Plan de transport de QS

Au-delà des discours

Québec solidaire a annoncé un plan d’investissement en transport collectif des plus ambitieux: la construction de la ligne rose, le prolongement des lignes bleue, verte, orange et jaune. Pour un total de 38 nouvelles stations.

Il y a aussi la création d’une ligne de tramway sur le boulevard Taschereau sur la Rive-Sud et de nouvelles lignes d’autobus express à Laval. Le plan de QS comprend aussi la création d’une agence publique de transport interurbain. Bien entendu, ce plan d’amélioration du transport en commun est essentiel dans un contexte de changement climatique qui s’intensifie année après année.

Un plan nécessaire

Le nouveau plan du métro met en place la ligne rose, proposée par Projet Montréal. Cette nouvelle ligne de métro va rejoindre Montréal-Nord et Lachine. De plus, le prolongement de la ligne bleu ira rejoindre Anjou, sans compter que le prolongement de ligne jaune desservira la Rive-Sud et le centre ville de Montréal. Ces prolongements sont nécessaires depuis des années. Certains quartiers de la métropole sont des déserts de transport en commun, isolant les gens qui y vivent.

QS annonce la création de 300 000 emplois d’ici 2030 dans le cadre du plan d’investissement en transport collectif. Il est évident qu’au delà des emplois nécessaire à la construction des lignes de transport, il faudra créer des emplois pour la maintenance et l’opération au quotidien du service. Lors de l’annonce, QS a reconnu la compétence des agences de transport dans les décisions stratégiques à prendre pour le transport en commun. Il est aussi essentiel de reconnaître l’expertise des employé·e·s des différentes agences et de leur assurer des conditions de travail décentes.

Les travailleurs·euses, les étudiant·e·s et les personnes à plus faible revenu ont besoin de pouvoir se déplacer efficacement et rapidement. Offrir un meilleur service et l’offrir gratuitement est essentiel pour assurer la meilleure conciliation travail-études-vie personnelle possible.

Au-delà des promesses

Si le plan de QS paraît radical, c’est qu’il contraste fortement avec l’état délabré et dispendieux dans lequel les élites ont laissé le réseau de transport actuel. Pour réaliser ne serait-ce qu’une partie de son plan, QS devra miser sur beaucoup plus que des beaux discours. Les compagnies se dresseront dans toute leur puissance et leur corruption pour stopper ce projet ou le modifier afin qu’il leur profite. QS comme Projet Montréal ne pourront compter que sur des mouvements de lutte vigoureux pour défendre n’importe quel projet d’envergure. QS doit dès maintenant aider à construire et solidifier ces mouvements. Au-delà d’un nécessaire réinvestissement et d’une taxation des banques et des grandes compagnies, c’est à la question d’un contrôle public et démocratique de tout le secteur des transports que QS sera confronté. Seule une rupture avec le capitalisme pourra garantir la réalisation du plan de transport collectif de QS.

Alexandra L.