Les priorités du capitalisme : 1917 milliards de dollars en dépenses militaires l’an dernier

Le capitalisme investit bien plus dans la guerre que dans le bien-être de la population. De nombreux progrès technologiques réalisés ces dernières années proviennent de recherches militaires. Imaginez ce qui serait possible si tous les moyens utilisées à des fins militaires l’étaient dans l’intérêt de la collectivité ! Si un partisan du néolibéralisme affirme une fois de plus que l’argent manque pour répondre aux nécessités sociales, il suffit de se référer à ce chiffre : en 2019, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1917 milliards de dollars.
Ces données proviennent de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). L’institut note également que tous les pays ensemble dépensent en moyenne 2,2 % de leur PIB, soit 249 dollars par personne, pour les dépenses militaires. Les États-Unis sont au premier rang avec 732 milliards de dollars. La Belgique a dépensé 4,8 milliards de dollars, ce qui fait qu’elle est à la traîne par rapport à des voisins comme les Pays-Bas (12,1 milliards), la France (50,1 milliards) et l’Allemagne (49,3 milliards). Mais 4,8 milliards de dollars de dépenses militaires en un an, c’est plus que, par exemple, la subvention gouvernementale pour la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) et société publique belge de transport De Lijn ensemble, et c’est à peu près autant que l’ensemble des allocations familiales versées dans ce pays.

Ces chiffres sont hallucinants et illustrent où se situent les priorités du capitalisme. Après la chute du mur de Berlin et des dictatures staliniennes du bloc de l’Est, les dépenses militaires ont diminué pour atteindre plus de 1000 milliards de dollars par an. C’est presque le double aujourd’hui. Selon les ONG, c’est beaucoup plus que ce qui est nécessaire pour mettre fin à la pauvreté dans le monde. Combien d’hôpitaux peuvent être construits avec cette somme d’argent ? Quel degré de protection sociale peut être développé ?

Demandez aux gens si ces ressources pourraient être mieux utilisées et la grande majorité répondra par l’affirmative et fera immédiatement des suggestions socialement utiles. Les dépenses militaires ont connu le plus fort pourcentage d’augmentation des dépenses l’année dernière depuis 2010, ce qui exprime que les tensions inter-impérialistes sont croissantes. Au lieu de collaborer ensemble et de consacrer toutes les ressources à la santé et au bien-être de la population, il y a une concurrence dans le domaine militaire. Résultat : il existe suffisamment d’armes pour tuer le monde des centaines de fois, mais lutter efficacement contre un virus est impossible.

Un système qui ne peut pas protéger les êtres humains et la planète, mais qui investit dans des possibilités de les détruire doit être renversé ! Pour mettre fin à la folie actuelle, il faudra un autre « 1917 » : une révolution où la majorité de la population prendra elle-même le pouvoir, comme les conseils d’ouvriers et de soldats l’ont fait en octobre 1917 en Russie. En 2020, cela signifierait que l’énorme potentiel en termes de technologie, de richesse et de connaissances disponibles pourrait être utilisé pour mettre un terme définitif à la pauvreté, à la famine, aux catastrophes climatiques et à l’approche défaillante des crises sanitaires.