Arrêtons la campagne antidémocratique des super-riches américains!

Solidarité avec Kshama Sawant!

Un groupe de super-riches appuyé par la droite politique de l’État de Washington, aux États-Unis, mène une campagne visant à destituer la seule conseillère municipale socialiste de la ville de Seattle, Kshama Sawant. Cette campagne constitue une tentative pour dissuader toute forme de protestation, en particulier celles soutenues par Sawant dans le cadre du mouvement Black Lives Matter et de la campagne Tax Amazon.

Les grandes entreprises et la droite américaine utilisent les tribunaux et leurs portefeuilles bien remplis afin de réduire au silence Kshama Sawant, membre du conseil municipal de Seattle depuis 2014. Ce groupe de millionnaires est furieux des victoires remportées par le bureau municipal de Sawant, notamment le salaire minimum à 15$/h, la législation historique pour les droits des locataires ou encore l’interdiction d’utiliser des armes chimiques contre les personnes manifestantes.

Aujourd’hui, ce groupe est furieux du constant soutien de Sawant au mouvement Black Lives Matter (BLM), de son leadership pour définancer la police de Seattle de 50% ainsi que de la victoire du mouvement de masse Tax Amazon. Au cours de la campagne de réélection de Sawant en 2019, les grands promoteurs immobiliers de Seattle, Amazon et certains donateurs de Donald Trump ont investi une quantité d’argent record dans une tentative ratée pour la déloger.

Depuis le début 2020, des organisateurs ont amassé un tiers de million en argent sale en vue de la tenue d’un référendum portant sur la destitution de Sawant. Parmi les donateurs figurent Martin Selig (milliardaire donateur de Trump), Jeannie Nordstrom (milliardaire et antisyndicale de la famille Nordstrom), Dave Stephenson (directeur financier de Airbnb), Matt Westphal (vice-président de la banque Merrill Lynch) ainsi que d’une pléthore de personnes issues de l’industrie immobilière.

Une attaque contre la classe ouvrière

À travers cette campagne de destitution, la droite américaine ne vise pas uniquement Sawant et son bureau municipal socialiste. Si cette campagne réussit, elle ouvrira la porte à une répression accrue des mouvements sociaux et syndicaux aux États-Unis. Comme l’a déclaré Sawant dans sa réponse à la décision de la Cour suprême de l’État de Washington, « La véritable intention derrière ces accusations ridicules est d’avoir un effet dissuasif : si les travailleuses, les travailleurs et les mouvements sociaux osent défendre leurs propres élu-es qui organisent la défense de leurs intérêts, la classe dirigeante exercera des représailles impitoyables ».

Les super-riches derrière cette campagne accusent Sawant d’avoir promu « l’anarchie » en soutenant des mouvements comme BLM et Tax Amazon. Or, c’est exactement ce pour quoi elle a été élue trois fois depuis sept ans! Construire des mouvements de lutte et prendre la parole lors de manifestations ne sont pas des crimes. Mais les pouvoirs en place veulent y mettre un terme en commençant par évincer l’élue la plus progressiste de tous les États-Unis.

La Cour au service de l’élite

Le système juridique pourri de l’État de Washington permet à la campagne de destitution d’aller de l’avant sans même avoir à prouver la véracité de ses accusations. Les lois actuelles permettent à la classe dirigeante d’utiliser un référendum de destitution comme un mécanisme de défense politique. Ce n’est pas un hasard si la dernière socialiste élue à Seattle, Anna Louise Strong, a été chassée il y a 100 ans grâce à une campagne de destitution basée sur son implication dans le mouvement ouvrier et son opposition à la Première Guerre mondiale.

Alors que les gens ordinaires sont confronté·es à une pandémie et une récession historiques, nous avons plus que jamais besoin de la voix de Kshama Sawant et de son parti, Socialist Alternative, à l’Hôtel de Ville de Seattle. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que l’une des dirigeantes les plus efficaces de la classe ouvrière des États-Unis se fait chasser de sa position élue de manière antidémocratique, bureaucratique et malhonnête.

La campagne de destitution bénéficie de ressources illimitées. Son organisateur a indiqué vouloir tenir le référendum sur Sawant l’hiver prochain. Une longue bataille s’annonce. Pour rejoindre le plus de personnes possible, votre appui est nécessaire. Prenez l’engagement de vous tenir aux côtés de Kshama Sawant!

La Kshama Solidarity Campaign (KSC) compte jusqu’ici l’appui officiel de 16 syndicats de Seattle, totalisant plus de 125 000 membres, du domaine de l’éducation, des transports, du commerce, de la santé, des postes ou encore de l’industrie!

Faites comme plus de 400 élu·es, activistes, syndicalistes, travailleurs et de travailleuses militantes de partout aux États-Unis : défendez la position élue de Sawant sur une base personnelle! Les appuis comptent notamment :

  • Julia Salazar, conseillère municipale à Chicago et membre de DSA
  • Byron Sigcho-Lopez, conseiller municipal à Chicago et membre de DSA
  • Bhaskar Sunkara, éditeur de Jacobin et membre de DSA
  • Jane McAlevey, organisatrice syndicale et auteure
  • Sara Nelson, présidente internationale de Association of Flight Attendants
  • David Parsons, président de United Auto Workers 4121
  • Jordan Flowers, organisateur du débrayage d’Amazon à JFK8 (centre de traitement de commandes à Staten Island)
  • Noam Chomsky, auteur et linguiste
  • Chris Hedges, journaliste et auteur
  • Rebecca Saldaña, sénatrice de l’État de Washington
  • Girmay Zahilay, conseiller du comté de King

Pour appuyer la Kshama Solidarity Campaign, vous pouvez :

Aimer la page Facebook de la KSC
Pamphlet de la campagne :  KSCMailer

Mots clés , , , , , , .