Le capitalisme chinois et la crise climatique

Allemagne, Canada, Chine… inondations et méga-feux annoncent une nouvelle ère de catastrophes climatiques

Depuis le 20 juillet, 302 personnes sont mortes dans les inondations de Zhengzhou, la capitale de la province du Henan. La dictature chinoise du Parti Communiste chinois parle d’une inondation qui se produit une fois par millénaire. Mais la vérité est claire et nette: la crise climatique s’est installée pour durer.

Avec l’élévation des températures et du niveau de la mer, la côte orientale de Chine, densément peuplée, est sérieusement menacée de se retrouver sous l’eau. On estime que 43 millions de personnes en Chine vivent sur des terres qui pourraient être submergées si les températures moyennes mondiales augmentent de 2°C. Pire, des projets d’infrastructure massifs comme le barrage des Trois Gorges pourraient être menacés par l’augmentation des précipitations et la fonte du permafrost.

L’essor frénétique de l’énergie au charbon

La Chine est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre, avec 27% du total mondial. Xi Jinping vante le projet de la Chine de devenir neutre en carbone d’ici 2060. Les médias d’État ne cessent de souligner que la Chine était le premier producteur mondial d’énergies renouvelables. Mais rien de ce que le régime du PCC prévoit ne permet d’atteindre ces objectifs, et encore moins la diminution de carbone requise d’ici 2025 pour éviter les points de basculement climatique majeurs, qui pourraient accélérer le processus et laisser des impacts irréversibles pour la vie humaine sur terre. En fait, d’après une étude de 2020 coordonnée par l’Université du Maryland et la Fondation chinoise pour l’énergie, la Chine doit atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Malgré tous les objectifs climatiques proclamés haut et fort, le 14e plan quinquennal du PCC ne donne pas d’objectifs spécifiques en matière d’énergies renouvelables et ne prévoit pas de plafonner les émissions de carbone. En 2020, la Chine a construit plus de trois fois plus de capacités de production d’électricité au charbon que le reste du monde réuni. Des centaines de nouvelles centrales à charbon vont être autorisées par l’Administration nationale de l’énergie. Plus de 66% de l’électricité chinoise provient du charbon. Cela s’explique en partie par le fait que les sociétés à but lucratif State Grid et China Electricity Council ont réussi à faire pression pour la construction de centaines de nouvelles centrales à charbon dans le cadre du 14e plan quinquennal en défendant le mythe du charbon propre et efficace.

Ceci est révélateur de la structure de gouvernance de type chambre de commerce capitaliste du PCC, où de puissantes sociétés d’énergie publiques à but lucratif utilisent l’État pour amasser des milliards de dollars de bénéfices. Mais c’est aussi parce que la position de Xi sur la scène mondiale et au sein du parti-État a été sérieusement menacée par la nouvelle guerre froide et la stagnation économique consécutive à la pandémie. Avec son plan 2022 visant à s’assurer un pouvoir à vie, les tentatives de Xi pour relancer l’économie nationale l’ont conduit à s’appuyer sur le charbon sale, qui emploie des millions de personnes et dont l’offre est abondante en Chine, contrairement au gaz naturel, au pétrole ou au lithium (pour les énergies renouvelables) qui doivent être importés d’ailleurs.

En outre, les chiffres relatifs aux dépenses en énergies renouvelables sont tout simplement impossibles, selon Jonathan Luan Dong, analyste de BloombergNEF basé à Pékin. Si le gouvernement déclare avoir installé 120 gigawatts d’énergie éolienne et solaire en 2020, il n’y a guère de preuves à l’appui, car on ne trouve aucun impact ultérieur sur les chaînes d’approvisionnement. L’Administration nationale de l’énergie a également choisi de ne pas fournir de chiffres concernant les installations éoliennes pour 2020. La falsification des données pour impressionner les investisseurs et les potentiels alliés dans la nouvelle guerre froide impérialiste provoquera la destruction mutuelle des puissances capitalistes concurrentes lorsque l’écosystème de la planète commencera à s’effondrer.

Le problème, c’est l’économie de marché

L’élan de la Chine vers les énergies renouvelables est en grande partie déterminé par le marché. La Chine possède désormais le deuxième plus grand marché de finance verte, où la classe capitaliste chinoise pourrait engranger des bénéfices massifs. Cependant, à mesure que les énergies renouvelables se développent, le prix de l’énergie solaire ou éolienne commence à baisser jusqu’à ce qu’il ne soit plus rentable de déployer de nouvelles centrales électriques renouvelables. Cette logique de profit empêche en fin de compte le capitalisme d’effectuer une transition complète vers une économie neutre en carbone et c’est pourquoi une économie planifiée démocratiquement est le seul moyen de lutter contre le changement climatique.

Le deuxième mécanisme que le PCC a introduit est un marché national du carbone, qui deviendra le plus grand marché du carbone au monde. Le soi-disant marché du carbone impose des plafonds d’émission de carbone aux usines, les obligeant à acheter des permis de pollution par le carbone sur le marché pour émettre davantage de pollution. Cette politique présente de sérieuses limites, avec une amnistie de la pollution en place pour tous les pollueurs qui rend le marché entièrement spéculatif. Des modèles similaires et plus restrictifs existent déjà ailleurs, comme dans l’UE, et ont été appliqués pendant 15 ans sans que les émissions n’aient diminué.

La raison intrinsèque pour laquelle les marchés du carbone ne fonctionnent pas est qu’il s’agit essentiellement d’une tactique de diversion qui permet aux grands pollueurs de tirer encore plus de profit de leurs clients. Ils permettront à des entreprises comme Sinopec (la plus grande compagnie pétrolière et gazière de Chine) de justifier l’augmentation des coûts des produits de base, engrangeant des milliards de bénéfices supplémentaires alors que les combustibles fossiles continuent d’être extraits du sol.

Début août, Sinopec a acheté 100 000 tonnes de quotas d’émission de carbone tout en annonçant une augmentation de 60 % de sa production de gaz naturel d’ici 2025. Bien que la compagnie affirme qu’il s’agit d’une réduction nette des émissions comparé au charbon et au pétrole, le gaz naturel est souvent plus polluant que les autres combustibles fossiles en raison des fuites lors du processus d’extraction. Pire encore, la raison de l’augmentation de la production de gaz naturel de Sinopec est directement liée aux énormes nouveaux flux de gaz découverts au Xinjiang l’année dernière, ouvrant la voie à davantage de dépossession et d’exploitation coloniale dans cette région occidentale rétive.

Le rêve de Xi : la capture du carbone

Jusqu’à présent, aucun plan réel n’a été annoncé ou mis en œuvre pour atteindre l’objectif d’une Chine neutre en carbone en 2060. Les modèles de mix énergétique de l’université de Tsinghua prévoient que même en 2060, le mix énergétique idéal sera composé de 16% de la consommation d’électricité provenant encore de combustibles fossiles. Prévoyant un doublement global de la consommation d’énergie, le PCC prévoit de compenser d’énormes quantités d’émissions de carbone grâce à la technologie de capture du carbone.

Comme beaucoup parmi la classe des pollueurs du monde entier, le PCC considère la capture du carbone comme la grâce salvatrice du capitalisme et de l’écosystème de la planète, censée permettre et compenser la poursuite de la croissance économique dans les industries d’extraction des combustibles fossiles, qui représentent des milliards de dollars. Toutefois, les systèmes de capture du carbone existants ne permettent actuellement de capturer que 0,1% des émissions mondiales, et le développement de cette technologie s’annonce extrêmement difficile. Ce taux minuscule s’explique en partie par l’absence de marché pour le carbone recapté, car il est en concurrence avec le carbone naturel.

Là encore, la logique du capitalisme a fait que presque tous les grands investissements dans la capture du carbone ont été réalisés par d’énormes sociétés pétrolières, d’Exxon Mobil à la société chinoise Sinopec, qui vient de lancer un projet de capture du carbone à l’échelle de la mégatonne. En effet, 81% des systèmes de captage du carbone sont en fait utilisés pour raffiner le pétrole brut, ce qui montre que le captage du carbone n’est qu’un moyen pour les pollueurs d’extraire davantage de combustibles fossiles du sol. Que ce soit dans une dictature de milliardaires ou dans une démocratie capitaliste, les intérêts de milliers de milliards de dollars des entreprises de combustibles fossiles sont intimement liés à leurs systèmes politiques et économiques, ce qui freine la toujours insaisissable volonté politique de lutter contre le changement climatique.

Même si les gouvernements capitalistes devaient mettre en place des systèmes de capture massive du carbone, on estime que cela nécessiterait une masse terrestre égale à toutes les terres cultivées actuellement dans le monde. Cela donnerait lieu à des réquisitions massives de terres et à des déplacements de populations pauvres et indigènes dans le monde entier, réduisant le niveau de vie des travailleurs pendant que la classe capitaliste poursuit ses activités habituelles.

Le capitalisme et les dommages environnementaux

Jusqu’à présent, le régime du PCC a justifié les dommages environnementaux massifs par la nécessité d’une croissance économique rapide. Bien que nous sachions que les gains réels ont été très faibles pour les travailleurs, la majeure partie allant au nombre croissant de milliardaires chinois (plus de 1 000 selon la liste Hurun de 2021), la prise en compte des coûts de nettoyage de l’environnement dans l’équation atténue encore ce récit.

Selon le ministère de la Protection de l’environnement du PCC en 2015, le coût de la dépollution de l’air, de l’eau et du sol s’élèvera à 6 000 milliards de yuans (960 milliards de dollars). Dans un rapport de l’ONU de 2018, la croissance du PIB par habitant de la Chine entre 1990 et 2015 était de 58,4%. Toutefois, si l’on tient compte de la perte de ressources naturelles et de la déstabilisation des écosystèmes, l’indice de richesse inclusive de l’ONU montre que le PIB chinois par habitant n’a augmenté que de 10,2%. Le capitalisme d’État du PCC, bien qu’il soit capable de mobiliser des ressources économiques comparativement énormes, souffre toujours de la course aveugle aux profits à court terme qui infligent des dommages irrévocables à notre environnement.

La réponse du PCC à l’urgence climatique croissante a consisté en une série de mesures d’austérité, notamment les nouvelles règles de tri des déchets mises en œuvre à Shanghai en 2019. Si les déchets ménagers constituent un problème, ce n’est rien comparé à la pollution industrielle non réglementée qui continue à s’échapper des usines et des centrales électriques dans le cadre de l’amnistie de la pollution.

Pourtant, les autorités de Shanghai ont décidé d’obliger les travailleurs à supporter le poids de la crise climatique, en instaurant des amendes de 200 yuans (soit 1,5 heure de travail pour le salaire moyen à Shanghai) chaque fois qu’ils ne respectent pas un système labyrinthique de tri des déchets. Les os de poulet sont des déchets humides, mais les os de porc sont des déchets secs, selon la longue liste de règles bureaucratiques dénuées de sens. Les travailleurs de l’assainissement de Shanghai sont les plus durement touchés, car ils doivent faire des heures supplémentaires pour trier les déchets, le gouvernement municipal refusant de collecter les déchets non triés. En l’absence d’incitation au profit, la classe capitaliste dirigeante en Chine n’a aucun intérêt à garantir un environnement vivable pour les masses, mais va ensuite imposer une éco-austérité brutale lorsque les coûts de la gestion des déchets deviennent trop élevés.

L’impérialisme climatique

La nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis définira les lignes de bataille du capitalisme mondial pour les décennies à venir. Dans ce domaine, les deux parties sont devenues de plus en plus hypocrites. La Chine a financé plus de 300 centrales à charbon étrangères, de l’Égypte aux Philippines, alors que Xi prétend que l’initiative Nouvelle Route de la Soie (Belt and Road initiative, BRI) sera propre et durable. Avec plus de 60% des investissements de la BRI vers les énergies non renouvelables, l’administration Biden a accusé la Chine d’externaliser la pollution. Mais les États-Unis ne font pas mieux, puisqu’ils continuent à dépenser des milliards de dollars pour subventionner les combustibles fossiles à l’étranger. Alors que Biden a rédigé un décret visant à cesser de subventionner les centrales au charbon, les États-Unis continuent de financer des centrales au gaz naturel dont les émissions de carbone sont plus élevées que celles du charbon, créant ainsi une dépendance à l’égard d’une source de combustible que les États-Unis exportent désormais massivement.

La concurrence pour les ressources en énergies renouvelables, comme le lithium et le cobalt, devrait également s’intensifier. La Chine a obtenu les droits d’exploitation d’une importante mine de cobalt en République démocratique du Congo, où le travail des enfants et l’esclavage sont monnaie courante et où les polluants miniers causent souvent des dommages permanents aux communautés locales.

De même, la Chine a investi 4,2 milliards de dollars US dans des contrats de lithium en Amérique du Sud au cours des deux dernières années. Cela a alimenté la lutte des classes sur les conditions de travail et les droits fonciers des indigènes dans les Andes, les grandes entreprises d’État chinoises étant résolument du côté de la bourgeoisie locale. La demande de lithium par les deux parties, vital pour la fabrication de batteries, a été l’un des facteurs qui ont conduit au coup d’État contre le président bolivien Evo Morales en 2019, le milliardaire Elon Musk ayant tweeté: Nous ferons un coup d’État à qui nous voulons. Le PCC est resté largement silencieux sur l’éviction du gouvernement de Morales par les forces de droite.

La lutte des classes pour sauver la planète

La seule façon de sortir de la catastrophe climatique mondiale passe par le pouvoir de la classe ouvrière. Cela signifie qu’il faut renverser la dictature pourrie des milliardaires du PCC, qui fait passer les superprofits et son pouvoir incontesté avant la population et la planète. Sans une économie planifiée démocratiquement, aucune transition vers une société écologique n’est possible, car le capitalisme s’est construit sur base des combustibles fossiles et continue de s’appuyer sur eux.

Le régime de Xi craint de plus en plus les manifestations environnementales, sachant le potentiel explosif qu’elles peuvent avoir sur la lutte et la conscience de la classe ouvrière. Les manifestations passées contre les incinérateurs et les usines chimiques polluantes ont rassemblé des dizaines de milliers d’habitants ouvriers dans des manifestations de rue vibrantes de colère, la dernière en date étant la manifestation contre l’incinérateur de Wuhan en 2019.

L’internationalisation des mouvements de masse a commencé à s’infiltrer en Chine également, avec une couche croissante de jeunes radicalisés par les dangers du réchauffement climatique. La grève du climat de Greta Thunberg a inspiré Howey Ou, une étudiante chinoise de 16 ans incroyablement courageuse, à tenter de mener une grève scolaire similaire. Howey Ou représente une prise de conscience croissante chez les jeunes en faveur d’une approche ouvrière de la lutte pour la planète, déclarant :

La plupart des organisations environnementales s’adressent à une classe moyenne éduquée dans les villes. Mais je veux me concentrer sur ceux qui sont immédiatement touchés par le changement climatique et qui ne peuvent pas s’exprimer.

Le talon de la répression étatique s’est rapidement retourné contre elle, le PCC l’ayant arrêtée, interrogée et lui ayant interdit de retourner à l’école. L’environnementalisme de Xi Jinping s’est révélé être une imposture, et le PCC craint le jour où l’immense classe ouvrière chinoise se soulèvera contre son pillage dictatorial de la nature. Les travailleurs et les étudiants chinois doivent s’organiser, créer des syndicats indépendants et des organisations étudiantes, et lutter pour le contrôle démocratique de masse de toutes les industries des combustibles fossiles et des autres secteurs économiques dominants, afin d’assurer la transition vers une société écologique et véritablement socialiste.

Mots clés , , , , .