Retour sur la défaite soviétique en Afghanistan

24 min de lecture

Le texte qui suit a été publié le 10 février 1989 dans le numéro 931 du Militant, qui était alors le journal de la section britannique du Comité pour une Internationale Ouvrière, devenu depuis lors Alternative Socialiste Internationale.

Introduction

La décision de la bureaucratie soviétique, sous la direction de Mikhaïl Gorbatchev, de retirer ses forces militaires d’Afghanistan – décidée en mars 1988 et achevée en février 1989 – a marqué un tournant décisif. C’était un tournant non seulement pour l’Afghanistan, mais aussi pour l’ancienne Union soviétique, qui était à l’aube de l’effondrement interne qui a suivi la chute du mur de Berlin en novembre 1989. Juste après le retrait soviétique, le régime marxiste de Najibullah a d’ailleurs rapidement été renversé, ouvrant la voie à une guerre interne barbare entre les groupes de moudjahidin. Cette nouvelle période de guerre civile, qui a infligé la mort, la destruction et la dépossession à de larges pans de la population afghane, a créé les conditions de la montée en puissance des talibans et de leur prise de pouvoir en 1996. La déclaration que nous republions ici, publiée pour la première fois sous forme d’éditorial dans le numéro du 10 février 1989 de Militant, offrait, à notre avis, une perspective prémonitoire qui a été largement confirmée par les événements ultérieurs.

L’accord entre Moscou et l’impérialisme, avertissait l’éditorial, allait ouvrir une période de guerre civile au cours de laquelle l’Afghanistan sera déchiré entre seigneurs de guerre rivaux. L’article prédisait une phase encore plus sanglante de la guerre civile: les milices rivales étaient incapables… de former un gouvernement. Avec les moudjahidin, l’impérialisme a créé un monstre. Nous avions également averti que, si Najibullah était renversé, les avancées sociales acquises sous le régime, qui étaient importantes bien que limitées et contradictoires, seraient rapidement supprimées. Cela s’est avéré exact. Même si les talibans devaient aller encore plus loin par la suite, les forces islamiques qui se disputaient le pouvoir sous le gouvernement chancelant de Burhanuddin Rabbani à Kaboul ont abrogé les mesures de réforme agraire, imposé la charia (la loi islamique) et refusé aux femmes l’éducation et l’accès aux professions libérales.

Le cours des événements a justifié la position que nous avons adoptée tant à l’égard de l’occupation soviétique que du retrait des forces soviétiques. Lorsque la bureaucratie soviétique a envoyé des forces en décembre 1979 pour soutenir le gouvernement chancelant de Karmal, Militant s’est opposé sans équivoque à cette invasion. Selon nous, tout avantage pour le peuple afghan découlant de la défense de la réforme agraire et des changements sociaux radicaux ne feraient pas le poids face à la réaction à l’invasion soviétique, la première intervention directe des forces soviétiques en dehors du bloc de l’Est depuis le lendemain de la seconde guerre mondiale. L’impérialisme américain, bien sûr, a réagi férocement, utilisant l’agression soviétique comme prétexte pour une nouvelle accélération de son armement. Dans le même temps, les travailleurs politiquement conscients au niveau international ont réagi contre les tentatives d’imposer un changement socialiste par le haut et la force militaire, sans base de soutien de masse, et apparemment sans tenir compte des conditions et de la culture locales. En outre, il était évident que la faible base du régime, et l’opposition armée incessante à laquelle il était confronté, érodaient les réformes qui avaient été mises en place après l’arrivée au pouvoir du régime stalinien afghan en 1978.

Malgré cela, une fois les forces soviétiques envoyées sur place, nous n’avons pas défendu leur retrait. Selon nous, un retrait aurait signifié l’effondrement inévitable du régime, l’annulation des mesures sociales progressistes et la plongée du pays dans une guerre civile barbare. Les seigneurs de guerre islamiques étaient liés à des forces sociales réactionnaires, à des chefs tribaux, à des propriétaires terriens, à des marchands, à des vendeurs au noir et à des barons de la drogue, dont les intérêts prévaudraient en cas de conflit chaotique. Cela ne s’est avéré que trop vrai.

La décision de Gorbatchev de se retirer d’Afghanistan était principalement motivée par le désir de trouver un arrangement avec l’impérialisme américain, bien que la pression interne croissante ait également joué un rôle important. La guerre en Afghanistan s’avérait être un bourbier, un gaspillage sans fin de ressources, tandis que les pertes soviétiques croissantes suscitaient un mécontentement grandissant dans le pays. Gorbatchev, représentant de l’aile technocratique et plus jeune de la bureaucratie soviétique, souhaitait un rapprochement avec l’impérialisme afin de se ménager un espace pour sa tentative de réforme de l’appareil stalinien dépassé. En réalité, il était trop tard. La profondeur et l’étendue de la décomposition de l’économie planifiée, due à la mauvaise gestion bureaucratique et à la corruption de l’élite dirigeante (la nomenklatura) étaient telles que toute tentative de modernisation interne du système était vouée à l’échec. Il est vite apparu clairement, avec la chute du mur de Berlin, que le système bureaucratique du stalinisme ne pouvait plus assurer le progrès social le plus basique – croissance économique, plein emploi et protection sociale élémentaire – en Union soviétique ou dans les États satellites d’Europe de l’Est. Faut-il s’étonner, dans cette optique, que les dirigeants soviétiques aient abandonné Najibullah (qui a remplacé Babrak Karmal en 1986) à son horrible sort?

Bien sûr, l’Afghanistan n’était pas le seul cas. Sous Gorbatchev, la bureaucratie soviétique a fait savoir qu’elle n’était plus disposée à apporter un énorme soutien économique et militaire aux régimes bonapartistes de type stalinien qui avaient été soutenus sous Brejnev dans les années 1970, lorsque la bureaucratie s’efforçait d’étendre son pouvoir stratégique international. Dans les années 1980, il est devenu évident que les régimes de pays comme l’Éthiopie et l’Angola, ainsi que l’Afghanistan, ne pouvaient pas garantir la stabilité et la croissance économique – et ne pouvaient plus compter sur le soutien inconditionnel des Soviétiques. Le message sans équivoque des dirigeants soviétiques selon lequel ils n’étaient pas prêts à apporter un soutien matériel et stratégique conséquent au régime sandiniste du Nicaragua, malgré le soutien indéfectible des États-Unis aux Contras, a marqué un changement décisif dans la politique étrangère de Moscou.

Au début de l’année 1989, cependant, nous ne savions pas exactement – ni personne d’autre d’ailleurs – où en était le processus de décomposition interne des États staliniens. L’éditorial suggérait, par exemple, qu’un scénario possible en Afghanistan pourrait être une partition du pays, l’Union soviétique soutenant un régime de Najibullah réduit dans la zone nord, ne serait-ce que pour protéger sa propre frontière. En l’occurrence, Moscou n’a même pas tenté de sauver les derniers vestiges de son ancien régime-client. Quelques mois plus tard, les différents éléments de l’élite soviétique au pouvoir se battaient entre eux pour s’assurer de nouvelles sources de pouvoir politique et se chamaillaient pour s’emparer de leur propre part du butin alors que l’économie autrefois dirigée par l’État se fragmentait. Le retour, par le biais d’une contre-révolution politique, à une économie capitaliste barbare et primitive dans l’ancienne Union soviétique était le pendant de la descente en enfer de l’Afghanistan dans la guerre civile sauvage et la régression sociale.

L’impérialisme américain a célébré sa grande victoire sur le communisme, mais a immédiatement tourné le dos à l’Afghanistan, n’offrant aucune ressource pour la reconstruction du pays déchiré par la guerre. Washington était indifférent au conflit entre les milices en présence. Avec la disparition de l’Union soviétique, ce pays lointain n’était plus considéré comme ayant une réelle importance stratégique. Ironiquement, il s’agit d’un retour à la position adoptée par les États-Unis dans les années 1960 et 1970, lorsque leur réticence à fournir une aide économique a conduit des dirigeants nationalistes comme Mohammed Daoud à se tourner de plus en plus vers l’Union soviétique pour obtenir une aide militaire et économique.

Entre le renversement de Najibullah en 1992 et 1995-96, les seigneurs de guerre rivaux se sont battus jusqu’à une impasse si destructrice qu’ils ont créé un vide chaotique qui a facilité l’émergence d’une nouvelle force, les Talibans, financée, armée et entraînée par l’armée pakistanaise et le régime réactionnaire saoudien. En outre, l’état anarchique du pays, dépourvu de gouvernement central efficace, en a fait une base idéale pour les groupes armés islamiques non étatiques provenant de plusieurs pays, dont ceux d’Oussama ben Laden et du réseau Al-Qaïda.

L’Afghanistan après les Russes (Militant, n°931, 10 février 1989)

À la grande surprise des gouvernements capitalistes occidentaux, toutes les forces russes seront retirées d’Afghanistan avant le 15 février. L’empressement de Gorbatchev à respecter le délai convenu est cependant aussi unilatéral que les accords de Genève de 1988. Dans le cadre de cet accord parrainé par les Nations unies entre l’URSS, les États-Unis et le Pakistan, les deux parties ont convenu de cesser toute ingérence et de supprimer progressivement le soutien militaire aux forces en présence en Afghanistan. Bien que l’Union soviétique ait méticuleusement respecté le pacte à la lettre, ni les États-Unis (par l’intermédiaire de la CIA), ni le Pakistan n’ont cessé de financer et d’armer les moudjahidin.

Lorsqu’il est devenu évident que les forces russes allaient effectivement se retirer à la date convenue, les puissances occidentales, menées par les États-Unis et soutenues avec ferveur par Thatcher, ont intensifié leurs efforts pour déstabiliser le régime du président Najibullah. Le retrait de toutes les missions diplomatiques occidentales, par exemple, était manifestement une tentative calculée de contribuer à précipiter l’effondrement du régime de Kaboul.

Les reportages sur l’Afghanistan ont toujours été marqués par des histoires de propagande exagérées, et cela continue sans aucun doute. Néanmoins, l’image de chaos et d’effondrement croissant qui émerge des reportages télévisés et des journaux capitalistes sérieux est trop cohérente pour être ignorée.

Najibullah proclame qu’il combattra les moudjahidin jusqu’au bout. Il soutient qu’il ne se retirera pas pour laisser la place à un gouvernement de compromis. Rejetant les affirmations selon lesquelles son régime est au bord de l’effondrement, il déclare que l’armée afghane a été renforcée. Kaboul, affirme-t-il, continuera à être approvisionnée, avec l’aide de la Russie. Cependant, les moudjahidin, malgré leurs rivalités internes, ont intensifié leurs efforts pour assiéger Kaboul et d’autres villes, et pour couper l’autoroute Salang, qui est la voie de communication vitale de Kaboul. Les rapports font état de pénuries de pain et d’essence. La ville est envahie par plus d’un million de réfugiés. La dureté des conditions de vie de certaines parties de la population a été aggravée par un hiver exceptionnellement froid. Certains rapports, sans doute hostiles au régime, affirment que les fonctionnaires et les membres de l’armée afghane désertent de plus en plus leurs postes. Najibullah a récemment déclaré aux journalistes : Bien sûr, bien sûr – je suis confiant. Les porte-parole des gouvernements occidentaux, en revanche, affirment que ses jours sont comptés.

Quelle que soit la tournure des événements, il ne fait aucun doute que la situation a atteint un point critique. Les différents groupes de moudjahidin, encouragés par le départ des Russes, ont intensifié leur offensive. Unis dans leur opposition au régime de Najibullah, ils s’opposent désormais de manière intransigeante à la participation du parti au pouvoir, le Parti démocratique des peuples d’Afghanistan (PDPA), à toute assemblée provisoire ou gouvernement de transition. Le PDPA ayant été privé du soutien militaire russe, les moudjahidin ne voient aucune raison de faire des compromis.

Cependant, à part cela, les moudjahidin sont totalement divisés. Il existe sept groupes dont les chefs sont basés au Pakistan, et huit groupes dont les chefs sont en Iran. Ils représentent différentes sections des anciennes strates dirigeantes de l’Afghanistan et ont différents commanditaires et mécènes réactionnaires à l’étranger (bien que la plupart d’entre eux reçoivent une part de l’argent et des armes en provenance des USA). Ils sont divisés sur des lignes ethniques et tribales locales. Certains sont sunnites et d’autres chiites, dont beaucoup sont des fondamentalistes islamiques extrémistes.

Les groupes rivaux se battent entre eux pour le contrôle des zones et du butin autant que contre le régime. Jusqu’à récemment, certains groupes avaient conclu une longue trêve avec l’armée russe. Ces résistants héroïques sont responsables d’une grande partie du million de morts. Une grande partie des sept millions d’Afghans qui sont aujourd’hui réfugiés ont été contraints de fuir leur région d’origine en raison des activités barbares des moudjahidin.

Dans les moudjahidin, l’impérialisme a créé un monstre. Le chef d’une faction, le Front national islamique modéré basé au Pakistan, a dénoncé ses rivaux chiites comme étant plus sauvages que les communistes parce qu’ils pillent et tuent sous le couvert de l’Islam. S’ils prennent le pouvoir, le bain de sang se poursuivra pendant encore dix ans.

Aujourd’hui, alors que des signes indiquent que le régime de Kaboul risque sérieusement de perdre le contrôle des villes clés du sud et des axes routiers stratégiques, le mouvement de résistance menace le pays d’une réaction violente et barbare. Loin de garantir la paix et la stabilité, les accords entre l’impérialisme et la bureaucratie dirigeante de l’URSS ouvriront une période de guerre civile dans laquelle l’Afghanistan sera déchiré entre les seigneurs de la guerre rivaux.

L’invasion soviétique

Comment en est-on arrivé à cette situation? Pourquoi, après avoir envahi le pays à Noël 1979, les dirigeants russes ont-ils retiré leurs forces si précipitamment? Quel sera le sort du régime et des changements sociaux fondamentaux (mais déformés) amorcés en 1978-79?

Lorsque la bureaucratie russe a envahi l’Afghanistan, Militant s’est prononcé contre. Tout gain obtenu par la défense des mesures visant à abolir le pouvoir des seigneurs de guerre et le capitalisme en Afghanistan, avons-nous soutenu, serait complètement annulé par les effets négatifs sur la conscience de la classe ouvrière au niveau international.

Néanmoins, une fois que les forces russes sont entrées en Afghanistan, nous avons fait valoir que ce serait une erreur de demander leur retrait. Cela aurait signifié, en fait, soutenir les moudjahidin – dont le programme était de rétablir la réaction médiévale.

Cette analyse a été confirmée par les événements. La stratégie erronée des dirigeants du Kremlin, ainsi que les méthodes bureaucratiques utilisées en Afghanistan, ont abouti au pire des mondes.

Lorsque Brejnev a ordonné l’invasion de l’Afghanistan, il ne s’attendait pas à la réaction furieuse de l’impérialisme américain et de ses alliés. Après tout, même sous le précédent régime bourgeois bonapartiste de Daoud, l’Afghanistan avait été dans la sphère d’influence de la Russie. L’arrivée au pouvoir d’un régime bonapartiste prolétarien (basé sur une économie planifiée et nationalisée mais présidé par une élite totalitaire) sous Taraki en avril 1978 a évidemment pris le Kremlin par surprise. Mais lorsque la survie du nouveau régime a été menacée par sa propre discorde interne et ses mesures autocratiques visant à imposer une révolution par le haut, les dirigeants russes se sont sentis obligés d’intervenir pour défendre leur régime-client.

La bureaucratie avait récemment envoyé des armes et une aide économique pour consolider les régimes bonapartistes prolétariens qui avaient pris le pouvoir en Angola et au Mozambique. Et à cette époque, les effets de la défaite de Washington au Vietnam l’empêchait encore d’intervenir activement contre les mouvements révolutionnaires. L’invasion de l’Afghanistan, cependant, est survenue alors que la position de l’impérialisme américain avait changé. Sous Carter, et surtout sous Reagan, les États-Unis s’efforçaient de surmonter le syndrome du Vietnam et de réaffirmer leur puissance sur la scène mondiale.

L’invasion était une occasion en or, un cadeau de propagande, qui pouvait être utilisé pour dénoncer l’agression communiste et justifier un nouvel élan dans la construction des arsenaux militaires et des forces de frappe américains. Sous Brejnev, les dirigeants russes étaient prêts à supporter à la fois le coût de la guerre et ses répercussions internationales. Mais depuis 1979, la position de la bureaucratie a également changé. Sous Gorbatchev, elle a dû faire face aux conséquences d’une croissance économique en déclin due à une mauvaise gestion bureaucratique de l’économie nationalisée.

Les dépenses militaires, qui absorbaient environ 15% de la production nationale de l’URSS, sont devenues un énorme fardeau. La bureaucratie doit trouver les ressources nécessaires à la modernisation de l’industrie, tout en essayant de maintenir le niveau de vie de la classe ouvrière. Gorbatchev s’efforce donc de trouver un arrangement avec l’impérialisme américain. Il cherche désespérément des accords qui ralentiront l’escalade paralysante des dépenses d’armement. Ces derniers jours, il a annoncé une réduction de 19% du budget officiel de la défense de l’URSS (bien que le budget réel soit beaucoup plus élevé). Un demi-million de soldats seront démobilisés et 10 000 chars seront mis hors service. Ces réductions visent à la fois à rassurer les dirigeants capitalistes et à influencer les opinions publiques occidentales pour qu’elles fassent pression sur leurs gouvernements en vue d’une réduction des armements.

Dans les calculs de Gorbatchev, le maintien de la position en Afghanistan est d’une importance secondaire par rapport à la possibilité de conclure des accords avec la superpuissance américaine et ses alliés capitalistes. Toutefois, sa conviction qu’il sera possible de parvenir à un accord durable avec l’impérialisme est une illusion. Malgré tous les pourparlers et les concessions russes jusqu’à présent, les États-Unis continuent de renforcer leur soutien aux moudjahidin en Afghanistan. Lorsque la crise du capitalisme mondial s’intensifiera, l’antagonisme social fondamental entre l’impérialisme et le stalinisme entraînera inévitablement un retour à des politiques ouvertement hostiles.

L’Afghanistan n’est pas le seul endroit où la bureaucratie russe bat en retraite. Le Kremlin exerce des pressions pour parvenir à un accord avec les États-Unis et l’Afrique du Sud sur la Namibie. Il a retiré un soutien important au régime sandiniste du Nicaragua, qui est au bord de l’effondrement économique. En Asie du Sud-Est, les dirigeants russes font pression pour le retrait des forces vietnamiennes du Cambodge.

Une défaite pour la bureaucratie

Dans le cas de l’Afghanistan, cependant, la bureaucratie russe se retire sans avoir réussi à consolider le régime de manière décisive. Dans certaines régions, notamment dans le nord, la réforme agraire a été menée à bien. L’assainissement et la santé ont été améliorés, et la situation de certaines catégories de femmes s’est énormément améliorée. L’éducation a commencé à s’attaquer à l’analphabétisme écrasant de la population afghane. Mais les progrès sont inégaux, et seule une couche très mince de la société a été fermement soutenue.

La bureaucratie russe est intervenue en premier lieu en raison des méthodes bureaucratiques maladroites du régime afghan. Dans les régions où il y avait de grands domaines, les réformes agraires ont reçu un soutien général. Dans d’autres régions, cependant, la situation était plus compliquée, avec de nombreuses formes différentes de régime foncier, de métayage, de droits de pâturage tribaux, etc. Le régime a tenté de faire passer les changements en force sans obtenir un soutien massif de la part de la paysannerie et des populations tribales, et sans le soutien matériel nécessaire pour assurer le succès des réformes.

La société afghane a toujours été divisée par les loyautés tribales, et les méthodes bonapartistes de Kaboul ont suscité une opposition féroce dans de nombreuses régions. Aucun gouvernement de Kaboul n’a jamais exercé plus qu’une vague suzeraineté sur l’ensemble du pays. Ensuite, l’intervention d’un envahisseur étranger pour soutenir le nouveau régime de Kaboul a provoqué une opposition encore plus large de la part des différents groupes nationaux et tribaux.

La bureaucratie russe a fourni un énorme soutien économique et militaire. Elle a forcé Najibullah à abandonner l’étiquette marxiste, dans le but d’élargir son soutien. Mais ils ne sont toujours pas parvenus à consolider une base solide pour le régime. Cet échec a ouvert un terrain fertile à l’impérialisme pour fomenter une résistance religieuse et nationaliste.

Le retrait russe, dans ces circonstances, est une défaite pour la bureaucratie. Cela a été admis, implicitement, dans les récentes déclarations de Gorbatchev et du ministre des Affaires étrangères Chevardnadze. Les soldats russes de base partent sans avoir le sentiment d’un accomplissement révolutionnaire.

Mais la comparaison entre cette défaite de la bureaucratie et la défaite de l’impérialisme américain au Vietnam est totalement fausse. Malgré le coût de la guerre, les 15 000 morts russes et bien d’autres victimes, la bureaucratie n’est pas chassée par la défaite militaire. Gorbatchev et compagnie ont décidé que, compte tenu de leurs objectifs politiques mondiaux, il n’était pas utile de s’accrocher à l’Afghanistan.

De plus, au Vietnam, les États-Unis ont été confrontés à une lutte nationale unie, fondée sur les intérêts sociaux de la paysannerie, en particulier sa demande de terres. Le ramassis de groupes religieux et tribaux qui composent la résistance afghane est incapable de s’unifier en un mouvement national cohérent avec des objectifs communs. Grâce à l’argent et aux armes des mécènes étrangers, ils ont pu paralyser le régime dans de nombreuses régions. Ils menacent maintenant de plonger l’Afghanistan dans une nouvelle phase de guerre civile, encore plus sanglante. Mais ils sont eux-mêmes incapables de former un nouveau régime.

Le régime de Najibullah survivra-t-il? Son sort est clairement dans la balance. Gorbatchev et Chevardnadze continuent de lui apporter un soutien indéfectible. Pourtant, ces dernières semaines, les diplomates du Kremlin ont négocié intensivement avec les dirigeants des moudjahidin. Ils ont avancé l’idée d’une shura (assemblée) représentant tous les groupes, y compris le PDPA au pouvoir. En échange d’un nouveau gouvernement comprenant de bons musulmans (les ministres actuels qui ne sont pas membres du PDPA) et un ou deux membres du PDPA, ils ont indiqué qu’ils seraient prêts à laisser tomber Najibullah et à le faire sortir du pays, lui et son cabinet, par avion, vers les villas déjà préparées pour eux en URSS.

Si certains chefs moudjahidin sont prêts à accepter de bons musulmans, aucun n’est prêt à accepter la participation du PDPA. Le Kremlin n’a donc guère d’autre choix que de continuer à soutenir Najibullah. Lui couper l’herbe sous le pied maintenant précipiterait sans aucun doute l’effondrement total du régime. En outre, Najibullah bénéficie toujours du soutien de ceux qui ont un intérêt direct dans le régime, en particulier les soldats, les policiers et les fonctionnaires, dont la tête sera mise à prix si le régime tombe. Quels que soient leurs doutes, de nombreux soldats afghans se battront si la seule alternative est une vengeance sanglante aux mains des moudjahidin.

Il ne fait guère de doute, cependant, que Moscou a déjà commencé à mettre en œuvre des plans d’urgence en cas de chute de Kaboul. Certains rapports indiquent que, tout en se retirant, les forces russes consolident une enclave fortifiée – dans laquelle un régime tronqué de Najibullah pourrait être défendu – autour de la ville septentrionale de Mazar-e-Sharif, près de la frontière avec l’Union soviétique.

Un retour à la barbarie

De nombreux fonctionnaires du gouvernement et leurs familles y ont été déplacés, ainsi qu’une forte concentration de soldats afghans. Des armes et des vivres russes y ont été rassemblées, et il est possible que du personnel russe reste dans cette zone.

C’est dans cette région que la réforme agraire et les autres changements ont été les plus réussis. L’agriculture y est relativement fertile et la région dispose de réserves de gaz naturel. C’est également dans cette région que le développement industriel récent a été le plus important. Si Kaboul tombe, la bureaucratie russe, ne serait-ce que pour protéger ses intérêts stratégiques cruciaux dans cette région, soutiendrait très probablement le maintien du régime de Najibullah dans cette enclave. Dans les faits, cela signifierait la partition de l’Afghanistan. La zone du nord serait contrôlée par un bonapartisme prolétaire client de la bureaucratie russe. Le reste du pays pourrait être divisé entre des seigneurs de la guerre rivaux, à leur tour clients des États-Unis, de la classe dirigeante pakistanaise et du régime iranien.

Des mouvements au sein du corps des officiers de l’armée afghane visant à évincer Najibullah sont également possibles. Un nouveau gouvernement bonapartiste, répudiant le PDPA, pourrait bien être en mesure d’attirer certains des chefs moudjahidin. Même s’ils aimeraient beaucoup prendre Kaboul, un assaut frontal par des groupes de guérilleros divisés conduirait à un horrible massacre.

Un coup d’État militaire, avec le soutien de sections du corps des officiers, des couches de professions libérales, des commerçants et de certains chefs moudjahidin, pourrait être en mesure d’établir un nouveau régime à Kaboul. La bureaucratie russe a déjà évoqué l’idée d’un gouvernement élargi. Il n’est pas exclu que, pour autant que leurs intérêts stratégiques à la frontière afghano-soviétique soient sauvegardés, ils soutiennent un nouveau régime bonapartiste.

Dans une situation aussi instable, avec de nombreux facteurs inconnus, il est impossible de prédire avec certitude le cours probable des événements. Mais quoi qu’il arrive, il semble désormais inévitable que les changements révolutionnaires inaugurés en 1978/79 soient réduits à néant dans une grande partie de l’Afghanistan. La responsabilité de ce recul incombe au stalinisme, qui n’a rien en commun avec le marxisme ou l’internationalisme authentique.

Si le régime actuel est sapé, même dans une partie du pays, le progrès social sera rejeté de plusieurs décennies en arrière. La domination des moudjahidin signifie un retour à la barbarie. Avec le temps, après une période de réaction douloureuse, les conditions se développeront pour un nouveau mouvement visant à changer la société.

Mais la leçon des dix dernières années est qu’il faut un nouveau mouvement, basé d’en bas, mobilisant les travailleurs, les paysans et les populations tribales d’Afghanistan autour d’un programme marxiste. La révolution en Afghanistan doit être liée, dans une perspective internationale, à la lutte des travailleurs et des paysans de toute l’Asie.

Pour assurer une révolution sur des lignes socialistes saines, la révolution afghane doit également être liée au programme de révolution politique en Union soviétique, en Europe de l’Est et en Chine, pour renverser la bureaucratie et établir la démocratie ouvrière.

Mots clés , , , .