestations, des rassemblements, des piquets et d’autres actions de solidarité contre la guerre en Ukraine, où les besoins fondamentaux de millions de personnes sont sacrifiés par les puissances impérialistes mondiales au nom du pétrole et des profits.

Les socialistes en Russie, qui s’opposent depuis longtemps au gouvernement réactionnaire de Poutine, ont réagi immédiatement en intervenant dans les manifestations anti-guerre spontanées en Russie. 15 000 personnes – les socialistes aussi – ont risqué l’arrestation, plusieurs ont maintenant passé de courtes périodes en prison. L’un d’entre eux et elles en particulier, Dzhavid Mamedov, après avoir purgé deux peines d’un mois pour avoir simplement dénoncé la guerre, a été inculpé et risque d’être condamné à une longue peine de prison. Une campagne de solidarité internationale très efficace a permis de faire en sorte que Dzhavid soit désormais en sécurité. Les mesures prises ont permis aux socialistes de Russie de poursuivre leurs activités et de préparer l’avenir.

Nous avons également continué à développer la campagne de solidarité contre la répression en Chine et à Hong Kong et à nous organiser contre la dictature brutale du PCC en Chine, qui est en opposition directe avec les intérêts de tous les travailleurs et les pauvres de la région et du monde entier.

Nos membres en Afrique du Sud ont aidé à construire la lutte et la grève des travailleuses et travailleurs de Clover contre les fermetures d’usines et les licenciements, exigeant à la place une augmentation de salaire, la mise à la porte des propriétaires cupides de MILCO/CBC, et la propriété publique démocratique de Clover.

Au Brésil, nos membres sont dans la rue pour combattre le régime autoritaire et réactionnaire de Bolsonaro.
Il ne peut y avoir aucun compromis avec les institutions qui l’ont porté au pouvoir en premier lieu, de telles «stratégies modérées» sont vouées à l’échec. Au contraire, nous appelons à un mouvement uni et indépendant de la classe ouvrière pour combattre Bolsonaro et tout ce qu’il représente dans les rues, sur les lieux de travail, dans les écoles et les universités.

Aux États-Unis, nos membres ont joué un rôle clé dans la récente vague de syndicalisation, notamment chez Starbucks et Amazon, dans l’organisation de manifestations pour défendre les droits des femmes contre l’attaque de la Cour suprême sur l’avortement, et dans la défense des droits LGBTQ+ contre les politiciens de droite et leurs violents partisans d’extrême droite.

En décembre dernier, nous avons vaincu, une fois de plus, une tentative antidémocratique des grandes entreprises et de la droite de destituer la conseillère de la ville de Seattle Kshama Sawant, la seule élue marxiste des États-Unis. Notre campagne de solidarité avec Kshama a montré une fois de plus que lorsque nous nous battons, nous pouvons gagner !

Plus de 1500 bénévoles de Seattle se sont mobilisés pour aider Socialist Alternative à organiser sa campagne, une campagne sans précédent d’un million de dollars a permis de recueillir les dons de 11 000 personnes issues de la classe ouvrière. Cela a été primordial pour gagner la bataille politique contre les milliardaires et la droite. Un mouvement de lutte ne se construit pas uniquement sur des idées marxistes, il a besoin de ressources pour alimenter l’action.

Nous avons besoin de votre soutien pour aider à développer les luttes – Faites un don à ASI!

Nous avons reçu un soutien massif de la part de la classe ouvrière ordinaire qui vit dans des conditions de plus en plus difficiles. Il est clair qu’il n’y a pas d’issue dans ce système. Nous devons favoriser les forces qui proposent une alternative et qui se battent chaque jour pour le socialisme.

Afin de nous permettre de poursuivre notre travail et d’avoir un impact plus important sur les événements, nous lançons un appel financier avec un objectif de 75 000 €, dans le cadre du premier événement international en physique de l’ISA depuis avant l’irruption de la pandémie en 2020.

Le capitalisme est un système mondial et nous avons donc besoin d’une riposte mondiale. C’est pourquoi il est prioritaire pour nous de construire une organisation internationale forte avec des ressources centrales pour pouvoir construire et aider à coordonner notre travail dans le monde entier. Cet appel financier servira à construire des campagnes, à mobiliser nos forces et à jouer un rôle dans les luttes clés de la classe ouvrière dans de nombreux pays.

Le vrai pouvoir est aux mains des grandes entreprises. Qu’il s’agisse des décisions prises lors des réunions des conseils d’administration et des conférences d’entreprises, du lobbying des entreprises et des dons aux partis capitalistes, ou encore des médias dominants, y compris les réseaux sociaux, le pouvoir politique et financier échappe aux mains des travailleuses et travailleurs. La classe ouvrière doit construire son propre pouvoir.

C’est pourquoi ISA dépend entièrement des contributions de ses membres et sympathisants.

Pouvez-vous prendre une minute dès maintenant pour faire un don et nous aider à atteindre notre objectif et à améliorer notre travail dans le monde entier au cours de la période à venir? Pouvez-vous faire un don de 5, 10, 50, 200, 1000 € ou plus?

Vous pouvez faire un don ici.

Mots clés , , , , .